LES BLOGS
08/02/2018 11h:00 CET | Actualisé 08/02/2018 11h:00 CET

L'art de l'introspection et de l'écoute de soi

A. Ben Aissia

Bien que parfois, nous arrivons à établir une zone de confort psychologique et spirituelle, dans laquelle on se réjouit d'un équilibre mental et de quiétude, il ne faut pas se limiter à espérer que les choses continuent ainsi.

Notre quotidien peut-être assujetti à une variété de circonstances de nature problématique, menaçant de tout basculer.

Il est donc important de savoir repérer et examiner nos faiblesses afin de pouvoir leurs trouver l'antidote. Ces faiblesses sont au fait des besoins en état d'alerte. Quand des signaux se déclenchent dans nos êtres, cela signifie qu'il faut remettre en question certaines choses, savoir s'écouter soi-même et satisfaire ses besoins.

Savoir s'écouter soi-même est un art. Une partie majoritaire de recherches scientifiques effectuées par des neurologues et experts démontrent que le cerveau d'un être humain est touché par 50.000 à 60.000 pensées par jour.

Par ailleurs, d'autres aspects tels que la rapidité de ces pensées et leur utilité sont à prendre en considération. Ce qui est positif, c'est que nous avons le pouvoir de nous dresser nous-mêmes sur comment observer ces idées.

Avant d'arriver à ce stade là où l'on fait le tri pour sélectionner des idées de qualité qui peuvent nous être utiles, il est possible de développer un automatisme de reconnaissance. Autrement dit, nous arrivons graduellement à associer profondément et analytiquement des pensées à des situations et des circonstances bien déterminées.

Afin de pouvoir comprendre ce qui se passe autour de nous, y compris la complexité des relations humaines, les comportements des autres, les rapports interpersonnels, les événements majeurs, il faut tout d'abord commencer par s'explorer soi-même.

Les étapes qui suivent peuvent ainsi aider dans la maîtrise de soi et à trouver les techniques pour une paix intérieure permanente.

Auto-reconnaissance chimique

Qui suis-je? Je suis cette âme portée par mon propre corps pour soutenir mon existence physique et mon voyage spirituel.

Je suis ici pour vivre, accomplir et apprécier le processus et cette continuité. Mon âme est un spectre d'énergie et de pensées. C'est une base de données, de réflexion et d'analyse substantielles.

Alors que mon corps est une entité dévouée. C'est un métabolisme portant des organes avec d'interminables particules bactériennes vivantes, toutes fonctionnant en harmonie.

Connaissance de soi

La conscience de soi c'est chaque fois que nous réussissons à admettre un sentiment passager ou un quelconque fait que nous avions commis.

Cet éveil est vraiment accompli une fois que nous arrivons à trouver des stratégies pour contrôler ces pulsions humaines qui tentent de gérer notre comportement.

ssds

La conscience de soi, c'est aussi de concevoir l'existence d'autres modèles cognitifs et psychologiques, qu'ils ont des noms et qu'ils peuvent faire l'objet de recherches ou d'études. Pourtant nous les ignorons.

Être capable de reconnaître ce que nous ne voyons pas et ce qu'on n'a pas vécu encore, d'une manière intuitive, est une qualité qui se développe en une compétence.

Sécurité et Inspiration

Se sentir en sécurité permet de s'apprécier, et de ne pas penser à des choses qui pourraient nous nuire.

Si nous nous sentons en sécurité, nos pensées ne seraient pas dispersées et nous serions concentrés sur les choses qui stimulent notre cerveau, au lieu de ce qui pourrait mal tourner.

Bien que l'auto-sécurité mène à une certaine confiance en soi et nous laisse le temps pour l'introspection, il faut simplement trouver quelque chose qui chatouille nos êtres et qui nous inspire. Si nous sommes inspirés, la créativité abonde et un sentiment de satisfaction éclate. De ce fait, nous observons, produisons et partageons.

Indépendance et autonomie

L'indépendance et l'autonomie nécessitent une dissociation à court et à moyen terme des éléments externes, aussi physiques que abstraits, tels que les personnes, les énergies, les bruits et toute source de distraction. Plus nous sommes capables d'être seuls, plus nous sommes autonomes.

Stratégies et hiérarchisation des besoins

Il est crucial de prioriser nos besoins. Bien que la plupart d'entre eux soient vitaux et aussi importants les uns que les autres, et que si un maillon se perd, la chaîne est incomplète. D'habitude, on finit souvent par prendre en considération leur interdépendance. Ceci dit, remettre en cause ce qui précède et ce qui succède est viscéral.

Neutralité contre le surfait

Ce que je pourrais appeler le fait de "tailler". Désirer ou fantasmer ne doivent pas être vus d'un œil négatif. Être enthousiaste facilite l'existence. Cela donne un sens à la vie et quelque chose à espérer. Cependant, il est important d'éviter ce qui ne peut être "pragmatique" ou utile. A titre d'exemple, lorsqu'une action ou interaction est surfaite, l'impact est considérablement réduit. La nature humaine est attirée par une simplicité positive, voire même neutre.

Faire la différence entre un besoin expirant ou renouvelable et un besoin fondamental

Au fil du temps, certains besoins se stabilisent en nous. D'ailleurs, nous commençons à remarquer que certains besoins ont toujours été omniprésents, tel que le besoin d'espace, de connexion, d'affection, de paix et d'introspection.

Cependant, des facteurs de poids comme les circonstances, les gens autour de nous, les contextes et les événements, etc., évoquent un besoin ponctuel et éphémère qu'une fois atteint, nous n'en avons plus besoin.

jksdjks

De ce fait, cette reconnaissance contribue à notre sagesse et élabore la confiance en soi. Ce modèle spécifique nécessite du temps et de l'expérience pour s'établir.

La succession ou la redondance du sentiment le rend habituel et nous le reconnaîtrons systématiquement.

Au moment où il se manifeste, nous savons qu'il s'installe temporairement, ce qui nous amène à un meilleur positionnement et à une meilleure prise de décision.

Une empathie envers soi-même ?

Si nous comprenons un amour de soi sain, la vie peut prendre un autre tournant. À titre d'exemple; que ferions-nous pour nos parents, un être cher, quelqu'un que nous chérissons? Et si nous nous gâtions nous-mêmes avec des plaisirs significatifs et attentionnés? Que ferions-nous pour "nous", comme si ce "nous" était notre amoureux?

kjsjks

Loin des aspects matériels? Etant donné que le matériel fournit seulement un sentiment de bonheur faux et fugace, pas le bonheur lui-même.

Aime-toi, mais aussi, n'oublie pas d'aimer les autres autour de toi.

Partager et donner

Le partage fournit l'un des plus grands plaisirs de la vie et de l'auto-accomplissement. Si nous sommes à l'abri sous un toit, qu'on a de quoi manger, si nous jouissons d'une bonne santé : partageons le reste!

Donnons une pomme à un enfant, du pain à une personne âgée, partageons les pièces de monnaie qui alourdissent nos poches pour rien, donnons ce qui est nécessaire à la personne qui en a besoin.

Le partage ne s'arrête pas là. Si l'on ne possède rien de tangible à partager: le réconfort pour ceux qui en ont besoin, un sourire pour contaminer avec, un espoir à rappeler, etc., peuvent être accordés gracieusement.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.