ALGÉRIE
15/10/2019 14h:01 CET

34e manifestation des étudiants : malgré la crainte on serre les rangs et on marche

Huffpost Algérie
Manifestation des étudiants

Les étudiants des universités d’Alger ont manifesté ce mardi pour la 34 ème fois consécutive avec une forte mobilisation citoyenne. Ce mardi de manifestation estudiantine a débuté dans la crainte. Les étudiants redoutaient une marche “houleuse” comme mardi dernier marqué par une violente répression. Malgré la peur d’éventuelles arrestations, les étudiants ont bravé le dispositif sécuritaire et ont maintenu leur manifestation. 

En arrivant à place des Martyrs vers 10 heures du matin, il n’y avait que quelques étudiants, et de nombreux policiers. Les présents discutaient entre eux “paraît-il il n’y aura pas de répression cette fois-ci”, déclare un étudiant. Une nouvelle qui semblait rassurer son camarade, qui rétorque “faut pas pour autant qu’on soit imprudent, on se mêle à la foule et on y reste”, dit-il sur un ton ferme.

 

 

Une foule de citoyens commence à se former près de la bouche de métro de la Place des Martyrs. Vers 10h30 ils donnent le coup d’envoi de la 34e marche, en scandant “les traitres l’ont vendu, les étudiants vont la reprendre”.


À peine arrivé à Bab Azzoune, un groupe d’étudiants se forme au milieu et entonne l’hymne national. Aussitôt le chant terminé, ils forment une ronde et se laissent guider par les citoyens qui les entourent.


“Nous avons un nouveau protocole, on ne marche pas seuls et on serre les rangs en gardant un œil vigilant les uns sur les autres. Depuis que le nombre d’étudiants a baissé aux manifestations, nous sommes devenus facilement identifiables”, déplore un étudiant.

Cette 34e marche a été relativement paisible. Les étudiants, en compagnie des citoyens, ont marché de Place des Martyrs vers Place Maurice-Audin en passant par la rue Larbi Ben M’hidi, l’avenue pasteur et le boulevard Amirouche.


Les étudiants ont contesté principalement ce mardi la loi des hydrocarbures. Il considère l’adoption de cette loi comme “une tromperie du Parlement”. Ils ont scandé des slogans hostiles à cette décision, la qualifiant “d’illégitime” et qui “ne sert que les intérêts des étrangers”.

 

 

 

Ne trouvent pas une oreille attentive, les étudiants et les citoyens ont dénoncé les dysfonctionnements. En chœur ils ont chanté ”écoute Ali Lapointe, écoute Abane Ramdane, ils l’ont vendue à l’Amérique”.

Cette 34e manifestation a vu le nombre des marcheurs grandir au fil de leur progression. Les citoyens encouragent les étudiants à maintenir leur marche et incitent les passants à se joindre au mouvement en scandant “le hirak est un devoir national”.
Ce mardi de manifestation souligne clairement que l’engagement sans entache des étudiants. Ils ont prouvé qu’ils ne comptaient pas céder à la peur. Malgré la répression de mardi dernier, et la mise sous contrôle judiciaire de leur camarade, ils maintiennent la pression, et poursuivent leur engagement dans le mouvement pacifiste.