profile image

Arezki Derguini

socioeconomist working in the political and the scientific fields for an economic democracy

born in 09.12.1952 souk el tenine bejaia, algeria. searcher-teacher in Sétif university economic faculty since 1980 to 2012 and then deputy in the National Popular Assembly to the FFS party SINCE 2012 to 2017.
De la légitimité de l’Etat et de la Andia via Getty Images

De la légitimité de l’Etat et de la propriété

La propriété privée ne précède pas la société politique et n’institue pas l’État comme son défenseur. L’État est institué comme État social, il précède et institue la propriété privée en tant que défenseur de la propriété collective pour donner à chacun le droit de choisir la vie qu’il peut et veut mener
20/06/2018 16h:40 CET
La bonne

La bonne politique

Une bonne politique ne peut séparer absolument production et répartition, offres et demandes sociales, productions locales et mondiales. Elle doit être en même temps le fait d'institutions inclusives qui résulteraient de la coopération de bons citoyens, de bonnes élites spécifiques et de bons politiques et qui permettront ensuite à la société de fonctionner à leur diapason sans sacrifier l'équité à l'efficacité.
21/02/2018 12h:32 CET
Subventions ciblées ou revenu minimum

Subventions ciblées ou revenu minimum garanti?

Nos subventions écrasent les prix, soustraient les marchés à la compétition innovante et les soumettent aux importations. Un revenu minimum garanti qui répondrait clairement à la question pour qui produire, qui inscrirait la dynamique de production (que produire ?) dans une claire perspective d'accroissement du pouvoir d'achat social, une nette volonté sociale d'enrichissement collectif, permettrait à une vérité des prix de rendre possible l'investissement privé sans compromettre l'État social. Il ne faut pas abandonner le marché aux forces aveugles de la compétition, il faut lui donner un horizon socialement acceptable
24/01/2018 10h:50 CET
Libye, que peuvent des élections

Libye, que peuvent des élections ?

Sur le chemin de la restauration de l'ordre autoritaire, seront désolidarisées, utilisées l'une contre l'autre, liberté et égalité. Au nom de l'égalité la lutte contre la corruption s'en prendra aux élites économiques, au nom de la paix civile la répression s'attaquera à la liberté d'organisation.
30/07/2017 10h:59 CET
Rationalisation ou austérité

Rationalisation ou austérité ?

Le Fonds Monétaire International pense que l'on va trop vite dans la réduction de nos dépenses. Il faut entendre par là les dépenses d'importations. D'un point de vue global cela n'est pas faux. Si tout le monde réduit ses dépenses et particulièrement les gros importateurs, cela aggraverait (...)
29/03/2017 10h:23 CET
Les migrants et

Les migrants et nous

Au moment où les anciennes sociétés industrielles s'interrogent sur une éventuelle stagnation de leur économie [1], assistent à une polarisation de leur marché du travail et à une croissance des inégalités en leur sein, elles doivent faire face à un flux considérable de migrants que certains comparent aux grandes migrations européennes du quatrième siècle.
23/02/2017 11h:29 CET
De quoi sommes-nous les

De quoi sommes-nous les héritiers?

C'est faute de ne pas avoir accueilli cette question, de l'avoir évacuée, ou plus précisément qu'une minorité se la soit réservée, qu'une vie politique normale ne trouve pas ses marques, que la démocratie n'arrive pas à apporter les réponses qui la confortent.
13/01/2017 11h:31 CET
Tu ne spéculeras

Tu ne spéculeras pas!

L'étatisation ne s'achevait pas dans une socialisation des conduites, une production de normes et d'institutions démocratiques comme elle aurait pu le faire. Tant que ce système permettait de réaliser une certaine justice distributive, il pouvait conserver une certaine légitimité. Mais dès lors que cette justice ne pouvait plus être tenue, il fallait revoir ses conditions de possibilité, à savoir celles de la production et de la consommation.
30/12/2016 12h:20 CET
Ce qui t'appartient

Ce qui t'appartient m'appartient

Une propriété privée qui émergerait d'un passé obscur et dont on pourrait abuser de surcroît, ne pourrait qu'accroître la confusion des droits et ne pourrait empêcher, avec l'appauvrissement de l'État, la dégradation, en guerre, de la compétition de tous contre tous qui caractérise l'état social actuel.
14/12/2016 11h:21 CET
Faire de l'économie une affaire

Faire de l'économie une affaire sociale

Les exemples de l'Égypte , de la Grèce et du Venezuela sont devant nous. Devons-nous attendre la faillite de l'Etat pour entreprendre les réformes qui préservent l'Etat social? Un Etat failli ne peut venir en aide à des citoyens démunis dont le nombre s'accroît. Devons-nous attendre la faillite de l'économie centralisée afin que des responsables se déchargent de leur responsabilité, vaquent à leurs comptes privés et que l'étranger prenne en charge nos comptes publics?
18/11/2016 10h:47 CET
Qui protégera donc l'État? Le droit et les

Qui protégera donc l'État? Le droit et les normes

C'est la puissance du rapport aux forces et aux croyances et l'évolution de ces puissances qui font que le droit peut s'imposer à des normes jusque-là dominantes et inversement, des normes dominées à un droit dominant.
02/11/2016 09h:42 CET
Élire nos

Élire nos Walis

Aujourd'hui c'est sur la base d'un certain socialisme que la différenciation sociale et l'évolution du pouvoir d'achat peuvent être acceptés. On pourra parler plus tard, avec le développement de l'économie de marché, de social-démocratie.
19/10/2016 12h:24 CET
Comment refuser la

Comment refuser la guerre

Certains persistent à faire l'autruche, à ne vouloir voir dans le futur qu'une prolongation du passé. D'autres ont déjà les pieds dans une austérité que l'on évite de nommer, mais combien perçoivent ou se rendent compte que c'est de la guerre proprement dite qu'il faudra bientôt se protéger, qu'à trop se focaliser sur celle des prix, on risque d'entrer dans la première sans s'y être préparé.
24/08/2016 17h:47 CET
Notre avenir dans le

Notre avenir dans le monde

La solution à nos problèmes sera algérienne dans la mesure où elle sera autant valable pour nous, que pour le Mali, la Lybie, le Maroc et la Tunisie et ainsi de suite. Elle concernera et passera par trois niveaux d'intégration : national, infranational et supranational, aucun ni un seul n'étant pertinent pour traiter de tous les problèmes à la fois.
27/07/2016 11h:04 CET
Le camp de l'État

Le camp de l'État aujourd'hui

À l'arrivée du président Bouteflika au pouvoir, les caisses de l'État étaient vides, il semble qu'à son futur départ, il puisse en être de même. Dira-t-on alors que la parenthèse Bouteflika n'aura servi à rien?
13/07/2016 11h:14 CET
L'inéluctable

L'inéluctable

Le dialogue social, au contraire de ce qu'il est aujourd'hui, doit aborder la répartition des revenus et des patrimoines, la situation des finances publiques ou privées. Il doit rechercher une vision partagée des objectifs et des moyens du développement national
15/06/2016 11h:36 CET
Clients ou partie prenante

Clients ou partie prenante ?

La construction étatique par le haut qui n'avait d'autre fin qu'en elle-même, ne pouvait conduire qu'à la clientélisation de la société. Privatisation rampante et informelle d'un côté, fonctionnarisation de l'autre
15/04/2016 10h:54 CET