LES BLOGS
03/07/2015 10h:10 CET | Actualisé 03/07/2016 06h:12 CET

Violence au nom de la morale: Trop, c'est trop

DR

SOCIÉTÉ - Pays de culture ancestrale, havre de paix, pays de tolérance avéré, pays du savoir, pays que plus d'un nous envie. Le Maroc de nos rêves est il en train de muter?

En l'espace de quelques jours, certains de nos concitoyens ont dangereusement surpris. Il y eut d'abord cette histoire d'Inezgane, où deux jeunes filles ont été insultées, molestées, avant d'être écrouées pour tenues vestimentaires jugées non convenables par certains.

Il y eut ensuite à Fès une personne prise à partie, agressée physiquement de la manière la plus sordide, pour cause d'homosexualité supposée. La personne a été sortie d'un taxi, mise à terre, battue et piétinée de la façon la plus inhumaine qui soit.

A chaque fois, ce sont des citoyens surexcités qui ont déclenché le processus de violence, dans un mouvement de foule étonnamment dramatique.

Ils ont jugés ostentatoire le comportement des jeunes filles d'Inezgane et ont décrété non conforme aux règles de la morale celui de la personne de Fès. Alors ils ont décidé de les corriger.

A partir de leur jugement de foule, ils se sont permis d'appliquer le châtiment le plus atroce aux personnes mises en cause. Ces dernières vont subir ainsi un verdict définitif, sans défense et sans recours.

Des citoyens imposent donc leur loi en jugeant ce qui est convenable de ce qui ne l'est pas, ce qui est acceptable de ce qui ne l'est pas, ce qui est moral de ce qui ne l'est pas. Les institutions et les lois sont ignorées et l'autorité de l'état mise à rude épreuve.

On est donc en droit de savoir ce qui motive ces agissements de foule et à quelle logique ils obéissent. Qui est derrière ce genre de comportements insupportables? Il est absolument intolérable de voir ce genre de situations se produire en si peu d'intervalle de temps.

Ou bien ces citoyens lyncheurs sont dans l'ignorance de la loi qui interdit à tout un chacun de se faire justice soit même, combien même il aurait raison. Ou bien ils le font en parfaite conscience, une façon de braver l'autorité de l'État, ainsi considéré laxiste, jugé impuissant, incompétent et pourquoi pas illégitime dans sa défense de la moralité et des bonnes mœurs. Ceci étant inadmissible.

Ces actes inacceptables de lynchage ont été à chaque fois froidement filmés et tout aussi froidement mis en ligne. Ceux qui filment sont-ils de connivence avec les lyncheurs, mettant ainsi en valeur les forfaits de leurs amis dans le contexte d'un agenda précis, ou bien ne s'agit-il que d'un voyeurisme lâche?

Filmer au lieu de prêter assistance à personne en danger. Invraisemblable.

Dans tous les cas, l'État se doit d'appliquer la loi et la tolérance zéro vis-à-vis de ce genre d'actes, avant qu'il ne soit trop tard et qu'il ne se fasse déborder, comme c'est déjà le cas dans d'autres contrées.

Nous citoyens qui avons confiance dans nos institutions, ne pourrions jamais comprendre un brin de non fermeté contre tout inquisiteur ou une quelconque permissivité en ce qui concerne la protection que la constitution garantit à chacun, à tous et à toutes. C'est le fondement même du vivre ensemble.

Nous sommes en droit de nous demander par ailleurs ce que seraient les limites de "la tolérance morale" des lyncheurs? Combien de centimètres de tissus à partir du sol vont-ils tolérer pour une jeune fille, par exemple?

Avant hier à Témara, sont passées devant moi trois fillettes de quelques 10 années et moins, drapées d'un de ses habits marrons à signification politico-religieuse, venus d'ailleurs, suivies de deux jeunes mamans couvertes du même tissu. Les voir en jellabas ou haïk ne m'aurait sûrement pas interpellé.

Bien qu'elles soient libres de leurs actes et comportements, la constitution leur garantissant cela, je n'ai pu éviter de me poser la question de leur référant religieux et me suis demandé: suis-je bien au Maroc? Mais cela est une autre paire de manches.

LIRE AUSSI DANS LES BLOGS:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.

Galerie photoManifestation à Casablanca en soutien avec les filles arrêtées à Inzegane Voyez les images