profile image

Rajaa Kantaoui

Directrice des affaires gouvernementales et des communications

Forte de ses 16 ans d’expérience professionnelle en marketing sensible et branding du secteur industriel, Rajaa Kantaoui est directrice des affaires gouvernementales et des communications chez BAYER. Elle a fait ses preuves dans plusieurs multinationales et fonds d’investissements marocains. Férue des sciences de la communication et de la gestion des marques, Rajaa Kantaoui a cumulé une expérience en communication Corporate et en lobbying stratégique auprès des parties prenantes opérant dans plusieurs secteurs sensibles (Industrie pharmaceutique, audiovisuel, immobilier, aéronautique, agroalimentaire et santé…) En 2008, lors d’un workshop autour de la liberté de l’expression en Suède, elle est choisie pour faire partie des jeunes leaders de l’observatoire des élections américaines à Madison (USA). Ce fut son premier pas dans le monde de la politique et de la communication sensible. Elle obtient son Master en communication politique, s’ensuit son Master en Marketing puis des formations continues en gestion des crises, notamment celle de l’imminent Ex général de l’armée de guerre, Vincent Desportes, enseignant à sciences Po Paris (successeur du général Fosh) et celle de Didier Heiderich, Président de l’Observatoire Internationale des Crises.Avant de rejoindre Bayer, elle a occupé le poste d’«External communication Manager» au sein du britannique Imperial Brands. Auparavant, elle occupait le poste de Public Relation Manager à la direction du Marketing stratégique des laboratoires SOTHEMA. En 2013, elle occupa le poste de directrice Marketing et de la communication au sein de la Holding H&A Holding. En 2011, elle a été chargée de missions auprès de l’ex ministre de tourisme Adil Douiri, au sein du fond d’investissement Mutandis, dont elle assuré la communication institutionnelle et les relations avec les médias.
Intelligence économique: Espionnage ou management

Intelligence économique: Espionnage ou management stratégique?

ÉCONOMIE - A l'heure où les publics déchiffrent en continue l'overdose informationnelle, le développement des technologies de l'information et de la communication impacte le mode de fonctionnement des entreprises. En effet, l'univers complexe dans lequel évoluent ces dernières souffre d'un profond paradoxe.
20/10/2015 06h:58 CET
L'ère des crises opère: les mea culpa ne font plus de

L'ère des crises opère: les mea culpa ne font plus de miracles!

SOCIÉTÉ - Les crises se suivent et ne se ressemblent pas. Nous vivons une époque où le transfert de crise opère en toute fluidité entre crise sociale, politique, religieuse et économique. Les enjeux et menaces n'épargnent aucune entité. Institutions étatiques, entreprises et gouvernement, se mêlent les pinceaux entre maladresse de gestion et mutisme.
01/10/2015 03h:39 CET
Les médias sont-ils manipulés ou

Les médias sont-ils manipulés ou manipulateurs?

SOCIÉTÉ - Que vaut une pensée si elle ne renferme pas une vérité? Que vaut une pensée qui se soumet à autre chose que la vérité? La pensée n'est pas seulement un rôle philosophique, ni un divertissement, c'est une exigence humaine et l'une des premières vertus de l'espèce. L'homme libre n'agit jamais en trompeur, écrit Spinoza, mais toujours de bonne foi. Cette dernière est une sincérité à la fois transitive et réflexive. Elle régule non seulement nos rapports avec l'autre mais aussi avec nous même.
13/02/2015 12h:00 CET
Et toi... Oserais-tu faire un don d'organe après ta

Et toi... Oserais-tu faire un don d'organe après ta mort?

SANTÉ - N'est-il pas merveilleux de penser que nous pouvons tous, si volonté y est, œuvrer pour la création d'un monde meilleur? N'est-il pas judicieux d'amener les responsables, les décideurs, les scientifiques... à se concerter pour lancer un débat national sur le don et la greffe d'organes après la mort?
20/01/2015 10h:37 CET
Votre voix compte, jeune

Votre voix compte, jeune compatriote!

POLITIQUE - On les dit impertinents, avertis et cyniques. Ils rétorquent en se disant déçus par les gouvernements précédents, méfiants face aux fausses promesses et désintéressés des débats politiques. De nos jours, la jeunesse marocaine est timidement politisée, et elle s'exerce de plus en plus à exprimer son opinion et sa déception des politiciens actuels jugés dépassés et peu en phase avec les aspirations d'une génération en pleine modernisation.
01/01/2015 08h:49 CET