MAROC
09/07/2018 18h:16 CET

5 livres à embarquer dans sa valise pour l'été

Humour, nostalgie, révolte populaire et crimes passionnels pour pimenter votre été.

Getty Images/EyeEm

CULTURE - Au bord d’une piscine, sur le sable ou au frais, à l’ombre du soleil, la lecture peut vite se révéler indispensable lors des chaudes journées et nuits d’été. Le HuffPost Maroc vous propose une sélection de 5 livres à glisser dans votre valise entre un tube de crème solaire et votre maillot de bain préféré. 

Editions Equateurs

Un été avec Homère, Sylvain Tesson, aux éditions des Equateurs

“Les tempêtes se lèvent, les murailles s’écroulent, les dieux font l’amour, les reines sanglotent, les soldats sèchent leurs larmes sur des tuniques en sang, les hommes s’étripent et une scène tendre interrompt le massacre pour nous rappeler que les caresses arrêtent la vengeance”. Au fil des pages, l’écrivain-voyageur français Sylvain Tesson réactualise deux intemporels de la littérature grecque: “L’Iliade” et “l’Odyssée” d’Homère et nous fait revivre l’Antiquité grecque le temps d’un été. On embarque pour un voyage plein de finesse et de poésie dans les eaux tumultueuses de la mer Egée, où guerres et passions ont éclaté, où héros et dieux se sont affrontés. Si pour beaucoup les écrits d’Homère sont poussiéreux, pour Tesson, ils font, 2500 ans après, écho à l’actualité contemporaine. Ainsi, Facebook, Google ou Amazon seraient les sirènes de notre époque, à l’image de celles qui avaient asséné à Ulysse: “Nous savons tout ce que vous faites, vous les humains sur terre”. Un roman passionnant pour les mordus d’histoire.

JC Lattes

Grande Section, Hadia Decharrière, aux éditions J.C. Lattès 

“A chaque fois que je veux y  retourner, il me suffit de fermer les yeux”. Pour son premier roman, l’écrivain d’origine syrienne Hadia Decharrière délivre un récit bouleversant et sincère sur les souvenirs de son enfance aux quatre coins du monde, entre le Koweït où elle est née, la villa familiale à Cannes, l’écho des minarets à Damas et le rêve américain à San Diego. A travers ce livre, elle célèbre la disparition tragique de son père, emporté par un cancer alors qu’elle était âgée de 6 ans. Avec une écriture impeccable qui fait osciller entre rires et larmes et des références décalées en hommage aux grandes années de la télévision, Hadia Decharrière raconte son travail de deuil sur fond de pop culture des années 80 et de “Thriller” de Michael Jackson. Mère à son tour d’une enfant de 6 ans, ce roman s’impose comme une transmission, un moyen de mettre de la lumière sur des zones d’ombres, de taire des silences et de tisser un lien entre les générations. Un véritable pèlerinage à travers lequel chacun, selon son vécu, y percevra une part de sa propre histoire.

Mercure de France

Pauvres millionnaires, Diksha Basu, aux éditions Mercure de France

Du rire, de l’absurde et des problèmes de nouveaux riches. L’auteure et comédienne Diksha Basu se moque gentiment de la société indienne et de sa classe émergente “The new Indian middle class” en nous invitant dans le quotidien des Jha, une famille modeste devenue fortunée du jour au lendemain grâce au père qui a vendu son site internet à des Américains pour 20 millions de dollars. De leur petit appartement populaire à leur nouvelle résidence dans un quartier cossu de Delhi, ils s’essayent à la vie de millionnaires et tentent, avec une maladresse attachante, d’en adopter les codes et les manières. Alors que leurs voisins s’enlisent jour après jour dans l’opulence et le luxe, les Jha parviennent toutefois à rester des gens simples et attachés à leur ancien mode de vie. “Pauvres millionnaires”, déjà traduit dans 15 langues, dresse avec ironie et un humour tordant le portrait d’une société indienne moderne sans dessus-dessous.

Vivanne Hamy

Les infidèles, Dominique Sylvain, aux éditions Viviane Hamy

Un roman noir pour les amateurs de polars sombres et histoires d’adultère. L’auteure n’en est pas à son coup d’essai avec le crime puisqu’elle en fait, depuis vingt ans, la pièce maîtresse de chacun de ses ouvrages. Dans Les infidèles, Dominique Sylvain aborde l’adultère à l’ère des sites de rencontre à travers une panoplie de personnages qui ont tous en commun l’infidélité. Ainsi, la très mystérieuse Alice, qui est à la tête du site lovalibi.com, se voit confrontée à l’assassinat sauvage de sa jeune nièce, Salomé Jolain, journaliste tuée alors qu’elle tournait un reportage sur les adeptes de l’adultère. On plonge dans une enquête menée par un étrange lieutenant, où tous les proches de la victime se trouvent être de potentiels suspects et où baignent mensonges, soif de vengeance et désirs inavoués. À lire d’une traite pour connaître l’issue surprenante de ce polar...  

Gallimard

La ville gagne toujours, Omar Robert Hamilton, aux éditions Gallimard

Jamais des écrits n’avaient aussi bien conté le printemps arabe en Egypte. Dans ce roman ardent, Omar Robert Hamilton, écrivain anglo-égyptien de 27 ans engagé dans le Mouvement des 18 jours, retrace le parcours de Mariam, Khalil, Hafez et Rosa, jeunes activistes qu’il a suivis dès le 30 janvier 2011 au Caire. Nourri par la révolte, ce jeune apprenti cinéaste s’invite au coeur des événements, depuis la fameuse place Tahrir, théâtre de grondes et manifestations qui ont mené à la chute de Hosni Moubarak. Segmenté en trois parties, “La ville gagne toujours” n’épargne personne, des Frères musulmans à la dictature militaire. On suit la révolution, son chaos et ses lendemains, tristes et marqués par un désespoir qui pèse lourd et qui brise les rêves de toute une jeunesse égyptienne courageuse. Si la réalité est tout autre, le roman prouve que l’espoir, même infime, existe toujours.