ALGÉRIE
14/12/2018 12h:21 CET | Actualisé 14/12/2018 12h:33 CET

Bicentenaire du musée el Prado : Plus qu'un musée national, un lieu de mémoire

David Crespo via Getty Images

L’Espagne célèbre en 2019, le 200e anniversaire de l’un des plus célèbres musées d’arts du monde: El Prado. Fondé en 1819 pour abriter les peintures royales, le musée national d’El Prado à Madrid compte aujourd’hui les plus belles collections de peintures espagnole, française, italienne, allemande et flamande. 

Krzysztof Dydynski via Getty Images

Pour marquer ce bicentenaire dont les festivités s’étaleront sur une année, l’ambassade d’Espagne à Alger en collaboration avec l’Institut Cervantes et le Centre national de Recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH) ont abrité ce jeudi, une journée dédiée à ce musée en présence du directeur adjoint du musée, Andrès Ubeda de Los Cobos et de la restauratrice des trésors de l’une des plus célèbres salles du musée, Elena Arias.

 

Un des musées les plus visités au monde, El Prado célèbre cette année  aussi le 150e anniversaire de la nationalisation des collections royales et celle du 80e de la récupération des oeuvres évacuées durant la guerre civile. 

“Nous mettons en lumière une partie de l’histoire, il s’agit d’une réflexion sur le passé du musée, son présent et son futur et nous souhaitons faire partager cet effort par tous car el Prado appartient à tous les Epsagnols”, affirme M. Adrès Ubeda de Los Cobos.  

HUGHES Hervé via Getty Images

Plus qu’un lieu de mémoire, El Prado se veut un patrimoine collectif de tous les Espagnols et pour cela, des oeuvres majeures Velázquez, Titien, Soroya, Rafael, Goya, Rubens... seront en itinérance dans toutes les régions autonomes d’Espagne y compris les villes de Ceuta et Melilla. Des reproductions seront également exposées dans les principales places d’Espagnes pour recréer la visite du musée.

CHUYN via Getty Images

Une manière d’impliquer le grand public et lui donner envie de s’approprier les 35 000 oeuvres que compte El Prado aujourd’hui et d’engager une réflexion collective sur quel avenir lui réserver face au développement des nouvelles technologies. 

Pour sa part Elena Arias, une des restauratrices des oeuvres du Prado, a, l’espace de 30 minutes, emmené les présents au CNRPH aux ateliers d’hommes et de femmes passionnés qui préservent les trésors des nations. Choisissant El Delfin (le duaphin) comme une des plus célèbres salles d’exposition du Prado, Mme Arias, a expliqué avec beaucoup de passion d’où viennent ces trésors et que fait-on pour les préserver de la dégradation du temps.

Ensemble de vases et d’objets précieux, issus de la très riche collection de Louis, le grand dauphin de France, sont arrivés en Espagne comme héritage de son fils Felipe, premier roi de la branche espagnole des Bourbons, qui régna sous le nom de Felipe V. 

Symbole de pouvoir, ces objets sont d’une valeur inestimable. Cristal de roche, or et autre pierres précieuses, ces objets sont gardés jalousement comme des bijoux derrières des vitrines dont l’entretien relève de très hautes technologies. 

Elena Arais s’est lancée dans des explications qui ont restitué le monde passionnant des restaurations. Comment restaurer une oeuvre, lui rendre son image d’antan. Un travail de fourmi, méticuleux et qui requiert une grande patience et une grande passion.