ALGÉRIE
31/07/2018 10h:29 CET

1er appel d'offres pour la production de 150 MW en énergies renouvelables avant fin 2018

Cet appel d'offres est dédié dédié particulièrement aux investisseurs locaux.

MihailDechev via Getty Images
Panneaux photovoltaïques.

Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni a annoncé lundi à Alger, le lancement avant fin 2018 du 1er appel d’offres national, par voie de mise aux enchères, pour la production de 150 mégawatts d’électricité produite à partir des énergies renouvelables, dédié particulièrement aux investisseurs locaux, relevant que l’Algérie ambitionne de mettre sur pied sa propre industrie nationale dans ce domaine.

S’exprimant lors d’un point de presse en marge du Forum national préparatoire au lancement de cet appel d’offres national par voie de mise aux enchères, dédié aux investisseurs locaux, le ministre a indiqué que “le cahier des charges pour cette opération a été finalisé et le secteur est sur le point de consulter l’ensembles des acteurs du domaine, en vue d’apporter les dernières retouches à ses articles avant son lancement officiel qui interviendra avant la fin de l’année en cours”.

Par voie de conséquence, poursuit le ministre, la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG) procédera, avant la fin de l’année en cours, au lancement d’un appel d’offres par voie de mise aux enchères, en vue de la production de 150 mégawatts d’électricité provenant de sources renouvelables avec des capacités nationales.

Il a, à ce titre, indiqué que cet appel d’offres répond aux capacités d’industrialisation existantes dans notre pays et il est destiné particulièrement aux investisseurs nationaux publics ou privés.

Le ministre a affirmé que les capacités de réalisation des énergies renouvelables en Algérie s’élèvera progressivement à mesure que les capacités d’industrialisation augmentent, ajoutant, à cet effet, que l’objectif  est  aussi de créer une dynamique économique efficace dans ce domaine, à travers la mise en place d’un réseaux de Petites et moyennes entreprises (PME) activant dans chaque processus de production de l’électricité générée à partir de l’énergie renouvelable, de la fabrication des composants ,en passant par la production pour arriver à la distribution.

Le ministre a ajouté, à cet égard, qu’il sera procédé, avant fin 2018, au lancement de la production de 200 mégawatts, dont 50 mégawatts produites dans le Sud par Shariket Kahraba wa Taket Moutadjadida (SKTM), une filiale du Groupe Sonelgaz qui permettra d’en finir avec l’utilisation du diesel et de générer la devise au Trésor public.

S’agissant du Forum, le ministre a indiqué qu’il se veut un espace privilégié pour l’échange d’idées, la concertation ainsi qu’une opportunité à même de permettre aux opérateurs et investisseurs locaux de prendre connaissance du programme de transition énergétique et de développement de l’énergie propre et renouvelable qui a été tracé par le secteur de l’énergie, ainsi que de la possibilité de le concrétiser sur le terrain avec des capacités nationales.

Le même responsable a relevé que ce Forum se veut également une opportunité pour s’enquérir de la nouvelle stratégie mis en place par le secteur en vue de développer une industrie nationale pour la fabrication des équipements entrant dans la réalisation des centrales solaires et créer une concurrence pour l’investissement, à travers les appels d’offres.

M. Guitouni a également mis en avant que cette ” importante” rencontre souligne clairement la volonté du Gouvernement à élaborer une politique énergétique d’avenir et d’assoir la gouvernance énergétique, lesquelles s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du Programme national des énergies renouvelables qui prévoit l’installation d’une énergie renouvelable de l’ordre de 22.000 mégawatts à l’horizon 2030.

Ce programme permettra également de répondre aux besoins croissants du marché national en électricité, de préserver les ressources en hydrocarbures, de fournir un grand volume de gaz naturel et de créer des milliers de postes d’emploi directs et indirects, ajoute le ministre.