ALGÉRIE
30/08/2019 17h:48 CET

28 vendredi de manifestation: La rentrée sociale remobilise les manifestants

Huffpost Algérie
28e vendredi de manifestation à Alger

C’est le 28ème vendredi de manifestation à Alger. Le dernier vendredi du mois d’août. La canicule n’a pas impacté la mobilisation des Algériens qui sortent par milliers chaque vendredi exiger le départ du système. Ce nouveau vendredi de contestation les manifestants campent sur leurs positions : “pas de vote, pas  d’état militaire, et pas de dialogue avec les gangs”.

 

Huffpost Algérie
28e vendredi de manifestation à Alger

 

Dès la fin de la prière, à la rue Didouche Mourad, les manifestants entament la marche en scandant “le peuple veut faire tomber Gaid Salah”. Les messages hostiles envers le chef d’État-major et les généraux vont se généraliser. D’un quartier à un autre on entend les manifestants scander la revendication de l’état civil. 

Les marcheurs de ce vendredi n’ont pas manqué de critiquer le dialogue auquel appelle le panel de Karim Younes. Ce dernier a été accusé d’être “l’incarnation du système” car “il ne tient sa légitimité que de ce même système”, peut-on lire sur la pancarte d’un manifestant.

 

Huffpost Algérie
28e vendredi de manifestation à Alger

 

Le message est toujours aussi clair, le soulèvement ne cessera pas. Les Algérois réitèrent la promesse “on ne s’arrêtera pas”. Cet engagent est d’autant plus maintenu tant que les figures du système sont toujours en place, notamment Bedoui et Bensalah.

 

 

Le nombre de manifestants qui marchent de Didouche Mourad vers la Grande Poste, s’accroit au fil des heures. Le soleil de plomb ne semble pas incommoder les marcheurs. Jeunes et moins jeunes, d’un pas ferme et déterminé ils avancent vers la Grande-Poste.


À la rue Hassiba Ben Bouali, les manifestants avancent en nombre vers le boulevard Amirouche en chantonnant ”écoute El Gaïd, on veut un état civil”.
Un peu plus loin un groupe d’une centaine de jeunes adresses un message à une figure emblématique de la révolution Ali Lapointe. On les entend scander “Ali La Pointe l’Algérie est de retour”.

 

 


À la veille de la rentrée sociale la mobilisation gagne en force et les rues retrouvent l’euphorie des semaines d’avant la période estivale. Certains sont même certains que le mouvement aura un nouveau souffle à partir de la rentrée sociale.