MAROC
19/03/2015 15h:27 CET | Actualisé 20/03/2015 07h:16 CET

Pourquoi les droits de scolarité des établissements français au Maroc ne cessent de croître? Entretien avec l'ambassadeur de la France au Maroc, Charles Fries

FRAIS DE SCOLARITÉ - En l'espace de cinq ans, les droits de scolarité de l'AEFE (établissements scolaires français à l’étranger, communément appelés Mission française) ont augmenté de façon conséquente. Comment justifier cette hausse des prix? L'Etat français risque-t-il à terme, de cesser de subventionner les établissements français à l'étranger? L'ambassadeur de France au Maroc, Charles Fries, répond aux questions du HuffPost Maroc.

fr

HuffPost Maroc: Les droits de scolarité des établissements scolaires français à l’étranger ont augmenté d'environ 45% entre 2007 et 2012, d'après un rapport de parlementaires français. Comment justifier cela?

Charles Fries: L’augmentation des frais de scolarité dans les établissements du réseau d’enseignement français à l’étranger est effectivement une réalité, partout dans le monde.

Elle a été rendue nécessaire, en ce qui concerne le Maroc, par la politique immobilière volontariste que nous menons depuis plusieurs années afin de s’assurer que le niveau de nos infrastructures répond aux attentes légitimes des familles et d’élargir nos capacités d’accueil dans un contexte de pression constante de la demande de scolarisation. C’est uniquement au prix de cet effort que nous serons à même de préserver la vocation de mixité de nos établissements entre élèves français et marocains, à laquelle nous tenons particulièrement.

Malgré ces hausses, les droits de scolarité pratiqués au Maroc se situent aujourd’hui dans la moyenne de ceux de l’ensemble du réseau. Nous avons en outre été très attentifs à ce que l’augmentation reste maîtrisée et tienne compte des situations individuelles.

Ainsi, les familles françaises ou binationales à revenus modestes ont toujours la possibilité d’obtenir une exemption totale ou partielle des frais de scolarité. Et nous sommes également en train d’expérimenter, à l’initiative de l’ambassade, un dispositif de bourses pour les enfants marocains à haut potentiel issus de milieux défavorisés.

L'Etat français, qui a depuis toujours subventionné l'enseignement français à l'étranger, est clairement en train de se désengager petit à petit. A terme, risque-t-il de cesser de subventionner les établissements français à l'étranger?

Peut-on véritablement considérer que l’Etat français se désengage au Maroc alors que, dans le contexte budgétaire contraint que l’on connaît, il continue d’y subventionner chaque année les établissements de l’AEFE à hauteur de 2.400€ par élève (quelle que soit sa nationalité) et y affecte le plus fort taux d’enseignants titulaires de l’Education nationale à l’étranger?

La réalité est que le Maroc est le pays dans lequel la France consacre le plus de moyens, financiers et humains, pour l’animation de son réseau d’enseignement à l’étranger, ce qui est pleinement justifié au regard des liens humains et du partenariat d’exception qui existent entre nos deux pays. C’est également un outil essentiel de notre diplomatie d’influence et un service à destination des nombreux Français qui vivent au Maroc. Nous continuerons donc à le faire vivre, dans l’intérêt partagé de nos deux pays.

Les établissements de type AEFE participent du rayonnement de la langue française à travers le monde. En augmentant les frais de scolarité, ne craignez-vous pas que les Marocains se tournent vers d'autres systèmes de scolarité, comme l'école espagnole ou italienne, dont les prix sont nettement plus abordables?

Nous ne constatons absolument pas ce type de phénomène. Bien au contraire, les établissements français n’ont jamais été autant demandés et font face à un nombre de demandes d’inscriptions toujours croissant. Ce sont ainsi plus de 800 élèves supplémentaires qui ont intégré le réseau à la rentrée 2014, où leur nombre total s’élève désormais à plus de 32.300.

Tout ceci montre combien les familles continuent à nous faire confiance et à apprécier l’enseignement de qualité qui est délivré par nos établissements à leurs enfants. Nous ne pouvons que nous en réjouir, tant le réseau d’enseignement français au Maroc constitue un pilier central de la relation unique entre nos deux pays!

Retrouvez l’actualité de la France au Maroc sur la nouvelle page Facebook de l’ambassade.

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.