ALGÉRIE
29/07/2018 13h:39 CET

84% des Algériens prêts à s'expatrier pour un emploi, selon une étude américaine

Zohra Bensemra / Reuters

L’Algérie attire de plus en plus de talents internationaux. Pourtant, 84% de ses ressortissants sont prêts à s’expatrier pour un emploi. Selon une étude effectuée par le cabinet international de conseil en gestion d’entreprise, Boston Consulting Group (BCG), l’Algérie est passée de la 114e place en 2014 à la 83e place en 2018 au classement de 197 pays sur l’attractivité de talents et de cadres internationaux. 

Cette étude, réalisée en collaboration avec le réseau mondial The Network, qui regroupe plusieurs sites de recrutement dont Emploitic, qui se définit comme “leader de l’emploi en ligne en Algérie”, a été menée sur près de 366.000 personnes à travers 196 pays. 

Elle est classée selon quatre thématiques, outre l’attractivité, comme la volonté de partir à l’étranger, les préférences de métiers de main-d’oeuvres et la démographie.

A en croie cette étude, l’Algérie a fait un bon de la 114e en 2014 à la 83e place en 2018 en matière d’attractivité des talents. 

Le cabinet BCG explique que l’Algérie “est convoitée par des cadres internationaux des quatre coins du monde”. Les Tunisiens sont les premiers à souhaiter venir travailler en Algérie, devant les talents du Bénin, de la France, l’Arabie saoudite ou encore la Norvège. 

La même étude cite des talents afghans, égyptiens et nigérians. 

Capture decran

 84% des Algériens prêts à s’expatrier

La même étude révèle toutefois que la majorité des Algériens sont prêts à s’expatrier vers un autre pays afin d’y occuper un emploi. Les Algériens placent en tête de leurs choix de destination le Canada, la France et l’Allemagne, puis les Emirats arabes unis, le Royaume-Uni, la Belgique. 

Les Algériens sont prêts à s’expatrier pour “acquérir de l’expérience”, profiter de “meilleures opportunités de carrière”, ”élargir l’expérience personnelle” et profiter du “meilleur niveau de vie”.

 Les données sur les interviews en Algérie ont été recueillies auprès de 27% de femmes, et 71% d’hommes. Les personnes de 27 ans à 37 ans ont participé en majorité à l’étude.

Capture decran