Zineb Kobbi

Journaliste à l'agence Aps au Service culturel. Retraitée

Au large de la langue française

Aujourd'hui encore, je me demande quel français ai-je utilisé pour raconter à Monsieur Terral une journée ordinaire d'une enfant à l'orée d'une zone interdite. Une petite fille qui craignait le retour du jour car il signifiait le retour de ces hommes qui parlaient à voix haute cette langue française qu'il m'enseignait. Ces hommes qui revenaient pour injurier et brutaliser ma mère, pour saccager et détruire nos maigres provisions...
08/01/2018 11h:47 CET