ALGÉRIE
23/02/2019 13h:35 CET

A El Oued, on n'a pas manifesté mais le 5e mandat on n'en veut pas

HuffPost Algérie

À El-Oued, le calme règne en ce début d’après-midi après la prière du vendredi. Les gens guettent, cependant, de près les manifestations d’Alger. L’écho de la manifestation contre le 5e mandat de Bouteflika à la capitale le 22 février a retenti jusqu’à El-Oued.

Dans cette ville du sud-est du pays on passe un week-end paisible mais le 5e mandat on n’en veut pas pour autant. Les habitants de la ville aux mille coupole savent très bien ce qu’ils ne veulent pas.

Les citoyens de la ville n’ont rien changé à leurs habitudes du vendredi, explique un chauffeur de taxi par cet après-midi de manifestations à travers le pays.

Après la prière, les habitants de la ville rejoignent comme à l’accoutumé les quelques cafés ouverts. On y rencontre des jeunes discuter entre eux, et leurs aînés jouer au domino.

Notre interlocuteur relève que la ville est plus animée les autres jours de la semaine. Pour appuyer ses dires, il fait un tour au souk de la ville pour montrer les nombreux commerces, qui attirent des centaines de personnes quotidiennement venus des régions à proximité d’El-Oued.

Âgé de 36 ans ce jeune homme se dit au courant de l’appel à la manifestation du 22 février par le biais des nombreuses pages qui l’ont relayé sur le réseau social facebook. Refusant d’expliquer pourquoi il a n’a pas adhéré à cette démarche, il soutient cependant l’indispensable refus de ce 5e mandat. Il espère, dans ce sillage, que les manifestants gardent leur calme et ne basculent pas dans la violence.

Sur ses positions politiques, s’il s’exprime brièvement : “Je n’ai jamais voté , je n’ai même pas de carte de vote”. Et il ajoute qu’il préfère presque que le pouvoir en place demeure encore. Un paradoxe avec la volonté du changement? pour lui il n’ya aucune contradiction. “Ceux-là se sont déjà bien nourri des richesses du pays, celle du peuple, ils sont désormais rassasiés. Si on nous remmène de nouvelles têtes, elles ne vont penser qu’à se remplir les poche et le peuple va encore en pâtir”, développe-t-il .

En ce début d’après-midi, la ville commence à prendre vie. On aperçoit des jeunes filles se balader en groupe. Quelques magasins de vêtements s’ouvrent. Des enfants jouent devant leurs cités, des jeunes discutent entre eux dans le jardin public de la ville. Un vendredi des plus ennuyeux, dit un autre taxi sur un ton critique.

Cette quiétude semble le déranger, contrairement à son autre collègue, il a la langue plus déliée “c’est une ville où il ne se passe jamais rien. Une ville morte!” ajoute il aigri.

Il se souvient avec beaucoup de nostalgie de ses années passées à la capitale. Il avait un kiosque tabac journaux à Kouba. Pour des raison qu’il ne détaillera pas, il est revenu à sa ville natale, il y a 15 ans.

Cette ville qu’il affectionne n’est cependant pas à la hauteur de ses espérances. “C’est une ville corrompue. Les gens qui habitent El oued sont presque tous des proches d’une personne bien placée. C’est pourquoi, ils ne se soucient de rien d’autres que leurs intérêts et s’assurent qu’ils sont préservés et surtout ils n’ont peur de rien”.

Marié et père de plusieurs enfants, il relate ses péripéties depuis des années pour obtenir un logement avec beaucoup de rancœur. “J’attends toujours qu’on m’attribue un logement . mon dossier se ballade d’une administration à une autres en vain depuis plusieurs année maintenant”, indique ce natif de la ville. “La dernière fois je suis allé au niveau de la wilaya pour le suivi de mon dossier. Un responsable me dit de but en blanc : 15 million et je te règle ton problème. Je ne voterai jamais pour un pouvoir qui demande des pots de vin à un citoyen nécessiteux”, déplore il.

À la question si vous votez ou pas, la réponse est souvent un non ferme. Le 5e mandat on n’en veut pas également. Cependant on reste sceptique quant à l’avenir du pays . Un employé de l’hôtel de ville estime “que l’on vote ou pas ça ne changera pas grand-chose. La vie est difficile et elle le restera” .

Dans cette ville où il n’ y a pas une grande diversité de l’activité économique, les citoyens voudraient voir le tourisme se développer davantage. C’est le cas aussi pour l’agriculture. Un autre citoyens vante la qualité des légumes de El oued notamment les pommes de terre. En dehors de la ville, on y voit des parcelles de terre circulaires plantées de légumes. Selon un passager du bus, la ville aurait plus à gagner économiquement si les terres était plus exploitées.

Le manque d’activités économique est visible dans la ville. Mais le tourisme reste le secteurs le plus rentable, selon certains citoyens.