TUNISIE
13/05/2019 19h:04 CET

"2019 s'annonce morose pour les banques de la place," révèle le gouverneur de la BCT

Selon lui, la rareté de liquidité est en train de remettre la pression sur les banques de la place

Anadolu Agency via Getty Images

“L’année 2019 sera une année morose pour les banques de la place à cause de la rareté des liquidités”, a estimé lundi le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), Marouane Abbassi.

Lors d’une séance d’audition tenue par la commission de la législation générale à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), consacrée au suivi de l’examen du projet de loi relatif aux garanties mobilières, Abbassi a précisé que durant les prochaines années, les banques de la place s’orienteront vers la cohabitation pour créer des institutions bancaires capables de contrecarrer la concurrence.


Par ailleurs, il a fait savoir que la BCT va infliger des amendes à un nombre de banques de la place qui n’ont pas respecté le système bancaire qui les oblige à fournir les données demandées par la BCT, outre des dépassements liés à l’octroie des crédits.

Abbassi a, dans le même ordre d’idées, souligné que le projet de loi relatif aux garanties mobilières permettra de réduire les risques auxquels s’exposent les banques lors de l’octroie des crédits, ce qui est de nature à réduire le recours des entreprises particulièrement de petite et de moyenne taille au financement parallèle.


Ladite loi stipule la création d’un registre électronique pour les garanties mobilières où tous les biens mobiliers seront enregistrés par les entreprises sous forme de garanties.

Le gouverneur de la BCT, a estimé que le projet de loi comprend des concepts ambigus, proposant d’inscrire ce registre dans le registre national des entreprises, opérationnel depuis le début de cette année.

Répondant à une question posée par la députée Samia Abbou, concernant le recours de l’Etat à l’endettement auprès des banques au lieu de s’orienter directement vers la Banque Centrale de Tunisie (BCT), Abassi a précisé que ” le fait de recourir à la BCT nuira à l’indépendance de cette dernière ”.


Abbou avait estimé que les banques sont en train de réaliser de grands bénéfices, grâce à l’endettement de l’Etat, étant donné que les taux d’intérêt appliqués sont élevés.


La Commission de la législation générale a auditionné, dans le cadre de la poursuite de l’examen du projet de loi des garanties mobilières, le ministre de Développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Zied Ladhari.


Le ministre a souligné ” l’importance de cette loi dans l’amélioration du climat d’investissement, surtout qu’elle s’attèle à unifier les textes législatifs relatifs aux garanties mobilières et à faciliter l’accès aux financements pour réaliser les projets.


Ladhari a fait savoir, aussi, que ladite loi permettra aux petites entreprises de garantir les biens mobiliers, sans les obliger à présenter une hypothèque, et à donner une valeur économique à ces biens, pouvant être garanties.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram