Ihsane El Kadi

Journaliste et Editeur de presse Electronique

Directeur de Maghreb Emergent: http://www.maghrebemergent.info
De Soto vs Piketty pour oublier les prix inélastiques du système

De Soto vs Piketty pour oublier les prix inélastiques du système Bouteflika

L'actualité de la semaine a été dominée par le listing des promesses de réformes économiques non tenues en l'an I de Bouteflika 4. Les cours du brut se sont affaissés en cours de route. L'urgence et la profondeur des réformes se sont amplifiées. C'est donc l'occasion d'être sceptiques en cette semaine des bilans sur l'avenir du quatrième mandat face à la crise qui se profile.
24/04/2015 13h:56 CET
Ali Haddad arrive et l'investissement s'ouvre, bonne ou mauvaise

Ali Haddad arrive et l'investissement s'ouvre, bonne ou mauvaise nouvelle?

Une étude classe l'Algérie pays le plus hostile à la liberté économique en Afrique du Nord. Rien de surprenant, des métiers clés sont toujours interdits en 2015 à l'investissement privé. Et sinistrés par la crise du quasi monopole public. Les banques, les radios, les compagnies aériennes, les instituts de sondage, les fonds d'investissement, les providers internet, les services GPS, le transport maritime, la distribution cinématographique, le commerce en ligne
03/02/2015 10h:20 CET
Entre Ali Al-Naïmi et Zohra Derdouri, l'élasticité du temps ne fait plus rire

Entre Ali Al-Naïmi et Zohra Derdouri, l'élasticité du temps ne fait plus rire Sellal

Il y a là trois ou quatre ministres de l'OPEP et leurs conseillers sirotant boissons et papotant sur la conjoncture en prévision de l'ouverture de la session ministérielle du cartel le lendemain. Au cœur des soucis du moment, la production vénézuélienne. Elle est trop au dessus du quota du pays que ne dirige pas encore Hugo Chavez. Les saoudiens, mais aussi les algériens, veulent faire rentrer Caracas dans le rang.
05/01/2015 07h:19 CET
Le think-tank Nabni n'était donc pas un

Le think-tank Nabni n'était donc pas un "oiseau de mauvais augure"

En acceptant d'écouter ce que les citoyens-experts de Nabni avaient à dire sur la prospective le premier ministre aurait pu agir autrement. Commencer, par exemple, à tendre vers la loi d'or qui veut que la fiscalité pétrolière ne finance pas les dépenses de fonctionnement.
27/12/2014 12h:49 CET

"Conjoncture algérienne: Contre la sinistrose qui arrive..."

<strong>La conjoncture politique s'est crispée en Algérie depuis la dernière chronique</strong>. Une anticipation pavlovienne du moins "bien" économique qui se profile. C'est peut-être le moment de parler vrai aux Algériens. Youcef Yousfi, le ministre de l'Énergie, a passé ces trois dernières années à rassurer les Algériens sur des volumes de production qui pourtant déclinaient d'une année à l'autre.
13/12/2014 13h:36 CET
Brahim Benabdeslem ou la douce schizophrénie du patronat

Brahim Benabdeslem ou la douce schizophrénie du patronat algérien

Brahim Benabdeslem a assuré une "pige" à la tête de la délégation du FCE lors de la dernière tripartite. Peu connu du grand public, il incarne bien la crise d'autonomie des patrons algériens, partagés entre des convictions "intimes" anti-autoritaristes et ce qu'ils croient être leur devoir de soutenir le régime.
30/09/2014 15h:53 CET
À la recherche de l'introuvable

À la recherche de l'introuvable "Rab Dzayer"

Les convulsions du pouvoir algérien pour faire passer Bouteflika 4 ont laissé de grosses séquelles. La classe politique, les élites d'affaires, l'opinion publique, personne ne sait qui gouverne vraiment l'Algérie.... L'ANP n'a pas déposé plainte, comme se sont empressés de l'écrire quelques confrères... La carrière du chef d'État-major, vice-ministre de la Défense doit tout au président Bouteflika... Fausse piste. Général Toufik, Général Gaïd Salah, président Bouteflika, Ali Haddad, personne ne tient le casting divin.
27/05/2014 22h:27 CET
Pourquoi Abdelaziz Bouteflika va renoncer au quatrième mandat

Pourquoi Abdelaziz Bouteflika va renoncer au quatrième mandat présidentiel

POLITIQUE ALGÉRIENNE - Le président algérien Abdelaziz Bouteflika veut repousser au plus tard sa réponse sur sa disposition à briguer - ou pas - un quatrième mandat présidentiel, comme l'y appelle quelques uns de ses partisans. Cela lui permet de rester au centre de l'échiquier politique et de garder la haute main sur l'autorité de l'Etat.
19/12/2013 18h:50 CET