profile image

Hamid Bouchikhi

Professeur à l'ESSEC

Hamid Bouchikhi est professeur de management et d'entrepreneuriat. Il est aussi un chercheur reconnu au niveau européen dans le domaine de la théorie des organisations, l’entrepreneuriat et l’innovation managériale.

Hamid est également le fondateur et le directeur académique de l’ESSEC Entrepreneurship Center, dédié à la formation, au coaching et à l'aide matérielle et financière des étudiants entrepreneurs. Hamid a été professeur invité à l’Université Keio à Tokyo, à la Malaysia Graduate School of Management de l’Université de Putra et à la Wharton School de l’Université de Pennsylvanie.

Hamid est docteur en méthodes scientifiques de gestion de l'Université Paris Dauphine.
L'art de la manifestation ordonnée: un atout contre la

L'art de la manifestation ordonnée: un atout contre la crise

Alors que nos concitoyens ont, souvent, un certain goût pour le désordre, une conscience toute relative du bien public et une certaine facilité de recours à la force physique pour régler des différends, ils ne montrent rien de tout cela quand ils participent à des manifestations collectives.
08/01/2018 12h:23 CET
Pourquoi dire

Pourquoi dire "vive le roi" est important et pourquoi ça ne suffit plus

POLITIQUE - La vague de sanctions royales qui ont frappé des ministres en exercice, d'anciens ministres, des secrétaires généraux de ministères et des hauts fonctionnaires a été qualifiée de "séisme" par les observateurs de la vie politique marocaine. Comme tout séisme de forte amplitude, celui-ci n'a très probablement pas fini de générer des répliques.
20/11/2017 15h:17 CET
Punir quelques acteurs ou changer le

Punir quelques acteurs ou changer le système?

POLITIQUE - Désormais, il y aura un avant et un après 24 octobre dans l'histoire du Maroc. Le limogeage de ministres en exercice, la mise en cause d'anciens ministres et la sanction de hauts fonctionnaires est une véritable rupture dans la gestion de la chose publique au royaume.
25/10/2017 17h:47 CET
Appel à réformer la pratique de l'Aid Al

Appel à réformer la pratique de l'Aid Al Adha

FÊTE RELIGIEUSE - Au moment où les croyants se préparent à réitérer le geste d'Abraham, le budget de beaucoup de familles marocaines pauvres ou modestes est mis à rude épreuve. La pression sociale, plus forte sur ce segment de la population que sur les gens aisés, ne permet pas d'activer la clause de dispense que la loi musulmane accorde pourtant aux fidèles qui n'ont pas les moyens d'acheter une bête.
23/08/2017 12h:28 CET
L'interdiction de la manifestation du 20 juillet a été une

L'interdiction de la manifestation du 20 juillet a été une erreur

AL HOCEIMA - Je l'ai pensé immédiatement après l'annonce de la décision et me suis abstenu de l'exprimer publiquement pour ne pas mettre de l'huile sur le feu et, je dois aussi l'avouer, parce que je ne suis pas sûr de bien saisir tout ce qui se joue en ce moment dans le Rif. Deux jours plus tard, et au vu des images et des comptes rendus de presse, j'affirme encore plus fort que l'interdiction de la manifestation du 20 juillet à Al Hoceima a été vaine, contre-productive et coûteuse.
22/07/2017 15h:37 CET
Sans écriture, la contestation n'est que

Sans écriture, la contestation n'est que vocifération

La mort de Mouhcine Fikri, le 28 octobre 2016, à Al Hoceima, n'arrête pas de faire des vagues au Maroc. Les protestations qu'elle a suscitées ont projeté sur la scène nationale, et depuis peu internationale, Nasser Zefzafi, un homme âgé de 39 ans originaire et habitant à Al Hoceima.
30/05/2017 15h:02 CET
Ce que les leaders du PJD doivent dire aux militants et aux

Ce que les leaders du PJD doivent dire aux militants et aux Marocains

POLITIQUE - Il règne une ambiance malsaine sur les réseaux sociaux autour de la formation du gouvernement de M. El Othmani. Des militants du PJD et des citoyens déchaînés dénoncent ce qu'ils perçoivent comme un complot contre le parti arrivé en tête des élections d'octobre, voire contre la démocratie. Pour certains, le nouveau Premier ministre a trahi les idéaux de son parti. Pour d'autres, il est victime de pressions exercées par on ne sait qui (c'est un euphémisme).
11/04/2017 09h:55 CET
Il a fallu aux Marocains du temps pour dire

Il a fallu aux Marocains du temps pour dire "Yes we can"!

HISTOIRE - Ce texte figure en conclusion de mon dernier livre <em>Le Maroc à bâtons rompus: Examen lucide d'une renaissance</em> (édité par Dar Attawassoul). J'y réponds, avec un siècle de décalage, à la conférence prononcée par Alfred de Tarde, le 7 novembre 1915, à la clôture de l'exposition franco-marocaine de Casablanca.
10/04/2017 10h:29 CET
La mise à l'écart de Benkirane n'est pas une affaire de

La mise à l'écart de Benkirane n'est pas une affaire de personne

POLITIQUE - Je ne connais pas M. Benkirane et ne partage pas le corpus idéologique de son parti. Je l'ai regardé parler à la télévision comme beaucoup de citoyens et l'ai trouvé plutôt charismatique. Il a probablement une part personnelle dans l'impossibilité de former un gouvernement plus de cinq mois après en avoir été chargé mais je n'entends en faire ici ni une victime, ni un héros.
17/03/2017 13h:22 CET
Les patrons américains face au pacte faustien de Donald

Les patrons américains face au pacte faustien de Donald Trump

ÉCONOMIE - "Je serai le plus grand créateur d'emplois que Dieu ait jamais créé" a déclaré un Donald Trump triomphant lors de sa première conférence de presse en tant que président élu le 11 janvier 2017. C'était la deuxième fois qu'il prononçait publiquement la même phrase qui faisait partie de l'annonce officielle de sa candidature à la présidentielle le 16 juin 2015.
27/01/2017 11h:16 CET
Compléter la réforme constitutionnelle marocaine par un travail sur le récit

Compléter la réforme constitutionnelle marocaine par un travail sur le récit national

SOCIÉTÉ - En juillet 2011, quelques mois après le "mouvement du 20 février" de la même année, le Maroc a été doté d'une nouvelle constitution saluée, à juste titre, comme une avancée majeure dans la démocratisation du pays. Cinq années plus tard, alors que les tractations pour former un gouvernement s'éternisent et montrent les limites de la fragmentation du champ politique induite par le mode de scrutin contenu dans la nouvelle constitution, un travail honnête sur le récit national s'avère nécessaire pour compléter et appuyer la réforme constitutionnelle.
13/12/2016 11h:04 CET
La démocratie marocaine nécessite une nouvelle

La démocratie marocaine nécessite une nouvelle étape

POLITIQUE - La version marocaine du printemps arabe a accouché d'une nouvelle constitution approuvée par près de 98% des Marocains qui ont participé au scrutin référendaire du 1er juillet 2011. La nouvelle loi fondamentale a été unanimement saluée comme un grand pas supplémentaire vers la démocratisation du pays, entamée par feu Hassan II, et continuée par son héritier.
22/11/2016 16h:35 CET