23/10/2018 17h:06 CET | Actualisé 23/10/2018 17h:06 CET

6 informaticiens marocains sur 10 ont déjà été approchés par des recruteurs à l'étranger

Et 76% des sondés sont prêts à s’expatrier.

SeventyFour via Getty Images

INFORMATIQUE - 6 informaticiens marocains sur 10 se sont déjà fait “chasser” par des recruteurs à l’étranger. C’est le résultat d’une enquête menée par le site Rekrute auprès de plus de 1.246 informaticiens marocains, dans le but d’identifier les profils les plus demandés sur le marché international et les facteurs de motivation des informaticiens.

Dans le détail, 44% des informaticiens interrogés ont été approchés, pendant les douze derniers mois, entre 1 et 5 fois par un recruteur pour travailler à l’étranger, 16% plus de 5 fois, et 40% n’ont pas été “chassés”.

Ils veulent des profils pointus qui vont les accompagner dans leurs projets d’envergure.”

Selon l’enquête, les informaticiens expérimentés sont les plus convoités sur le marché international. “L’expérience professionnelle acquise avec les années donne de la valeur au profil”, écrit Rekrute. “Les entreprises internationales et étrangères cherchent donc aujourd’hui à recruter les informaticiens marocains ayant au minimum un Bac+4 ou un diplôme en école d’ingénieurs. Ils veulent des profils pointus qui vont les accompagner dans leurs projets d’envergure.”

Ainsi, 83% des informaticiens ayant entre 6 et 8 ans d’expérience et 67% de ceux ayant entre 8 et 10 ans d’expérience ont déjà été chassés par des recruteurs hors du Maroc, contre 50% des débutants et juniors. “Ce dernier chiffre reste tout de même important, car cela témoigne d’un réel intérêt envers nos informaticiens, même inexpérimentés”, souligne Rekrute.

“Une expérience en grande entreprise est clairement différente d’une expérience en très petite entreprise

Les informaticiens travaillant dans de grandes structures ont également plus de chance d’intéresser les entreprises étrangères. “Une expérience en grande entreprise est clairement différente d’une expérience en très petite entreprise. Travailler dans une grande entreprise est généralement plus formateur”, estime Rekrute.

57% des informaticiens interrogés travaillant dans des entreprises de 500 à 1000 employés ont ainsi été approchés entre 1 et 5 fois par des recruteurs étrangers, contre 31% dans des entreprises dont l’effectif est inférieur à 50 salariés.

Interrogés sur leur volonté de quitter le Maroc s’ils en ont l’opportunité, 76% des sondés déclarent être prêts à s’expatrier, 16% ne le sont pas, 5% travaillent déjà à l’étranger et 3% ont un contrat de travail à l’étranger en cours de négociation. A contrario, 66% des informaticiens installés à l’étranger seraient prêts à rentrer au Maroc, même si les salaires sont, pour 64% des personnes interrogées, jugés encore trop bas dans ce secteur.