ALGÉRIE
01/10/2019 13h:30 CET

32e mardi de manifestation : les étudiants résistent malgré les interpellations

Huffpost Algérie
Manifestation des étudiants

Les étudiants des facultés d’Alger ont manifesté pour la 32e semaine consécutive. Ce nouveau mardi de contestation a commencé tendu, à cause de plusieurs interpellations mais les étudiants ont quand même tenu leur marche. Accompagnés des citoyens de la place des martyrs à la place Maurice Audin, les étudiants ont affiché leur franche opposition à la tenue de l’élection  présidentielle prévue pour le 12 décembre prochain et fustigé les candidats à la présidentielle notamment Ali Benflis et Abdelmadjid Tebboune.

Le 32e mardi de contestation des étudiants a été marqué par des hésitations a point de départ. A la place des martyrs, lieu de rassemblement des étudiants, le dispositif policier était renforcé dès le matin. Le bruit courait que des interpellations ont touché les premiers arrivants sur place, et que plusieurs jeunes se faisaient fouiller à la station des bus de Tafourah.

 

 

Plusieurs policiers en tenue et en civil interrogeaient les citoyens sur place venus soutenir les étudiants comme chaque semaine. Vers 10H30, devant la bouche du métro des policiers tentent d’arrêter un citoyen, aussitôt un rassemblement se forme et les citoyens commencent à scander “3essou Tliba Machi Talaba”, (surveillez Tliba et non les étudiants).


La marche des étudiants prend le départ à l’entrée de Bab Azzoun avec une prédominance de citoyens. Une étudiante indique “on nous a dit que des étudiants ont été arrêté à place des Martyrs, c’est pourquoi on a décidé de nous disperser et d’arriver chacun de son côté”. 

À peine que les manifestants se sont s’engagés dans la rue Bab Azzoune que les étudiants forment déjà une première ligne. D’autres camarades les rejoignent au fur et à mesure que la procession avance.

 

Huffpost Algérie
Manifestation des étudiants

 


Ce 32e mardi de manifestation estudiantine s’est distingué par le refus de la tenue des présidentielles du 12 décembre. Les étudiants ont affirmé être conscients que “ces élections conduisent à la perte”, et que celles-ci “vont reproduire le même régime Illégitime”. Ils s’adressent également à ceux qui iront voter en affirmant que “les élections du 12 décembre sont une mascarade et qu’elles vont donner la légitimité à la bande”, peut-on lire sur certaines pancartes.

Des élections “illégitimes” et des “candidats qui le sont tout autant”, selon les étudiants. Reprennent les slogans du “dégagisme” en série, ls étudiants ont ciblé nommément aux deux candidats à la présidentielle Ali Benflis et Abdelmadjid Tebboune.


Les étudiants n’oublient pas les détenus d’opinion et demande au pouvoir de “dialoguer avec les détenus”. Beaucoup d’étudiants croient dur comme fer que ces élections n’auront pas lieu. Ils continuent de croire en leurs mouvement et affirment qu’ils poursuivront leurs manifestations. 
Arrivés à la Place Audin, de nouvelles interpellations ont émaillé la fin de la manifestation.