MAROC
30/07/2019 10h:24 CET

4.764 personnes graciées par le roi lors de la fête du Trône

Des détenus d'Al Hoceima ont été graciés.

AIC PRESS

JUSTICE - 4.764 personnes ont été graciées par le roi Mohammed VI à l’occasion de la fête du Trône. Certaines étaient en détention, d’autres poursuivies en état de liberté par différents tribunaux du Royaume, indique, lundi, un communiqué du ministère de la Justice.

Dans le détail, 4.600 personnes emprisonnées ont été graciées. Parmi elles, 1.916 ont obtenu une grâce sur le reliquat de la peine d’emprisonnement ou de réclusion, 2.477 une remise de la peine d’emprisonnement ou de réclusion, 31 une commutation de la peine de mort en peine perpétuelle et 176 une commutation de la peine perpétuelle en peine à temps.

Les 164 autres bénéficiaires de la grâce royale sont pour leur part en état de liberté. 50 d’entres eux ont obtenu une grâce sur la peine d’emprisonnement ou son reliquat, 12 personnes ont obtenu une grâce sur la peine d’emprisonnement avec maintien de l’amende, 2 personnes une grâce sur les peines d’emprisonnement et d’amende et 100 personnes une grâce sur la peine d’amende.

Le ministère de la Justice précise que la grâce royale incluait un certain nombre de détenus pour des raisons humanitaires, notamment des personnes souffrant de maladies incurables et graves ou totalement handicapées, des personnes âgées, des mineurs, des femmes enceintes ou accompagnées d’enfants, ainsi que d’autres ayant été formés pour se réinsérer dans la société et ayant adopté un bon comportement au cours de la période d’exécution de leur peine.

Un grâce royale a également été accordée à des détenus des événements qu’à connus la région d’Al Hoceima, ainsi qu’à des détenus condamnés dans des affaires de terrorisme et ayant participé à la quatrième édition du programme “Réconciliation” (Moussalaha).

Cela intervient “en réponse aux demandes de grâce que les concernés ont soumis au souverain, et qui n’ont obtenu l’approbation royale qu’après avoir officiellement exprimé leur attachement aux constantes et aux sacralités de la Nation et aux institutions nationales, révisé leurs orientations idéologiques, rejeté l’extrémisme et le terrorisme”, souligne le communiqué.