ALGÉRIE
06/12/2018 15h:14 CET

5G, réseaux mobiles et data, ce que nous apprend Ericsson

Huanqiu.com via Getty Images

La semaine dernière, Ericsson, le fournisseur suédois des solutions réseaux a mis en ligne un rapport très prometteur sur l’avenir économique et technologique des réseaux cellulaires. Environ deux tiers de la flotte des terminaux mobiles, actifs dans le monde, sont aujourd’hui constitués de smartphones, dans cinq ans les réseaux 5G achemineront le quart du trafic de données mobiles générées par les milliards de terminaux mobiles de la planète et la mise sous réseaux cellulaires à haut débit des équipements et applications IoT (Internet of Things) expliquent cet optimisme. Le deuxième rapport d’Ericsson, de l’année 2018, sur l’état de la mobilité des réseaux mobiles dans le monde nous apprend que l’augmentation de la capacité cellulaire du réseau et la réduction du coût par octet feront de la 5G la génération des réseaux mobiles la plus rapide jamais commercialement déployée à l’échelle mondiale. Mieux, le trafic mondial de données mobiles devant être multiplié par 5 dans les six prochaines années. Avec la disponibilité des smartphones compatibles 5G dès 2019, plusieurs fournisseurs de services, basés en Amérique du Nord et en Asie du Nord-Est, ont déjà planifié le lancement commercial de cette nouvelle technologie.

Les établissements gouvernementaux sont également de la partie. Plusieurs organes de régulation proposent de revoir la planification du spectre des fréquences afin de permettre le partage du spectre entre 4G et 5G dans les bandes basses. La proposition vise à trouver une solution à la problématique juridique de l’utilisation de la bande d’ondes millimétriques du spectre dans le déploiement du sous-système radio des réseaux 5G. Le rapprochement des réseaux cellulaires avec l’industrie de l’IoT facilitera la fabrication des différents nœuds matériaux et offrira aux opérateurs mobiles une nouvelle opportunité de générer des revenus en dehors des liens de la connectivité traditionnelle. Le rapport Ericsson indique également que le nombre d’abonnements dépasse celui de la population dans plusieurs pays et que l’augmentation de l’utilisation de la vidéo est le principal élément moteur de la croissance du trafic de données mobiles. Les utilisateurs passent de plus en plus de temps à diffuser et à partager des vidéos. La tendance à la vidéo en ligne sera encore plus forte et continuera de stimuler la croissance du trafic data avec l’inclusion de plus en plus de supports vidéo de haute supérieure dans tous les types de contenus en ligne. L’expérience client sera ainsi améliorée.