ALGÉRIE
03/10/2019 16h:34 CET

A Alger, le peuple Manga s'amuse au FIBDA

Fayçal Métaoui
Fayçal Métaoui

Le 12e Festival international de bande dessinée d’Alger (FIBDA) se poursuit à l’Esplanade Riad El Feth avec ses couleurs, ses musiques, ses formes, ses bulles et ses idées jusqu’au 5 octobre 2019. Le peuple Manga d’Alger, toujours créatif, frais et dynamique, s’amuse, s’éclate et se libère. Le FIBDA est son univers, le cosplay son “arme”.

Amine s’est mis dans les habits d’un school boy japonais avec des cheveux couleur lavande. “Ma mère a confectionné une chemise blanche pour moi et je me suis débrouillé pour trouver les accessoires. Cela fait trois ans que je fais du cosplay. Le meilleur Manga pour moi est “One piece”, explique-t-il. Crée en 1997 par le légendaire Eiichiro Oda, “One Piece” est le manga le plus vendu au monde.

Abdelhadi s’est, lui, mis dans la peau de Tôshiro Hitsugaya avec sa chevelure blanche, un personnage du manga “Bleach”. “En une journée, j’ai préparé ce costume. J’ai acheté la perruque et les lentilles. Je fais du cosplay depuis 2015. Nous sommes un groupe de copains qui aimons le cosplay. Nous avons crée un groupe sur Facebook, Otaku Dz, qui rassemble tous les amoureux du Manga en Algérie», souligne Abdelhadi. Amine et Abdelhadi, deux lyçéens, se plaignent de la cherté des alvums BD vendus dans la boutique du FIBDA. « Nous sommes des cosplayers qui animont le festival, mais nous sommes obligés de payer notre entrée comme le public”, proteste Amine.

Dans la peau de Venom Snake

Nazim a pris goût au cosplay depuis 2016. “Je fais du cosplay militaire. En fait, j’aime tout ce qui est militaire depuis l’enfance. Je n’ai pas pu m’engager dans l’armée, donc, je compense en faisant du cosplay. C’est tout ce que j’ai trouvé pour exprimer mon envie de l’armée”, confie t-il.

Venu de Tlemcen, Adel ne fait pas que du cosplay militaire. “Je campe aussi des personnages de jeux vidéo. J’ai commencé le cosplay au FIBDA 2012. Je ne savais pas que le cosplay existait en Algérie. Quand j’ai découvert son existence au FIBDA, je n’ai pas cessé de revenir, chaque fois avec de nouveaux costumes. J’ai au moins une quarantaine de costumes. Je fais de la confection, sinon j’achète”, explique-t-il.

Venom Snake du jeu vidéo Metal Gear Solid V est le personnage favori de Adel. ” J’aime le Manga, les Comics, les jeux vidéo et le cinéma. Là, je réalise mon rêve en se mettant dans la peau des personnages”, dit-il. Selon Nazim, le cosplay exige un petit investissement. “Il faut de l’argent et des moyens. Et, puis, faire du cosplay militaire, c’est un peu délicat. Mais, C’est juste pour s’amuser un peu...”, dit-il.

La sorcière de givre qui sort des jeux de cartes

Sanae Zaki est, elle, venue du Maroc pour faire du cosplay au FIBDA. Elle a pris le costume d’une sorcière de givre des anciens temps. “Mon personnage est issu d’un jeu de cartes qui s’appelle Hearthstone. Il est basé sur un RPJ (jeu de rôle). La sorcière n’est pas méchante. Elle est gentille. Je fais du cosplay depuis plus de deux ans. Je choisi mes personnages par ressenti. Soit, je crée mes propres personnages, soit je cosplay les personnages auxquels je me définis le mieux. Certains m’inspirent le courage, d’autres la confiance en soi. J’ai participé au concours méditerranéen du cosplay. Au Maroc, le cosplay reprend. Il intègre certaines manifestations culturelles comme les festivals de musique”, explique Sanae Zaki ou “black panther” sur Facebook.

Au FIBDA, son costume a attiré le jeune public. Marchant pieds nus, la cosplayer marocaine, une des stars du FIBDA 2019, n’hésite pas à prendre des photos et des selfies, le sourire large.

Faouzi Ghoulam en personnage de BD

Sid Ali Oudjiane, tombé dans les eaux colorées de la BD depuis dix ans, a décroché le premier prix du concours de la meilleure affiche du FIBDA 2019 qui a été ouvert, cette année, à des artistes non professionnels. Il a également obtenu le prix de l’excellence grâce à une nouvelle BD sur le joueur de football Faouzi Ghoulam qui évolue actuellement au SSC Naples.

Une première ! “J’ai envoyé mon travail le dernier jour du concours et à 22 ! L’histoire de Faouzi Ghoulam m’a beaucoup inspiré. C’est un homme qui a souffert pour réussir”, précise Sid Ali Oudjiane. En juillet 2020, ce bédeiste et illustrateur de 34 ans sera au Festival international Comic Con à San Diego aux Etats Unis, à l’invitation de l’ambassade américaine à Alger.

“La BD a son public en Algérie et a de l’avenir. Durant mes premières années, je me suis inspiré du Manga japonais. Là, je fais de la bande franco-belge pour changer un peu”, souligne-t-il. Ali Oudjiane, qui a édité des albums de BD chez Dz-Link de Salim Brahimi, est un grand lecteur de “M’Quidech”, la première revue algérienne de bande dessinée.

Le FIBDA 2019 célèbre les 50 ans de cette revue qui ne paraît plus mais qui a laissé des tracé dans la mémoire culturelle nationale. Une exposition lui est consacrée. “J’ai des anciens numéros de cette revue à la maison. Dans l’affiche du FIBDA 2019, j’ai mis le personnage de M’Quidech”, appuie le jeune bédeiste.

Super héros sur tissu

Au FIBDA, il est possible d’acheter des t-shirt aux couleurs mangas et comics (entre 1500 et 1700 Da). C’est même une tradition du festival. Il y a aussi des t-shirt aux couleurs nationales, actualité oblige. M & P Shirts, une société spécialisée en impression et confection sur textile, participe au FIBDA depuis six ans. 

Notre société existe depuis 2011. Nous proposons des modèles Manga ou gamer. Comme le thème de cette année est “Les Super héros à Alger”, nous avons confectionnés des t-shirt adaptés à cela. Nous proposons une large gamme pour permettre un plus grand choix aux gens. Nous faisons de la personnalisation, c’est à dire que le client peut demander son t-shirt sur commande. Cela peut prendre de 10 à 30 minutes. Les commandes qui se feront via notre site web après le FIBDA auront une réduction. Nos artistes designers et infographes s’occupent de la préparation des logos. Nos tissus sont 100 % coton”, indique Aghyles Kari, directeur marketing de M & P Shirts.

Selon lui, les t-shirts Manga et gamers sont les plus demandés par les clients. “Le FIBDA reste malgré tout, l’événement par excellence de la communauté Manga en Algérie”, appuie-t-il.