LES BLOGS
05/07/2019 08h:09 CET | Actualisé 05/07/2019 08h:09 CET

5 Juillet 2019 : soyons des millions pour honorer la lutte de nos ailleux et exiger la rupture

Vendredi 5 juillet 2019, nous commémorons le 57ème anniversaire de l’indépendance de notre pays. Une célébration particulière puisqu’elle coïncide avec le XXème acte de la révolution du 22 février. Une révolution unique par son pacifisme, sa ténacité et sa clairvoyance, et portée par un mouvement populaire inédit dans l’histoire de l’Algérie.

Depuis le 22 février, nous nous sommes massivement mobilisés pour clamer, à l’unisson, notre volonté de rupture avec un système qui a encouragé les logiques rentières et la corruption, alimenté les méfiances et les divisions; un système qui a glorifié l’argent facile, les fausses notoriétés et les vanités pharaoniques au détriment du savoir, du travail et du bien-être des Algériens. Un système qui a fait de la femme algérienne une mineure à vie et des jeunes des candidats à l’exil, qui a folklorisé nos intellectuels, clochardisé nos enseignants, paupérisé nos médecins et condamné à mort nos militants dans des hôpitaux insalubres et des prisons avilissantes.

Cinq mois après le début des mobilisations, le 5 juillet 2019 résonne comme une opportunité symbolique pour nous remémorer la « raison d’être » de notre soulèvement. De nous rappeler la mission historique qui est la nôtre.

Au fil des derniers mois,

Nous nous sommes levés face aux partisans du 5ème mandat de Bouteflika pour éviter l’humiliation de trop, et recouvrir notre dignité, dans la filiation des glorieuses figures de la guerre de libération;

Nous nous sommes levés pour exiger la rupture totale avec ce régime mafieux, autoritaire, et paternaliste qui préside aux destinées du pays depuis l’indépendance, et qui tente, par tous les moyens, de se maintenir dans l’Algérie post-22 février;

Nous nous sommes levés pour que le pouvoir politique soit entre les mains du peuple, et que les libertés individuelles et collectives, et les droits humains soient consacrés et respectés;

Nous nous sommes levés pour construire une nouvelle république, démocratique, moderne et sociale, riche de sa diversité et de sa jeunesse, tournée vers l’avenir et fidèle à ses valeurs millénaires;

Nous nous sommes levés pour condamner la mainmise du militaire sur le politique, et construire un État civil et des institutions démocratiques fortes à la hauteur de nos espérances;

Nous nous sommes levés pour exiger la libération immédiate de tous les détenus politiques, et la fin du harcèlement et des arrestations commises par les services de sécurité contre les militants et les concitoyens;

Nous nous sommes levés pour que les générations futures témoignent de notre engagement résolu à tenir « le serment de nos aïeux pour que vive l’Algérie ».

N’oublions rien de leurs combats, ni de leurs sacrifices. Soyons conscients des écueils qui nous font face et des défis qui nous attendent.

Frantz Fanon, militant infatigable de la cause nationale et héros parmi les plus nobles de la lutte pour la libération nationale, disait avant l’indépendance que « chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission : la réaliser ou la trahir».

Tâchons de réaliser notre mission en étant des millions dans les rues du pays et à l’étranger pour signer l’acte XX de la révolution du 22 février.

Gloire à nos martyrs. Vive l’Algérie libre et démocratique.