Meryem Belkaïd

Universitaire

Docteure es lettres enseigne actuellement à Bowdoin College aux États-Unis et est spécialiste de littérature française et francophone.
Imazighen Ramzi Boudina / Reuters

Imazighen

S’il est un cri de ralliement, ce sera celui-là.   Que nous soyons de Tamanraset, Kheratta, Ténès, Tlemcen ou Annaba. Que
22/03/2019 08h:53 CET
Yatnahaw Capture d'écran

Yatnahaw ga3

Pendant plus de vingt ans, nous avons eu peur de vous et de nous-mêmes. En octobre 1988, les chars sont entrés dans Alger
13/03/2019 15h:38 CET

"The Night Of", il faut sauver l'avocat Stone

"The Night of", diffusée cet été sur HBO, est une mini-série de 10 épisodes d'une heure chacun qui au premier abord n'offre rien d'original. Ce qui peut sembler surprenant pour la chaîne privée qui nous a habitués à des révolutions télévisuelles depuis <em>The Wire</em> en passant par <em>The Jinx, True Detective</em> jusqu'à l'incontournable <em>Game of Thrones</em> et j'en oublie certainement.
06/09/2016 22h:46 CET
What's my name

What's my name ?

n pleine rue Didouche Mourad il se sent pour la première fois depuis longtemps un peu de légèreté. Il fait chaud. Il transpire sous sa chemise. Il a envie de courir. De sautiller. Il en envie d'écrire un texte sur Ali. Il a vu mille fois ces images. L'entraînement avant le match contre Foreman au Mozambique. Mohamed Ali qui court, qui sourit aux gens, qui embrasse les enfants en passant. Ali qui danse. Ali qui demande à la foule en tendant l'oreille : « Who is the champ of the world ? » Il a envie de lui répondre. De crier « Ali !».
04/06/2016 14h:27 CET
Le football de demain... aux

Le football de demain... aux States?

Dernier petit moment d'émotion : la sortie de terrain de Pirlo cinq minutes avant la fin de la partie. Beaucoup de spectateurs se lèvent, les newyorkais apprécient leur star, toute la troupe d'Algériens est elle aussi debout, on l'applaudit à tout rompre. Pirlo sort en saluant le public et je sourie parce que je sens bien que mon voisin s'en veut un peu de l'avoir traité d'idiot. Il ne dit plus un mot. Il se rend compte peut-être de lui-même qu'il a encore un peu à apprendre sur le football. Il n'ose pas demander qui est ce type qui force tant de respect.
11/05/2016 08h:07 CET
Fi rassi ... de Hassen Ferhani :

Fi rassi ... de Hassen Ferhani : "All those voices in my head"

Comme dans un vertige qui m'emporte. Parce que moi aussi, comme l'un des protagonistes du documentaire Fi Rassi Rond-Point, réalisé par Hassen Ferhani, j'ai un rond-point dans la tête. Pourtant mille choses nous séparent Youssef et moi, Son âge : il a à peine 20 ans. Son métier : il travaille dans les abattoirs d'Alger. Mais nous parlons au fond la même langue, non pas seulement l'algérien, mais la langue de tout ceux qui se cherchent qui se construisent. Tout ceux qui n'ont pas une autoroute dans la tête, une voie toute tracée
22/12/2015 08h:27 CET
Jessica Jones, nous

Jessica Jones, nous t'attendions.

Il faudra bien évidemment veiller à ce qu'il y ait une application réelle de la loi, à ce que les femmes ne craignent pas de porter plainte et se sentent suffisamment protégées et soutenues pour le faire. Donner la force et le courage aux victimes de faire face à leurs bourreaux qui trop longtemps se sont crus tout puissants et intouchables. Nous n'avons pas sa force, mais le courage dont fait preuve Jessica Jones, nous l'avons toutes en nous quand la loi le permet.
19/12/2015 10h:40 CET
Chroniques japonaises (suite et fin) : Hiroshima vivante, résiliente et

Chroniques japonaises (suite et fin) : Hiroshima vivante, résiliente et debout

Je m'assois d'abord quelques longues minutes face au "dôme de Genbaku", ruines de ce qui était en 1945 le palais d'exposition industrielle, symbole de la prospérité de la ville, Il est aujourd'hui encore plus ou moins préservé et se tient droit pour rappeler le crime commis contre l'humanité par l'armée américaine, il y a exactement 70 ans.
04/08/2015 11h:50 CET
Chroniques japonaises: Nul mieux que la littérature et le

Chroniques japonaises: Nul mieux que la littérature et le cinéma

C'est la première fois que je me rends au Japon. La première fois que je vais voir l'Asie. Pourtant une de mes grandes amies, ma sœur de cœur, y vit depuis dix ans déjà. Mais jusque là, le temps et l'argent m'ont manqués. Et puis je dois bien l'avouer, l'envie aussi un peu. Je rêve plutôt de Brésil, d'Argentine et de Pérou. Mais je n'ai jamais rêvé de Japon. Bien à tort. Il ne faut pas seulement suivre ses rêves, il faut aussi se laisser surprendre par la vie.
03/06/2015 18h:17 CET
La Tunisie au

La Tunisie au cœur

Des cris d'amour. Se diriger avec des bougies vers le bateau resté au port et dans lequel voyageaient les touristes qui ont été tués au Bardo. J'avoue que la Tunisie me surprend à nouveau par sa force, par son refus de la violence et de la peur. Assommée, menacée, fragilisée, elle résiste. Alors, j'ose encore l'espoir.
21/03/2015 17h:46 CET
Une algérienne aux USA: Don't give up the

Une algérienne aux USA: Don't give up the fight

Je souriais intérieurement en pensant au désastre que ce jeu aurait été à Paris. Et j'ai pensé aussi à Alger et à Tunis, je me suis demandée quand nous aurions le droit nous aussi de rire, d'être légers, de ne rien craindre les uns des autres. Et puis j'ai vite pensé à autre chose. Couru vers un autre défi en râlant sûrement un peu, parce que comme je l'ai dit, je n'aime vraiment pas courir.
17/11/2014 11h:44 CET
Enseigner aux USA:

Enseigner aux USA: "Aimez-vous l'Algérie?"

C'est un cours de Français oral, destiné à des étudiants ayant un niveau intermédiaire ou avancé en français... Un matin, nous parlons de l'Algérie, que je m'efforce de présenter au mieux - mais à grands traits je l'avoue, je n'ai qu'une heure devant moi... La question bien évidemment me surprend et me prend de court. Je suis un peu décontenancée, je m'attendais aux questions plus classiques du type "est-ce que tout le monde parle français en Algérie?" "est-ce que les femmes portent toutes le voile?"...
18/10/2014 11h:50 CET
Les copains

Les copains d'abord

Au coup de sifflet final, après une demi heure de souffrance pendant laquelle je ne sais si je dois rester assise, me mettre debout ou tout simplement quitter les lieux, je ris et pleure à la fois. J'arbore mon drapeau algérien dans les rues et on me félicite : "Mabrouk alikoum","Mabrouk alina", la joie est réelle, partagée. Je suis heureuse de vivre cette qualification en Tunisie, cela me console d'être loin. Mes amis m'appellent d'Alger on échange quelques mots, nous sommes ivres de joie.
28/06/2014 04h:58 CET
Pays frères (troisième et dernière

Pays frères (troisième et dernière partie)

Quant à mes amis d'enfance, ils me demandent souvent pourquoi j'ai à l'époque décidé de rentrer à Tunis plutôt qu'à Alger... Ce n'était point par crainte de la situation sécuritaire qui à l'époque s'améliorait sensiblement, ce n'était point par crainte de ne pas trouver un poste à la fac. Je crois simplement que j'ai fait mon choix en tant que femme. S'il reste encore beaucoup de chemin à faire en Tunisie du point de vue des mentalités, la loi et le droit sont du côté des femmes.
20/06/2014 11h:54 CET
Pays frères (deuxième

Pays frères (deuxième partie)

TUNISIE, ALGERIE - Avoir deux nationalités c'est donc se sentir chez soi dans deux pays. C'est aimer tout autant deux patries. Il y a évidemment l'aisance irremplaçable du pays natal, une connaissance plus intime de la langue, c'est à Alger que j'ai grandi et la balance penche donc sensiblement de ce côté. Mais, jamais je ne me sens étrangère en Tunisie.
16/06/2014 10h:41 CET
Pays frères (première

Pays frères (première partie)

Ce que vit la Tunisie dans les années 90, l'Algérie en fait l'expérience depuis 10 ans, de manière un peu plus anarchique et sauvage. Une modernité de surface qui éblouissait l'adolescente que j'étais et dont je sais aujourd'hui qu'elle n'est qu'une façade qui cache des maux terribles et une mal vie dans les deux pays.
12/06/2014 13h:05 CET