Malek Lakhal

Etudiante tunisienne à Sciences Po Paris

Etudiante tunisienne à Sciences Po Paris, passionnée de littérature. Elle suit la situation politique et sociale en Tunisie de près, particulièrement tout ce qui a trait au féminisme et au genre.

"Bit sala" VS "Bit 93ad": Paradigme de compréhension de l'Etat postcolonial

SOCIÉTÉ - Il semblerait que de nombreux aspects de notre vie sociale soient gérés à travers une séparation stricte entre l'espace que l'on met en scène pour les autres, et l'espace où l'on évolue soi-même, plutôt à l'abri du regard et des jugements de cette entité énigmatique que l'on nomme "la3béd".
11/08/2015 13h:22 CET
À quoi sert la Constitution

À quoi sert la Constitution tunisienne?

POLITIQUE - Que signifie l'adoption d'une Constitution en Tunisie? Beaucoup moins que prévu semble-t-il puisqu'elle est violée de façon régulière par ses propres rédacteurs, les acteurs politiques. Cela pose aussi une question bien plus épineuse quant au bien-fondé même de l'adoption d'un outil constitutionnel s'il n'est respecté par personne: à quoi nous sert une constitution au final ?
17/12/2014 16h:57 CET

"La Femme Tunisienne" bourreau des femmes tunisiennes?

SOCIETE - La lutte pour décider de ce qu'est "La Femme Tunisienne" et de qui peut prétendre à ce titre non seulement divise irrémédiablement les femmes, mais en plus, éloigne l'attention de tous les problèmes quotidiens auxquels les femmes sont confrontés au sein d'une société patriarcale.
08/05/2014 09h:38 CET
Affaire Meriem Ben Mohamed: L'oubli est

Affaire Meriem Ben Mohamed: L'oubli est coupable

MERIEM BEN MOHAMED - "Pourquoi tu ne leur pardonnes pas, même Dieu pardonne, pourquoi pas toi?", dit l'avocat des policiers, Sami Rebaï, profitant de l'absence des avocats de la victime. Meriem Ben Mohamed s'est retrouvée seule, victime de l'acharnement des uns et de l'oubli des autres, alors qu'il faudrait tout faire pour que son histoire ne soit pas oubliée, pour que, malgré son anonymat, elle montre la voie, pour que, petit à petit, elles soient plus nombreuses à s'exprimer, et même à le faire à visage découvert. Car la honte doit changer de camp.
09/11/2013 15h:29 CET