Fayçal Sahbi

Universitaire, enseignant et chercheur

Enseignant de sémiologie et de cinéma à l'université d'Oran. Il est aussi chercheur invité à l'université Paris 8.

Sémiologie de la grève

"Il y a encore des hommes pour qui la grève est un scandale : c'est à dire non pas seulement une erreur, un désordre ou un délit, mais un crime moral, une action intolérable qui trouble à leurs yeux la Nature. Inadmissible, scandaleuse et révoltante".
01/02/2018 13h:23 CET

Lettre à mon jeune ami du CCF

Cher ami, j'ai vu ta jeune frimousse dans beaucoup de photos qui ont circulé sur les réseaux sociaux dimanche dernier. On te voit, parmi tant d'autres, s'amasser dans une foule compacte, longeant les murs extérieurs du Centre Culturel Français, qui s'érigeait telle une forteresse imprenable. Les photos sont impressionnantes : elles ne sont ni tristes ni désolantes.
04/11/2017 12h:07 CET

Le 14e mort

J'étais encore en vie mais 14 personnes sont mortes ce jour-là à la Ramblas de Barcelone. Les médias, eux, n'en ont déplorées que 13.
24/08/2017 16h:02 CET

La fabrique d'intellectuels: Comment créer un intellectuel subversif (recette facile)

Cette subversion affichée fait que ces intellectuels sont de « bons clients » pour les médias occidentaux et français plus particulièrement. Ce qui expliquerait peut-être la couverture médiatique, sans pareil, dont a bénéficié Kamel Daoud à l'occasion de la parution de son dernier livre. Ce qui importe aux médias ce n'est pas tant ce qu'écrivent ou disent ces auteurs et intellectuels mais ce qu'ils sont ; ils ne sont pas invités par rapport à ce qu'ils produisent mais plutôt par rapport à ce qu'ils représentent ; Leurs livres ne sont pas des produits mais des prétextes.
13/03/2017 14h:25 CET

Les sept familles du Facebook DZ

Facebook est désormais le deuxième contient le plus peuplé du monde. L'Algérien prend, chaque jour, ses « clics », ses claques, et part à sa conquête. Sur la partie DZ de ce continent, cohabitent, tant bien que mal sept familles. Dans cet univers impitoyable, règne la loi du plus fort et sous un soleil implacable, ces familles ne redoutent que la mort. Voici leurs portraits.
12/12/2016 01h:25 CET

"Galou Hasni mât..."

Je n'oublierais jamais le jour de sa mort. C'était un jeudi, un jour de mariage. Aziza, ma cousine trouvait enfin un preneur; chose peu aisée à l'époque -et même de nos jours- vu sa réputation de grosse gueule.
29/07/2016 09h:20 CET

Miss Kabylie, le Chanteur de la place Audin et autres sujets intellectuels de la semaine !

Quelques jours seulement après la publication du projet de révision de la Constitution, qui prévoit l'officialisation du Tamazight, la nouvelle miss Kabylie commit l'irréparable en « refusant » de s'exprimer en kabyle. Depuis, on ne dénombre plus les pages et les pétitions en ligne demandant sa destitution, l'accusant même de « Grande trahison ». Peut-on trouver un lien entre les deux dates ? Sûrement. Tout est signifiant pourvu qu'on s'y attarde un peu
25/01/2016 12h:50 CET

Cannes Ya Ma Cannes: le mythe du "cinéma algérien"

<em>Cannes Ya Ma Cannes</em>... Encore une édition du festival. Presque rien n'a changé: la croisette, le tapis rouge, la petite polémique Sophie Marceau, la chronique de Tewfik Hakem et toujours pas de film algérien sélectionné. À défaut d'être sous les feux de la rampe du festival, l'Algérie s'est offerte une belle place sous l'ombre des palmiers de la Croisette: depuis quelques années, l'Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel (AARC) anime le pavillon Algérie au Festival de Cannes.
18/05/2015 14h:24 CET

Peut-on choisir de ne pas choisir?

Paris étant devenue depuis quelques années la capitale de ce que l'on s'obstine encore à appeler "le cinéma algérien". Il était tout à fait naturel que l'avant-première des <em>Terrasses</em>, le dernier film de Merzak Allouache y ait eu lieu. Pour être honnête et précis, il y avait quand même un peu d'Algérie dans la salle, puisque c'est bien la belle -et peu pratique- salle Youcef Chahine au cinéma Louxor, à deux pas de Barbès, qui a abrité cette projection.
29/03/2015 13h:51 CET

Y a-t-il (vraiment) une langue algérienne?

La mobilisation inédite contre le gaz de schiste est saisissante pour au moins une raison: Elle a réussi, en l'espace d'un instant et d'une cause, à réconcilier certains cercles avec l'Algérie profonde. Elle a permis de converger des franges à priori éparses de la société algérienne. C'est probablement pour la première fois dans l'histoire des protestations dans le pays où l'on voit davantage de pancartes en langue arabe qu'en langue française.
01/03/2015 15h:42 CET

Opération "Kutché"!

La scène se passe en quatre vingt dix ou peut-être en quatre-vingt sept. Peut importe, puisqu'elle se passe surtout dans la tête de l'auteur de ces lignes. C'était le lendemain d'une autre démonstration de force du FIS dans les rues d'Alger. Derrière sa moustache et son bureau de Riad El-Feth, à peine la conversation téléphonique terminée, le colonel Snouci, préoccupé et songeur, pensa d'abord à cette voix venue tout droit d'Eckmühl, quartier historique d'Oran.
02/02/2015 09h:49 CET

La fin des intermédiaires?

Tout a été dit ou presque à propos des attentats de <em>Charlie Hebdo</em>. Il est normal qu'un tel événement suscite les indignations, les condamnations mais aussi le débat. Le plus intéressant c'est que tout le monde, même en Algérie, s'est senti quasiment obligé de se prononcer, de se positionner, de prendre position. S'il ne le fait pas de son plein gré, il est sommé de le faire par tous les Charlie, Ahmed et Mohamed de la place!
17/01/2015 10h:05 CET

Au-delà de la fatwa: Pour renouer avec une pensée complexe

Le buzz de la semaine dernière en Algérie, qui n'en finit pas d'enchaîner les passions, au point de ne parler que de cela, c'est cette tragique pièce dont les protagonistes principaux jouissaient encore il y a peu de temps d'un anonymat presque total auprès du grand public. L'un étant imam d'une mosquée qui n'existe pas et l'autre auteur de la chronique la plus lue en Algérie certes, mais rédigée en français, traduite nulle part...
29/12/2014 14h:10 CET