TUNISIE
30/08/2018 13h:56 CET

5678 crèches et jardins d’enfants homologués sur l'ensemble du territoire, dont près de 1/5 sur le grand Tunis

Pour connaitre les noms et adresses des crèches et jardins d’enfants homologués par le ministère de la Femme, de la famille et de l’enfance, rendez vous sur le site du ministère.

ChiccoDodiFC via Getty Images

En marge des préparations à la rentrée, le ministère de la Femme, de la famille et de l’enfance a publié, jeudi, la liste des crèches et jardins d’enfants qui ont reçu une accréditation pour exercer dans les 24 gouvernorats.

“Cela a été fait pour limiter la propagation du nombre d’espaces anarchiques qui accueillent illégalement les enfants” indique un communiqué publié par le ministère.

 

Au total, il existe 5678 crèches et jardins d’enfants homologués par le ministère de la Femme, de la famille et de l’enfance sur l’ensemble du territoire avec la part du lion pour le Grand Tunis (Tunis, Ariana,Manouba, Ben Arous) qui comporte près de 1/5 des crèches et jardins d’enfants homologués en Tunisie, soit 1409.

Par gouvernorat, c’est Sfax, qui arrive en tête avec 665 crèches et jardins d’enfants autorisés par le ministère suivi de Tunis, de Sousse et de Nabeul. 

Le gouvernorat de Tataouine compte pour sa part le moins de crèches et de jardins d’enfants (24). Il en compte 3 fois mois que Siliana (73) et près de 28 fois moins que Sfax.

Voici la répartition du nombre de crèches et de jardins d’enfants par gouvernorat:

Pour connaitre les noms et adresses des crèches et jardins d’enfants homologués par le ministère de la Femme, de la famille et de l’enfance, rendez vous sur le site du ministère.

D’après le ministère, près de de 600 jardins d’enfants anarchiques ont été fermés au cours de l’année 2016 et début 2017. Un chiffre alarmant qui met en relief l’ampleur de ce phénomène.

Le ministère appelle, à ce propos, à signaler ces établissements illégaux et à s’impliquer dans la lutte contre ces espaces anarchiques.

De nouvelles mesures à l’encontre des jardins d’enfants anarchiques

La ministre de la Femme, de la famille et de l’enfance, Naziha Labidi, avait déclaré en septembre dernier que plusieurs mesures ont été prises pour assurer la sécurité des enfants. Parmi ces mesures figure l’obligation des caméras de surveillance dans les cahiers des charges des jardins d’enfants.

Des mesures disciplinaires seront, par ailleurs, prises à l’encontre des jardins d’enfants anarchiques qui ne répondent pas aux conditions établies par le cahier des charges préparé par le ministère. Des sanctions seront ainsi décidées pour toute violation; qui pourront aller jusqu’à un an de prison ferme.

En juillet 2017, elle avait affirmé  que 64% des enfants ne vont pas dans les jardins d’enfants. Un programme baptisé “Rawdhetna fi Houmetna” (“Notre jardin d’enfants est dans notre quartier”) a été lancé, dans ce cadre, pour la création d’un jardin d’enfants dans chaque quartier. Ce programme ambitieux vise également à améliorer le contrôle et la répartition des jardins d’enfants. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.