27/12/2018 14h:40 CET | Actualisé 27/12/2018 14h:40 CET

2018, une année record pour le tourisme à Marrakech

2,6 millions d’arrivées prévues à fin 2018.

Visions Of Our Land via Getty Images

TOURISME - Premier pôle touristique du royaume, la ville ocre a vécu en 2018 une année exceptionnelle en termes de flux touristiques, d’arrivées, de nuitées et de taux d’occupation, rapporte la MAP.

La ville rouge a enregistré durant la période janvier-novembre 2018 plus de 2,4 millions d’arrivées, avec plus de 2,6 millions d’arrivées prévues à fin 2018 dans les établissements hôteliers classés.

Les nuitées ont enregistré pour leur part plus de 7,2 millions durant la même période, et il est prévu que ce chiffre grimpe pour atteindre plus de 8 millions de nuitées à la fin de l’année en cours.

Le taux d’occupation a grimpé de son côté de près de 6 points pour atteindre 58% et les opérateurs touristiques prévoient un taux d’occupation de 60% (+4 points) à la fin de cette année. Chez les grandes enseignes hôtelières, ce taux d’occupation a également augmenté pour se situer entre 70 à 80%. Tous les marchés traditionnels émetteurs de touristes ont connu une nette évolution.

Deux fois plus de touristes chinois

Le nombre de touristes provenant des marchés français, allemand et espagnol par exemple ont connu une hausse respective de 14%, 25% et 52%. La même tendance est observé du côté des nouveaux marchés émetteurs de touristes pour le Maroc tels le chinois ou celui d’Europe de l’Est, qui ont enregistré des hausses de 100 à 300%.

Le tourisme interne représente, lui, 30% des nuitées, soit le deuxième marché après la France.

Ces performances ont valu à Marrakech le prix de la meilleure destination MICE (Meetings, incentives, conferencing, exhibitions) attribué par les Tours opérateurs espagnols et la Cité Ocre est restée pendant les 10 dernières années dans le Top 10 des destinations préférées des voyageurs publié par le site américain spécialisé “TripAdvisor”.

“On est satisfait de cette success story mais au vu de ses atouts, Marrakech peut mieux faire”, s’est réjoui le directeur du Conseil régional du tourisme (CRT) de Marrakech, Abderrahim Bentbib, qui attribue ces bons résultats en premier lieu à une synergie entre le CRT, l’Office national marocain du tourisme (ONMT), le Conseil régional de Marrakech-Safi, la Commune de Marrakech et les autorités locales.

Dans une déclaration à la MAP, il a relevé que ces bonnes performances sont dues aussi au développement de l’aérien, soit 22 vols supplémentaires à destination de Marrakech en 2018.

De nouveaux pays de l’Europe de l’Est tels que la Roumanie, la Pologne et la Tchéquie sont désormais connectés au niveau aérien à la ville ocre, en plus de vols supplémentaires sur l’Allemagne, la Suisse et la France entre autres, a-t-il indiqué.

“Plus de saisons creuses à Marrakech”

A cela vient s’ajouter un troisième élément à savoir “l’explosion de l’événementiel” sur le plan qualitatif et quantitatif, a-t-il insisté.

La 8è édition du Sommet “Africités”, le 11è Forum mondial sur la migration et le développement (GFMD), le Pacte mondial sur la migration, le Festival international du film de Marrakech, sont des méga-événements parmi d’autres que la ville a abrités, en plus d’autres séminaires, congrès, forums et festivals à caractère scientifique, médical, culturel, politique et sportif, a-t-il expliqué.

Le volet événementiel et MICE a permis à Marrakech de remplir les saisons connues auparavant comme des périodes “creuses”, a estimé Abderrahim Bentbib, qui a fait remarquer qu’il n y a plus en réalité de saisons creuses à Marrakech, il y a seulement des saisons moyennes et de hautes saisons.

L’explosion de l’événementiel, a-t-il poursuivi, a poussé le CRT à réfléchir sur la question de la création d’un parc d’exposition, qui sera une véritable structure devant abriter les méga-événements.

En parallèle, le CRT travaille pour la mise en place d’un “Marrakech Convention Bureau”, une structure dédiée à la promotion du tourisme des congrès et de l’événementiel, a-t-il enchaîné.

Les bonnes performances du secteur sont dues également à l’amélioration de l’attractivité de la destination (aéroports, espaces verts, transports, création d’une multitude de musées) grâce à la synergie des efforts de tous les intervenants, dont le Conseil régional et la Commune urbaine de Marrakech.

Le CRT travaille aussi sur le segment “nature et aventure”, qui est un véritable gisement, où la province d’Al Haouz est très bien positionnée, rapporte la MAP.

Dans ce cadre, Abderrahim Bentbib a appelé à réfléchir sur le développement de ce segment afin que les populations locales, notamment les jeunes et les femmes, puissent bénéficier des revenus de ce “tourisme solidaire”, qui constitue la meilleure garantie de la durabilité et de la pérennité du tourisme.

Année 2019 “sous de bons auspices”

Concernant l’année 2019, le directeur du CRT a soutenu qu’elle s’annonce sous de bons auspices, faisant savoir que la grande majorité des opérateurs touristiques sont optimistes et confiants quant aux perspectives de développement du secteur durant l’année prochaine.

Dans ce sens, il a fait remarquer que les objectifs stratégiques de 2022 confirment Marrakech et sa région comme une véritable “Marque mondiale” en tirant profit des atouts de la région Marrakech-Safi (montagnes, mers, arrière-pays entre autres).

“Nous aspirons atteindre d’ici 2022 un taux d’occupation de 70% en moyenne et figurer sur la liste des Top 20 des meilleures destinations mondiales”, a-t-il relevé.

S’agissant du plan d’action 2019, Abderrahim Bentbib a noté que tous les acteurs concernés ont convenu de la nécessité de travailler davantage sur le digital et sur les nouvelles technologies d’information et de communication pour une meilleure promotion de la ville rouge.

Un total de 7 millions de touristes ont visité le Maroc durant les sept premiers mois de l’année 2018, en progression de 7% par rapport à la même période un an plus tôt, selon l’Observatoire du tourisme.

Le nombre des touristes étrangers (TES) a progressé de 15%, alors que les arrivées des Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont diminué de 1%, indique l’Observatoire qui vient de publier ses statistiques sur le tourisme marocain pour le mois de juillet 2018.

Cette hausse a concerné les principaux marchés émetteurs, en particulier l’Italie (14%), l’Allemagne (9%), la France (6%) et le Royaume-Uni (5%), selon la même source.