profile image

Farhat Othman

Juriste, politiste, chercheur en sociologie et ancien diplomate

Farhat Othman est juriste, politiste et chercheur en sociologie. Ancien diplomate écarté du métier par la dictature, il est un militant humaniste et cyberactiviste, animant, entre autres, le blog : Tunisie Nouvelle République Après : «Les Accords franco-arabes», «Guérir l'Alzheimer. Manifeste hors poncifs», une approche humaine de l'Alzheimer, et deux premiers opus (l'apostasie et l'homosexualité) d'une série sur l'islam postmoderne : «Pour le renouvellement du Lien indéfectible», ses récentes publications sont un essai en arabe sur l'Alzheimer, soi-disant maladie, et en français : fresque historique sur «Les Origines de l'islam», trilogie sur «Ces tabous qui défigurent l'islam», essai sociologique sur la libido maghrébine «Érosensualité arabe», «message spirituel d'Ihsane jarfi pour l'abolition de l'homophobie en islam», opéra bilingue «Tunisie re-belle», trilogie politique sur «l'Exception Tunisie» et Journal d'Alzheimer, «Aloïs, mon amour!»
Penser global et agir local, impératif du nouveau

Penser global et agir local, impératif du nouveau gouvernement

La Tunisie doit faire de sa dépendance de l'Occident, et l'Europe en premier, une force et non une faiblesse en allant dans le sens de ce qu'on attend d'elle, mais en renchérissant sur les exigences de ses partenaires qui ne pensent, comme de bien entendu, qu'à leurs intérêts propres. Ce n'est qu'en usant de leur logique et de leurs armes propres qu'on peut obtenir quelque chose de bénéfique au pays.
01/08/2016 12h:00 CET
L'honneur perdu de M. Habib

L'honneur perdu de M. Habib Essid

De fait, le gouvernement n'a eu ici, comme en tant d'autres matières, qu'une vision dogmatique, religieuse même, de la législation tunisienne actuelle qui ne date pas que de l'ancien régime, mais aussi et souvent du protectorat ; or, issu d'une révolution ou voulant l'être, il se devait d'en faire une lecture révolutionnaire, au diapason des attentes populaires.
30/07/2016 13h:31 CET
De l'immoralité du projet de loi de lutte contre les violences aux

De l'immoralité du projet de loi de lutte contre les violences aux femmes

Le nouveau projet de lutte contre les violences faites aux femmes est parfaitement immoral; et il est d'autant plus qu'il est présenté par un gouvernement dont le chef se targue de ses qualités éthiques. Car l'objectif avéré de ce texte, quoique caché, est de chercher à détourner l'attention de la seule et plus grave violence faite aux femmes dans notre pays, une violence qu'on ne veut même pas éradiquer: c'est bien évidemment celle de l'inégalité successorale!
27/07/2016 10h:58 CET
Mourir d'aimer en

Mourir d'aimer en Tunisie

Même nos jeunes qui se laissent tenter par le terrorisme ne sont, au fond, que des désespérés empêchés d'aimer librement et qui préfèrent donner un sens à leur vie par la haine puisqu'ils leur a été interdit de retrouver ce sens dans et par l'amour. Quand on ne sait plus aimer, on se met à haïr et à tuer, par manque d'amour justement.
25/07/2016 14h:43 CET
Habib Essid, métèque de la

Habib Essid, métèque de la politique?

Non, M. Essid n'a eu la solitude pour campagne que parce qu'il a trop dormi alors qu'il aurait dû rester insomniaque sur le plan de la réforme législative. Il a été inerte en allant dans le sens d'un conservatisme non seulement social, mais moral, qui satisfaisait le parti religieux et les plus conservateurs des supposés modernistes.
22/07/2016 10h:58 CET