Kamela Haddoum

Activiste.
Les morts ne le sont vraiment que lorsqu'ils sont oubliés des

Les morts ne le sont vraiment que lorsqu'ils sont oubliés des vivants

Elle avait plus de 100 ans, le 28 Novembre 1997 quand Yemma Zinev, la doyenne du village de Souama a rendu l'âme. A ce moment là, j'avais 15 ans. Je garde une image et des souvenirs impérissables de cette vénérable vieille dame dont les dernières années de sa vie étaient marquées par la maladie. Elle ne sortait pas beaucoup mais recevait chaque personne qui voulait la voir chez elle.
07/06/2016 15h:29 CET
Femme de Souamâa entre hier et

Femme de Souamâa entre hier et aujourd'hui

A première vue, pour le visiteur de passage à Souama, à plus forte raison encore, s'il est étranger au pays et à la culture autochtone, il est frappé par l'omniprésence de la femme dans l'espace public. On est loin de la représentation paradoxale de la femme dans la société kabyle !
19/05/2016 18h:48 CET
Lqivla: une femme

Lqivla: une femme d'autrefois

Assise sur son lit, une canne à son chevet. Elle porte une robe et un foulard comme le veut la tradition kabyle, l'allure est droite. Le regard est vif et profond. Les tatouages sur son front et sur son menton sont impressionnants tellement ils viennent d'un autre âge.
28/04/2016 08h:52 CET