TUNISIE
12/07/2018 08h:55 CET

200 à 300 médicaments manquent, quotidiennement, des pharmacies privées

Les pharmacies présentent quotidiennement leurs demandes en médicaments à la pharmacie centrale sans recevoir de réponses

Russell Boyce / Reuters

Quelque 200 à 300 types de médicaments manquent, quotidiennement, des pharmacies privées, a fait savoir Naoufel Amira, vice-président du Syndicat tunisien des propriétaires de pharmacies privées.

Les pharmacies présentent quotidiennement leurs demandes en médicaments à la pharmacie centrale sans recevoir de réponses, a-t-il regretté.

Cette situation est due à l’incapacité de la pharmacie centrale à importer des médicaments et, par conséquent, à satisfaire les besoins des pharmacies en médicaments, a-t-il souligné, mercredi, lors d’une conférence de presse tenue à l’initiative de l’Organisation tunisienne de défense du consommateur (ODC).

L’augmentation des dettes de la pharmacie centrale auprès des laboratoires étrangers estimées actuellement à 450 millions de dinars figure en tant que principal facteur de ce manque aigu de médicaments, a-t-il estimé.

La contrebande n’est pas une cause directe de la pénurie de médicaments, a-t-il confirmé, sans, toutefois, cacher les inquiétudes des pharmaciens des importations parallèles des médicaments.

Plusieurs défaillances structurelles menacent le système de médicamentation en Tunisie, a-t-il mis en garde, soulignant la nécessité de garantir le droit des patients aux médicaments, quelque soit le type de leur maladie.

Le syndicaliste a également critiqué les résultats d’un sondage effectué dans 16 gouvernorats, parlant de disparités régionales au niveau de la répartition des médicaments.

Toutes les pharmacies, dans n’importe qu’elle région, souffrent du problème de manque aigu de médicaments, a-t-il dit.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.