ALGÉRIE
06/01/2015 08h:15 CET | Actualisé 06/01/2015 08h:18 CET

Syrie: 160 enfants tués dans des attaques d'écoles en 2014

AFP

Au moins 160 enfants ont perdu la vie dans des attaques contre des écoles en 2014 en Syrie alors que près de 1,6 million d'enfants ont dû interrompre leur scolarité en raison du conflit, a dénoncé mardi l'Unicef à Genève.

"Entre janvier et décembre, il y a eu au moins 68 attaques contre des écoles qui ont tué au moins 160 enfants et blessé 343 autres", a déclaré lors d'une conférence de presse le porte-parole de l'Unicef Christophe Boulierac.

Il a précisé que ces chiffres étaient "certainement sous-estimés en raison de la difficulté d'accéder aux informations".

Selon l'Unicef, entre 1,3 et 1,6 million d'enfants syriens ne peuvent aller à l'école en raison de l'insécurité qui règne sur le territoire.

"Les écoles doivent rester des zones de paix et de confiance pour les enfants, sans peur de blessure ou de la mort", souligne l'Unicef.

L'organisation onusienne a par ailleurs exprimé son inquiétude sur la situation dans certaines zones sous contrôle partiel ou total du groupe Etat islamique, notamment dans les provinces de Raqqa, Deir Ezzor et dans les zones rurales d'Alep.

"Environ 670.000 enfants sont concernés" dans ces zones où les écoles sont parfois fermées, a expliqué M. Boulierac.

Le conflit, commencé en mars 2011 par des manifestations pacifiques violemment réprimées par les autorités, s'est transformé en une guerre civile où les rebelles affrontent non seulement le régime, mais aussi des groupes jihadistes, qui s'en prennent aussi bien au régime qu'aux rebelles "modérés".

Les violences ont fait plus de 200.000 morts en près de quatre ans, dont plus de 76.000 en 2014, année la plus sanglante du conflit, selon des données de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. L'Unicef estime pour sa part que plus de 8 millions d'enfants ont été affectés par le conflit, dont 1,7 million sont actuellement réfugiés.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.