MAROC
11/04/2018 12h:35 CET

6 activités insolites à faire pendant les Journées du patrimoine de Rabat-Salé

Pour (re)découvrir le patrimoine rbati et slaoui sous un nouvel angle.

saiko3p via Getty Images

CULTURE - Après le succès des trois premières éditions, les Journées du patrimoine de Rabat-Salé reviennent du 18 au 22 avril pour une 4e édition avec une programmation chargée. Pendant cinq jours, les résidents, touristes ou simples curieux pourront déambuler d’une ville à l’autre pour découvrir leur patrimoine à travers des parcours entièrement gratuits. Parmi la multitude d’activités proposées, le HuffPost Maroc a sélectionné pour vous 6 expériences insolites pour sortir des sentiers battus et voir le patrimoine rbati et slaoui sous un nouvel angle.

1. Se balader en kayak sur le Bouregreg

ABDELHAK SENNA via Getty Images

Si vous avez déjà eu la chance de déambuler dans les ruelles bleues et blanches de la mythique qasbah des Oudaïas qui surplombe le fleuve Bouregreg, pourquoi ne pas en faire le tour extérieur à bord d’un kayak? Les 20, 21 et 22 avril, entre 10h et 16h, il sera possible de découvrir la qasbah et son histoire à partir du fleuve dans une randonnée inédite en kayak. Pour les sportifs intéressés, il est impératif de réserver sa place pour le circuit fluvial en appelant le 05 30 30 30 30. 

2. Danser au son de l’électro sur les remparts de Salé

Journees du patrimoine de Rabat-Sale

Amoureux de sonorités électroniques, les Journées du patrimoine ne vous ont pas oubliés. Quoi de mieux que de se déhancher dans un endroit chargé d’histoire, en plein air et face à la mer? Le samedi 21 avril, de 17h30 à 20h30, la terrasse de Borj Adoumoue (le “bastion des larmes”), construite en 1261 sous la dynastie mérinide, accueillera la fine fleur de la musique électronique marocaine. Cet événement, baptisé “Hadra” (“transe”), est organisé par l’association Rabat-Salé Mémoire, en partenariat avec le jeune collectif Tanzen Records. L’occasion de faire la fête tout en découvrant le patrimoine historique de Salé.

3. Construire la ville de Rabat en légo

efcarlos via Getty Images

Oui, vous avez bien lu. Faites revivre votre âme d’enfant en participant à un atelier maquette organisé par l’association Rabat-Salé Mémoire les 21 et 22 avril à 10h30 et 15h30 à Rabat-Ville. Vous pourrez ainsi construire une maquette du centre ville de la capitale en légo! Un “exercice ludique et interactif qui permet de comprendre comment a été conçu l’urbanisme du coeur de la capitale”, promet l’association.

4. Parcourir la médina de Rabat de dar en dar

Damir Sagolj / Reuters

Organisé en partenariat avec l’Institut français de Rabat et la maison culturelle D’Art Louane, l’événement “Dar To D’Art” propose un parcours nocturne de la médina de Rabat. Les visiteurs seront invités, le 18 avril, à suivre un itinéraire à travers les ruelles de la médina en allant de demeure en demeure. La balade,  qui durera une heure, débutera à 18h30 en face de la fontaine Laâlou, pour ensuite emprunter un itinéraire chargé d’histoire: Dar Karrakchou, Dar Ben Arafa, D’Art Louane et s’achèvera à Dar Mrini avec un récital de piano par l’artiste Marouan Benabdallah. Attention, le nombre de places est limité.

5. Prendre un cours de méditation

Ascent/PKS Media Inc. via Getty Images

Samedi 21 avril et dimanche 22 avril, de 10h à 12h, un cours de méditation est offert gratuitement sur la terrasse de Borj Adoumoue (le “bastion des larmes”) à Salé. “Calme intérieur, pleine conscience et relaxation profonde... La méditation guidée est un voyage de quiétude à l’intérieur de soi”, écrit l’association Rabat-Salé Mémoire. Une bonne façon d’entamer sa journée dans un lieu chargé d’histoire en profitant des embruns marins.

6. Assister à une veillée spirituelle

ABDELHAK SENNA via Getty Images

Connue pour abriter une multitude de zaouïas, la ville de Salé organisera, jeudi 19 avril à partir de 20h30, une veillée à la zaouïa Touhamia, dans une atmosphère de dikre (“révélation”), afin de revivre d’ancestrales pratiques spirituelles et sociale. Située rue Moulay Touhami, dans le quartier Essaf, cette zaouïa se réclame du Cheikh Touhami ben Mohamed ben Abdellah, enterré à Ouezzane en 1715. De nombreux membres de la confrérie des Mourides se rendaient dans ce lieu de culte.