LES BLOGS
17/12/2015 06h:56 CET | Actualisé 17/12/2016 06h:12 CET

Cancer: Les petits miracles de l'activité physique

SANTÉ - En commençant ma pratique, jamais je n'aurais pensé que mes interventions de physiothérapeute s'adresseraient, entre autres, aux personnes atteintes d'un cancer. Et c'est pourtant ce qui s'est passé! Je vous dirais même qu'il s'agit d'une période charnière de ma pratique qui a modifié le cours de ma vie, notamment par une expérience inoubliable au CHU Sainte-Justine auprès des enfants atteints de cancer.

Peathegee Inc via Getty Images

SANTÉ - En commençant ma pratique, jamais je n'aurais pensé que mes interventions de physiothérapeute s'adresseraient, entre autres, aux personnes atteintes d'un cancer.

Et c'est pourtant ce qui s'est passé! Je vous dirais même qu'il s'agit d'une période charnière de ma pratique qui a modifié le cours de ma vie, notamment par une expérience inoubliable au CHU Sainte-Justine auprès des enfants atteints de cancer.

Mon billet traite de l'activité physique et de ses bienfaits sur la santé des personnes ayant reçu un diagnostic de cancer et aussi pour tous ceux et celles qui souhaitent le prévenir. Vous y trouverez des conseils pratiques basés sur des données scientifiques récentes, dont les références sont en hyperliens. Notez que tout programme d'exercices fait dans un contexte de cancer devrait être réalisé avec l'accord de votre médecin. Bonne lecture!

Les exercices aérobiques

Un exercice aérobique est une activité physique qui accélère le rythme de votre respiration et les battements de votre coeur, les différentes déclinaisons étant pratiquement infinies: marche, course à pied, vélo, natation, ski, sports de raquette, de ballon, de moineau et j'en passe!

Après avoir reçu un diagnostic de cancer, il est recommandé de suivre l'une ou l'autre de ces trois propositions en matière d'activité aérobique:

  • 150 minutes par semaine à une intensité modérée;
  • 75 minutes par semaine à une intensité élevée;
  • une combinaison des deux propositions précédentes, deux minutes d'intensité modérée équivalant à une minute d'intensité élevée.

Conseil 1: Déterminez le niveau d'intensité d'une activité physique à partir de votre fréquence cardiaque maximale. Vous pouvez aussi le faire de façon plus rapide (et moins précise) en associant le niveau d'intensité à ces manifestations physiques:

  • Intensité faible: la vitesse de votre respiration change peu. Par exemple, il vous est possible de chanter pendant l'activité physique, sans perdre le souffle.
  • Intensité modérée: la vitesse de votre respiration augmente modérément. Vous pouvez tenir une conversation, mais vous ne pouvez pas chanter sans perdre le souffle.
  • Intensité élevée: la vitesse de votre respiration augmente considérablement. Vous ne pouvez pas tenir une conversation sans perdre le souffle.

Conseil 2: faites des séances d'une durée minimale de 20 à 30 minutes, précédée d'une période d'échauffement d'au moins 5 minutes.

Conseil 3: si vous souffrez d'une maladie chronique, demandez à votre médecin si votre santé vous permet de pratiquer une activité aérobique et s'il existe des contre-indications quant aux paramètres, comme la durée, l'intensité et la fréquence.

Bonne nouvelle: pratiquer régulièrement une activité aérobique diminue votre risque de cancer du sein, du côlon, de l'utérus et de la prostate.

(re)Bonne nouvelle: pratiqués après l'annonce du diagnostic, les exercices aérobiques amélioreraient le taux de survie d'environ 25%, une statistique impressionnante (si vous en faites au moins 150 minutes par semaine)!

Les exercices de résistance

Une séance d'exercices de résistance est une activité physique qui stimule la force et l'endurance musculaire. Elle peut prendre la forme de mouvements faits avec des poids et haltères, des pushups, des redressements assis ou tout autre exercice de renforcement. Vous pouvez aussi intégrer des exercices de résistance à votre quotidien, en les faisant chez vous, comme en montant les escaliers, en vous assoyant et en vous relevant d'une chaise ou en vous adossant à un mur, genoux pliés à ± 45 degrés. L'idée générale est de réaliser des séries de 8 à 15 répétitions du même mouvement, ou, s'il s'agit d'une position immobile, de la maintenir pendant une trentaine de secondes et de la reprendre de 3 ou 4 fois.

Conseil 1: faites deux séances d'exercices de renforcement, chaque semaine.

Conseil 2: faites des exercices en groupe ou avec un partenaire, cela tend à augmenter la motivation et l'assiduité.

Bonne nouvelle: les exercices de renforcement amélioreraient le taux de survie de 33%, toutes causes confondues, lorsqu'ils sont réalisés au moins une fois par semaine après l'annonce d'un diagnostic de cancer.

La rééducation par les exercices

Les survivants d'un cancer sont parfois aux prises avec des problèmes musculo-squelettiques qui altèrent leur qualité de vie et qui peuvent être contrés par des exercices de rééducation. Par exemple:

  • Un cancer du cerveau peut diminuer l'équilibre, la coordination et le patron de marche.
  • Un cancer du sein peut entraîner une perte de force et de mobilité du bras, particulièrement après une chirurgie.
  • Un cancer situé à la tête ou au cou risque d'altérer l'élocution ainsi que la mobilité de la mâchoire et des vertèbres cervicales.

Un programme d'exercices fait au bon moment devient alors un outil indispensable afin de retrouver, en totalité ou en partie, la force, l'endurance, la mobilité et l'équilibre; le but premier étant de récupérer un maximum de capacités fonctionnelles. Notez qu'il est nécessaire d'y parvenir en tenant compte du fait que certains traitements associés au cancer peuvent altérer la qualité de certains tissus comme les os, les muscles et les nerfs.

Pourquoi l'activité physique est-elle si efficace?

La science n'arrive pas encore à expliquer tous les mécanismes qui nous permettent de tirer autant d'avantages de l'activité physique en termes de prévension du cancer et d'une meilleure guérison de celui-ci. Voici quelques hypothèses qui sont évoquées :

  • L'activité physique permet un meilleur contrôle du poids, l'obésité et le surpoids étant des facteurs de risque du cancer.
  • La pratique régulière d'activité physique serait associée à de plus saines habitudes alimentaires, qui contribueraient à diminuer le risque de cancer.
  • Bouger régulièrement et à une intensité modérée ou élevée apporterait des avantages quant aux processus inflammatoires, au système immunitaire et à la régulation hormonale.

Demandez l'aide d'un professionnel

On sous-estime parfois les effets du cancer (et de ses traitements) sur notre corps, notamment sur nos muscles, nos os et nos nerfs. Et si un programme d'exercices peut nous aider à retrouver notre forme physique, il est primordial de le réaliser dans un contexte sécuritaire. À cet égard, plusieurs questions doivent être posées et répondues afin d'adapter le plan d'intervention à vos capacités et à vos besoins.

Votre densité osseuse est-elle adéquate? Quelles sont les causes de la diminution de mobilité? Qu'est-ce qui explique la présence de la douleur? Comment adapter le niveau d'intensité de vos exercices? Les professionnels de la santé et de l'activité physique vous aideront à répondre à ces questions en évaluant votre condition et, dans la plupart des cas, ils le feront au sein d'une équipe interdisciplinaire, notamment en milieu hospitalier. Plusieurs d'entre eux offrent aussi leurs services en pratique privée.

Voici une de liste de certains d'entre eux et des hyperliens qui aideront à les trouver plus facilement: les physiothérapeutes, les ergothérapeutes, les diététistes et nutritionnistes, les orthophonistes et les kinésiologues.

11 bonnes raisons pour faire de l'activité physique après un cancer

  1. Mieux guérir: en maximisant les capacités fonctionnelles et en améliorant votre qualité de vie.
  2. Diminuer la fatigue, l'une des séquelles les plus fréquentes après un cancer. Les séances d'exercices aérobiques d'environ 50 minutes, réalisés de 2 à 3 fois par semaine, seraient particulièrement efficaces pour diminuer la fatigue.
  3. Améliorer la qualité de votre respiration, indispensable à votre confort et à l'efficacité des voies respiratoires.
  4. Maintenir ou récupérer votre équilibre, notamment en faisant des exercices les yeux ouverts et fermés.
  5. Mieux dormir, plusieurs études ont démontré les bienfaits de l'activité physique sur le sommeil, notamment en présence d'un cancer du poumon. La marche faite à une intensité modérée est un bon exemple.
  6. Retrouver votre mobilité: plusieurs cancers diminuent la mobilité des articulations de façon directe (ex.: cancer des os), et indirecte (ex.: douleur, alitement prolongé, tissus cicatriciels, etc.).
  7. Récupérer votre endurance cardiovasculaire.
  8. Contrer l'incontinence: un programme d'exercices de rééducation peut diminuer ou enrayer des problèmes d'incontinence, notamment après une chirurgie pour un cancer de la prostate.
  9. Prendre soin de votre santé mentale: l'anxiété et les signes de dépression peuvent être présents après un cancer et l'activité physique aurait des bienfaits à cet égard.
  10. Vous sentir mieux: nous sommes des êtres complexes et l'activité physique peut non seulement contribuer à une meilleure santé, mais elle est souvent une occasion de prendre soin de votre vie spirituelle et affective.
  11. Traiter (et diminuer le risque) de lymphœdème, celui-ci touchant, entre autres, plus de 20% des survivants d'un cancer du sein. Il consiste à une augmentation de volume d'une partie du corps due à un problème circulatoire. Pour plus d'informations, consultez le site Infolympho.ca.