TUNISIE
01/10/2018 20h:47 CET

67% des Tunisiens pensent que la corruption a augmenté, selon cette étude

Les sondés estiment que les fonctionnaires sont les plus impliqués

PeopleImages via Getty Images

Selon un récent sondage dévoilé ce lundi 1er octobre 2018, la corruption occupe de plus en plus les Tunisiens. “67% d’eux pensent que la corruption a augmenté”, précise le directeur général de l’Institut de sondage “One to One”, Youssef Meddeb, lors de la présentation des résultats de l’Afrobaromètre sur la corruption en Tunisie.

Réalisé entre les 1er avril et 5 mai 2018, ce sondage d’opinion concerne un échantillon représentatif de la population. La marge d’erreur ne dépasserait pas les 3 pour cent, selon l’Institut “One to One”.

D’après la même source, 64% des personnes interrogées qualifient l’action du gouvernement en matière de lutte contre la corruption de “très mauvaise”. Ils estiment d’ailleurs que les fonctionnaires (31% des sondés), les députés (30 %), les hommes d’affaires (28 %), le président de la République et les responsables de son cabinet (25 %) ainsi que les organisations non-gouvernementales (24 %) sont les parties les plus impliquées dans la corruption.

Selon Youssef Meddeb, le sondage d’opinion révèle, également, que la corruption a augmenté en 2018 au sein de l’Assemblée des représentants du peuple de 13 points et de 7 points au sein de la Présidence de la République, par rapport aux chiffres de l’année 2015.

En outre, 16% de l’échantillon considère que la majorité des magistrats sont impliqués dans des affaires de corruption, contrairement au reste des sondés qui les considèrent comme “les moins corrompus”.

Il en ressort, aussi, que 61% des personnes interrogées disent craindre des représailles au cas où ils dénonceraient des cas de corruption, a-t-il ajouté.

D’après le sondage, la police arrive au premier rang des catégories des fonctionnaires qui reçoivent les pots de vin. Environ 2 sur 10 répondants (17%) déclarent avoir donné, au moins une fois, un pot de vin pour éviter “des problèmes avec la police” ou pour solliciter l’aide de la police (15%).

Par ailleurs, 59% des personnes interrogées se disent convaincus que la mobilisation et l’engagement des citoyens en matière de lutte contre la corruption peuvent créer la différence en matière de lutte contre la corruption.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.