TUNISIE
30/08/2018 14h:26 CET | Actualisé 30/08/2018 15h:19 CET

300 kilomètres pour nettoyer les plages: Retour sur l'aventure d'Oussama Houij

Après 60 jours, 30 plages et 300 kilomètres, Oussama est de retour chez lui. Son aventure estivale est parfaitement achevée.

300 Kilometres

“J’ai marché sans relâche, sous le soleil et sous la pluie. J’ai nettoyé de mes propres bras ce que l’humain n’a pas honte de montrer”, écrit Mohamed Oussama Houij, sur son “carnet de voyage”- 300 Kilomètres -annonçant la fin de son aventure, le 27 août 2018.

Lire aussi: 300 Kilomètres à pied pour nettoyer la côte tunisienne, le défi surprenant d’un jeune tunisien

Après 60 jours, 30 plages et 300 kilomètres, le voilà de retour chez lui, après avoir nettoyé les plages de la côte tunisienne, de Mahdia à Soliman. Tout seul, à pied, transportant avec lui une vingtaine de kilos sur le dos et dans les bras, rien ne l’a arrêté. Ni le chaud ni le froid, ni même l’arrogance de certains. 

 Il en ressort complètement changé. “Avoir traversé la forêt en pleine nuit, des sangliers rodant autour de moi alors que je dormais, m’être confronté à des situations provocantes, tout cela m’a changé. Je n’ai plus peur de rien”.

 Certains moments ont été plus difficiles que d’autres pour lui. Quand, par exemple, il a marché plus de 25 kilomètres en huit heures, ne s’arrêtant que pour boire une petite gorgée d’eau toutes les 20 minutes. “J’ai pu pousser mes limites. Peu importe les difficultés, je me dis désormais que tout ira bien”. 

Les épreuves physiques surmontées, il devait aussi faire face à l’aigreur de certains.

Lire aussi: “Zabaltuna”, la campagne de sensibilisation lancée par un jeune tunisien en images

Il se rappelle avec amertume sa mésaventure avec un agent de municipalité à Hamem el Ghzez, qui voulait l’empêcher, non sans agressivité, de filmer l’état désastreux de la plage. Ou encore une autre fois, sur la plage bondée de Tazarka, où personne n’a daigné l’aider. Pire encore, on lui jette une bouteille remplie de sable lui ordonnant de la ramasser. Encore un incident déplaisant, mais qui ne lui fait pas pour autant baisser les bras.

Hormis quelques cas désespérés, Oussama a fait de belles rencontres sur son chemin, des jeunes volontaires lui ont prêté main forte et ont accueilli chaleureusement son initiative dans leur ville.

Un été pas comme les autres pour lui, pénible par moment, mais jamais décevant. Finalement, le défi est relevé, Oussama achève son périple, en arrivant le 27 août chez lui.

“Au début, mes parents ont pensé que c’était de la folie. Je leur avais interdit de m’appeler, ils ont suivi mes aventures comme tout le monde sur ma page”, révèle-t-il. “Ils sont rassurés que je sois de retour sain et sauf, mais ils sont surtout fiers de moi”. 

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.