MAROC
06/03/2019 12h:08 CET

A Birmingham, une école arrête des cours sur l'homosexualité face à l'opposition des parents musulmans

Des parents d'élèves, majoritairement musulmans, ont retiré leurs enfants de l'école pendant un jour en signe de protestation.

HuffPost UK

ÉDUCATION - Depuis quelques semaines, le débat gronde à Birmingham, une ville du nord de l’Angleterre, entre des parents d’élèves et l’administration scolaire de la Parkfield community school.

En cause, un programme pilote sur l’homosexualité et l’homophobie. Comme le rapporte The Guardian, le débat a pris un nouveau tournant la semaine dernière quand 600 enfants, de confession musulmane, on été retirés de cet établissement public de la ville au cours de la journée du vendredi 1er mars. Leurs parents considéraient que ce programme faisait la promotion du “mode de vie homosexuel et transgenre”.

Selon la même source, l’école a par la suite annoncé qu’elle mettrait fin à ce programme dès la fin du semestre. Si l’établissement se défend en affirmant que le programme devait de toute façon ne durer qu’un semestre, beaucoup voient en cela une capitulation de l’école face aux protestations des parents.

Un contenu “inapproprié”

Comme le rapporte le HuffPost britannique, plusieurs parents de confession musulmane ont déjà protesté en janvier dernier devant l’école et fait circuler une pétition. Pour ces derniers, ce programme allait à l’encontre “de leur foi musulmane”. “C’est inapproprié et totalement incorrect” a déclaré une parent d’élève, citée par le HuffPost UK. “Des enfants apprennent que c’est normal d’être gay mais 98% d’entre eux sont musulmans. C’est une communauté musulmane”.

La mère de famille se défend d’être homophobe: “nous avons tous des amis homosexuels et nous nous entendons bien avec eux. Mais nous pensons que les enfants de cinq ans sont trop jeunes pour apprendre ce genre de choses”.

Une position défendue par la député au parlement Shabana Mahmood, représentante du territoire concerné:

“Il est vital que les écoles suivent les orientations pour l’enseignement de l’éducation sexuelle, avec l’engagement parental et la prise en considération de la religion et du contexte des élèves. Hier, je l’ai clairement fait comprendre au ministre de l’éducation en réponse à une pétition signée par 1.763 électeurs de (la circonscription de) Birmingham Ladywood

Une position cependant vivement critiquée sur les réseaux sociaux, notamment en raison de la couleur politique de l’élue du Labour, parti de gauche considéré comme progressiste sur la question LGBT:

“Dire qu’apprendre aux enfants que les homosexuels existent n’est pas ‘approprié à leur âge’ est le plus vieux trope homophobe possible - diffamer les gays comme étant des prédateurs et pédophiles. Ce discours conforte une très grave bigoterie dans le but de courtiser une section de votre base électorale.”

“No Outsiders” est un programme pilote lancé par Andrew Moffat, professeur principal assistant à la Parkfield community school, pour lutter contre l’homophobie en milieu scolaire. Ce dernier, comme le rapporte The Guardian, avait dû quitter son ancien poste de professeur dans une autre école de cette même ville suite à l’opposition de parents musulmans et chrétiens à ce programme.

Face au conflit entre les parents et l’école, la directrice du Bureau anglais des normes dans l’éducation (OFSTED) a notamment proposé de réunir des dirigeants de la communauté musulmane et de la communauté gay pour “travailler ensemble sur un nouveau curriculum”, explique le journal britannique.