MAROC
30/04/2019 12h:37 CET

À Agadir, des exercices militaires conjoints entre les armées marocaine, américaine et britannique

Pour "favoriser la coopération" entre les États-Unis et ses alliés sur le continent africain.

AFP Contributor via Getty Images
Un soldat américain en Afghanistan, le 28 août 2017.

ARMÉE - Agadir accueille, depuis lundi 29 avril, des membres des forces militaires américaines et britanniques, qui doivent effectuer des manoeuvres aux côtés des Forces armées royales.

À l’invitation des gouvernements du Maroc, des États-Unis et du Royaume-Uni, le commandement des États-Unis pour l’Afrique (Africom) et des services subalternes organiseront un exercice conjoint à partir du 29 avril à Agadir et dans ses environs, annonce Africom dans un communiqué.

“Des militaires des forces armées royales marocaines et du ministère de la Défense du Royaume-Uni participeront aux côtés du personnel américain”, précise le commandement chargé de coordonner les activités militaires et sécuritaires des États-Unis sur le continent africain.

Les deux exercices militaires annuels baptisés “Judicious Response” et “Epic Guardian”, jusque-là organisés de manière distincte, seront cette fois-ci effectués en même temps au Maroc pour “favoriser la coopération et la compréhension” entre les alliés régionaux des États-Unis et les pays partenaires, souligne Africom.

Les précédentes éditions de l’exercice “Epic Guardian” ont eu lieu au Ghana, au Malawi, au Cameroun, à Djibouti, au Cap Vert, au Burkina Faso et aux Seychelles. Il s’agit de la deuxième édition de “Judicious Response” sur le continent africain, précise la même source. Toutes les éditions précédentes étaient des exercices de poste de commandement tenus à Stuttgart, en Allemagne, où se trouve le siège d’Africom.

Le Maroc a déjà accueilli d’importants exercices militaires internationaux, notamment l’exercice “African Lion”. La dernière édition de cet exercice organisé par le Maroc et les Etats-Unis a eu lieu du 16 mars au 7 avril à Agadir, Tifnit, Tan-Tan, Tata et Ben Guerir, avec la participation de milliers de militaires. Des unités militaires et des observateurs du Canada, de l’Espagne, de la Grande-Bretagne, du Sénégal, de la Tunisie, des États-Unis et du Maroc ont participé à la 16e édition de cet exercice.