Hocine Malti

Je suis ingénieur pétrolier de formation. J'ai rejoint la Sonatrach très peu de temps après sa naissance officielle le 31 décembre 1963. J'ai participé, avec la vingtaine de cadres supérieurs que nous étions au départ, à la création de l'outil pétrolier de l'Algérie qui allait compter 120;000 personnes dans ses rangs dès le lendemain des nationalisations du 24 février 1971.

J'ai occupé successivement les postes de chef du département Gisements de la Sonatrach, puis PDG de la S.N. REPAL (une filiale commune SH/Elf-Erap en vertu des Accords d'Evian), PDG d'ALCORE (filiale à 51%/49 % de SH et de Core Laboratories Inc), Directeur de la production de Sonatrach au lendemain des nationalisations, puis vice-président Hydrocarbures de 1972 à 1975.

J'ai été, par la suite, détaché par le gouvernement algérien auprès de l'Organisation des Pays Arabes Exportateurs de Pétrole (OPAEP) à Koweit où j'ai occupé le poste de conseiller technique du secrétaire général de l'organisation. Ma candidature au poste de directeur général de l'Arab Petroleum Services Company (APSC) a été retenue par le conseil des ministres de l'OPAEP, puis officialisée par décision du conseil d'administration de la société, dont le siège était à Tripoli (Libye).

L'APSC est une holding créée par les 10 pays membres de l'organisation à l'époque (Arabie Saoudite, Koweit, Emirats Arabes Unis, Bahrein, Qatar, Syrie, Irak, Egypte, Libye, Algérie), dont le capital était de 300 millions de dollars et dont l'objet était de créer des filiales de services spécialisées dans les différentes branches de l'activité pétrolière.

Durant mon mandat de 5 ans, j'ai mis en place la holding elle-même avant de créer 2 sociétés de services (forage et géophysique) et un institut de formation de techniciens et ingénieurs arabes. De retour au pays j'ai occupé durant 2 ans le poste de directeur général de l'ENEMA (Entreprise nationale d'exploitation météorologique et aérienne) avant de démarrer une activité de consultant pétrolier. Je suis auteur de deux ouvrages ("On l'a appelé le pétrole rouge", EditiOns Marinoor, Alger et "Histoire secrète du pétrole algérien" Editions La Découverte, Paris).

J'ai également participé à la rédaction de plusieurs ouvrages, co-écrits avec d'autres auteurs sur l'histoire de l'Algérie et son pétrole.

Je publie régulièrement jusqu'à ce jour dans la presse algérienne, mais aussi un peu partout à travers le monde (France, Liban, Canada, Etats-Unis ...) de très nombreux articles relatifs à la situation politique de l'Algérie."
Des dégâts de la loi sur les hydrocarbures de

Des dégâts de la loi sur les hydrocarbures de 2006

On vient d'apprendre que les groupes pétroliers Total et Repsol ont intenté une action en justice contre l'Algérie. Ils exigent d'être dédommagés pour les préjudices qu'ils disent avoir subis en raison de l'application avec effet rétroactif de la taxe sur les profits exceptionnels (TPE).
26/07/2016 16h:12 CET