LES BLOGS
22/04/2016 12h:49 CET | Actualisé 23/04/2017 06h:12 CET

Et si Mahmoud Darwich et Charles Aznavour étaient tunisiens?

Collage

J'imagine que si Mahmoud Darwich était Tunisien, il passerait toute la journée dans un café à l'avenue Habib Bourguiba, sirotant un café express à 1.500 millimes. Quand le serveur du café viendra chercher l'addition, il lui sortira un vers de poésie pour lui signifier que le café est l'ami du temps, il se sirote lentement. ("القهوةُ لا تُشربُ على عجل .. القهوةٌ أختُ الوقت تُحْتَسى على مهل ")

En sirotant son café qu'il a commandé depuis 8h du matin en écrivant ses poèmes engagés, il se rend compte qu'il est temps de passer à la bière, sauf qu'il n'a pas un sou. Il appellera alors son riche ami de la bourgeoisie de gauche. Ce dernier lui payera quatre bières. Notre Mahmoud Darwich lui citera un vers de son poème pour lui signifier que quand on est riche, il faut toujours penser aux autres.("وأنتَ تُعِدُّ فطورك، فكِّر بغيركَ ... لا تَنْسَ قوتَ الحمام ")

Viendra ensuite le temps d'aller au bar JFK, espérant choper là-bas une de ces filles qu'on nomme "camarade", une fille passionnée par la littérature et la poésie. Il lui citera un poème dédié spécialement à elle, intitulé "Une leçon de Kamasutra".

Le Mahmoud Darwich tunisien adorerait les militants de la société civile: Il passerait ainsi des heures avec eux à la Villa 78 en sirotant sa bouteille de vin. En le faisant, il est pris de temps en temps de nostalgie pour la cause palestinienne: "oh Palestine, nom de la terre, nom du ciel, tu vaincras" ("آهِ فلسطينُ، يا اُسْمَ الترابِ، ويا اُسْمَ السماءِ، سَتَنْتَصِرين"). En somme notre Mahmoud Darwich tunisien est un lascar.

-----------------------------------------------------------------------------------

J'imagine que si Charles Aznavour était un artiste tunisien, il serait originaire de la "Goulette". Il aurait passé sa jeunesse à chanter dans les cabarets pour apprendre la musique contemporaine sous l'égide de grands artistes de la musique populaire tunisienne comme Ismael Hattab, paix à son âme.

Le Charles Aznavour tunisien a été surnommé "Assfour" ("oiseau"), il s'occupait aussi des narguilés des clients, leur apportait des cafés. Il était le chouchou des ivrognes car il mettait de l'ambiance en chantant les célèbres chansons d'Oum Khalthoum.

En 1984, notre Charles Aznavour avait 19 ans, et, comme ses amis, il buvait de l'alcool, fumait des joints. Lors de cette même année, il était arrêté en marge de la "révolte du pain".

Depuis on le prenait pour un révolutionnaire, du surnom "Assfour" on l'appelait désormais "la voix de la révolution". En prison, il fait des rencontres avec des icônes de la musique populaire comme Salah Farzit et Cheikh Afrit . Il composera quelques unes de leurs chansons à succès comme: Salah Farzit ("نيران جاشي شاعلة") ou Cheikh Afrit ("يا فاطمة بعد النكد و الغصرة").

En 1985, il est libéré et il fera un duo avec le célèbre groupe de musiciennes tunisiennes "Al Azifet": "Hier encore j'avais vingt ans" ("البارح كان عمري عشرين"), un véritable tube.

Selon la légende, notre Charles Aznavour était un féministe, un défenseur acharné des droits de la femme tunisienne, des Tunisiennes libérées en général.

"Assfour" a dédié aussi une chanson à la Goulette: "Le port d'Amsterdam".

Il rejoindra par la suite le parti "Ettahrir", et sera l'un des rares chanteurs engagés à chanter dans le local du parti à Tunis avec le chanteur "Bendir man".

Ils chanteront des chansons révolutionnaires comme "L'amour, c'est comme un jour" ou "Dis à la belle au voile noir".

La révolution du jasmin aura marqué un tournant sans sa vie de militant. Il fera des chansons patriotiques avec Emel Mathlouthi et d'autres artistes engagés.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Galerie photoEnterrement de Mahmoud Darwich Voyez les images