MAROC
03/04/2019 12h:54 CET

75% du cannabis vendu à Madrid contient de la matière fécale

Et le mode d'acheminement de la drogue du Maroc à l'Espagne n'y est pas pour rien.

Nastasic via Getty Images

CANNABIS - C’est une mission pour le moins originale à laquelle s’est prêté le pharmacien espagnol Manuel Pérez Moreno, 54 ans. Comme le rapporte El Pais, ce dernier a récolté en une année 90 échantillons de résine de cannabis auprès de dealers de Madrid et de sa région.

Des achats qui n’étaient pas dédiés à sa consommation personnelle, le pharmacien assurant au journal n’avoir jamais fumé un joint de sa vie, mais bien pour servir les besoins d’une étude de santé publique.

Les résines achetées par ses propres moyens, (“je n’aurai pas pu demander une bourse pour acheter du haschich”, plaisante-t-il, rapporte El Pais) ont ainsi été analysées pour constituer un rapport détaillé sur le cannabis vendu dans les rues de la capitale espagnole.

Des matières fécales trouvées dans la majorité des échantillons 

Pharmacien à la faculté de médecine vétérinaire de l’Université Complutense de Madrid, Manuel Pérez Moreno, a conclu que la majorité du cannabis vendu à Madrid et sa région est impropre à la consommation humaine “principalement en raison de critères microbiologiques, et représente un danger pour la santé”, livre-t-il au quotidien espagnol.

Il a ainsi notamment découvert que 75% des échantillons étudiés contenaient une contamination importante de bactérie e.coli, signe de présence de matière fécale.

Des quantités de bactérie e.coli 500 fois supérieures à celles trouvées dans la marijuana vendue aux États-Unis, ou autorisées par l’Union Européenne dans des produits comme les fruits ou le thé. Une contamination qui peut constituer un risque grave pour la santé des consommateurs, notamment les patients atteints de cancer dont le système immunitaire est particulièrement affaibli, explique le pharmacien au journal.

La méthode de trafic en cause

Cette contamination serait due à la manière dont les trafiquants acheminent le cannabis du Maroc à l’Espagne, explique la même source. Des “mules” avalent ainsi des boulettes contenant de la résine de cannabis préalablement enveloppées dans du film plastique. “Ils les avalent un à un après avoir pris un yaourt pour neutraliser l’acidité de leur estomac”, précise le quotidien espagnol. Une fois arrivés en Espagne, ils “expulsent” le tout par voie anale, après avoir ingéré un laxatif.

Les boulettes plastifiées sont ensuite vendues dans les rues de Madrid. Selon le quotidien ibérique, Manuel Pérez Moreno aurait même décelé des odeurs fécales dans 40% des boulettes achetées.

Les matières fécales ne sont cependant pas les seuls risques décelés par le pharmacien. Selon le rapport publié par le pharmacien et ses collègues dans le magazine Forensic Science International, 10% des échantillons contenaient de l’Aspergillus fungus, un champignon létal s’il n’est pas traité, explique El Pais.

Ce rapport affirme également que plus de 88% des échantillons de haschich examinés sont impropre à la consommation. “La vente illégale de haschich dans les rues constitue un risque de santé publique”, conclut-il.