Akram Belkaïd

Journalist and Essayist

Spécialiste du monde arabe, des questions énergétiques et d'économie internationale. Dernier ouvrage paru: Retours en Algérie (éditions Carnets nord, Paris, 2013).
La chronique économique : Les monnaies des émergents sous

La chronique économique : Les monnaies des émergents sous tension

Du coup, les pays concernés se retrouvent face à des choix difficiles. Ils peuvent augmenter les taux d'intérêts pour freiner la sortie de capitaux étrangers et tenter de convaincre les investisseurs de se détourner du dollar. Cela au risque de pénaliser des activités économiques bien fragiles. Ils peuvent aussi limiter les sorties de capitaux et prendre des mesures pour suspendre, même momentanément, la convertibilité de leur monnaie. Au milieu des années 1990, la Malaisie a démontré que le mise en place d'un contrôle des changes peut avoir des effets salutaires dans un contexte de mouvements massifs de capitaux. Une chose est certaine, laisser filer leurs monnaies pénalisera ces pays émergents ne serait-ce que parce que cela augmentera l'inflation.
10/03/2016 17h:32 CET
La chronique du blédard : Une histoire de

La chronique du blédard : Une histoire de balance

Hé, dis donc, t'avais pas le droit de raconter l'histoire que je t'ai racontée. Mais si ! C'est à propos de la femme corse qui gifle son mari kabyle parce qu'il a dit que la côte de Ziama était plus belle que toutes les plages de Porto Vecchio.
05/03/2016 14h:48 CET
L'inconnue

L'inconnue chinoise

Sur le marché des changes, Soros est aussi convaincu que Pékin va devoir dévaluer sa monnaie, ne serait-ce que pour doper ses exportations et regagner de la compétitivité. Personnalité controversée, mais toujours avisée en matière d'économie, Soros a réussi à convaincre plusieurs économistes de l'imminence d'un "krach chinois", perspective qui inquiète au plus haut point en Europe et aux Etats Unis.
28/02/2016 13h:08 CET
La chronique du blédard : Ecrire, c'est s'exposer (du moins, à ses

La chronique du blédard : Ecrire, c'est s'exposer (du moins, à ses pairs)

Je trouve stupéfiantes ces réactions diverses qui s'indignent de l'article des chercheurs et qui dénoncent des tentatives de censure ou de passer une muselière à l'écrivain. Cela en dit long sur l'incapacité de nombreux Algériens à comprendre que critiquer un texte, ce n'est pas s'en prendre personnellement à l'auteur.
24/02/2016 12h:56 CET
La chronique du blédard: Gambit

La chronique du blédard: Gambit syrien

A bien des égards, la situation en Syrie peut paraître des plus compliquées en raison de l'intervention de plusieurs forces extérieures à commencer par la Russie. Mais, une chose est certaine. Bachar al-Assad, quoi qu'en disent ses défenseurs et ses thuriféraires, est d'abord un criminel qui massacre son peuple.
20/02/2016 23h:26 CET
Coeurs de

Coeurs de grenades

J'aime bien regarder les feuilletons turcs doublés en syrien. L'habitude. L'exotisme. L'accent lointain. Là, les gens parlent en tunisien mais ce que tu vois et entends n'a rien à voir avec la Tunisie ou même le Maghreb. Enfin, je nuance, les Turcs, ils ont plus des têtes à être doublés en algérien. Le débit est le même tout comme les intonations et ils sont tout autant renfrognés...
15/02/2016 11h:29 CET
La chronique du blédard :

La chronique du blédard : Irisées

Partir du sud, de Tunis, Alger, Oran ou Casablanca, en direction du nord. En hiver, toujours s'arranger pour prendre un vol de fin d'après-midi. A l'enregistrement, demander, insister s'il le faut, un siège à côté du hublot mais, attention, il faut préciser que l'endroit souhaité, exigé, doit être à la gauche de l'appareil, de préférence vers l'arrière.
03/02/2016 06h:19 CET
Mais où est passée la gauche

Mais où est passée la gauche arabe ?

En Algérie, la fin constatée, même si elle n'est pas encore revendiquée en tant que principe politique, de la gratuité de l'éducation ou des soins ne choque guère. Une lecture régulière de la presse montre que des concepts comme le "moins d'Etat", "les privatisations" et, bien sûr, le fameux "marché" et la non moins fameuse exigence de "réduction des subventions" reviennent comme des leitmotivs. Cela vaut aussi pour la Tunisie où des personnalités, jadis de gauche voire d'extrême-gauche, expliquent que la solution miracle pour le développement réside dans la généralisation des partenariats public-privé (PPP).
31/01/2016 08h:39 CET
La chronique du blédard: Monologue du pizzaiolo

La chronique du blédard: Monologue du pizzaiolo inquiet

Ah, non, ça ne va pas ! Je ne vais pas vous mentir. Les affaires vont mal, très mal. Il y a des jours, où je sais que je n'ai pas besoin de venir travailler. Les soirs où, d'habitude je faisais vingt couverts, je n'en fais plus que trois ou quatre. Les gens ne sortent plus, ils ont peur. Ce n'est pas une histoire d'argent. L'argent, il y en a malgré la crise. C'est la peur. Moi aussi, j'ai peur. Bien sûr, on est dans un quartier éloigné mais quand même... On ne sait jamais.
29/01/2016 13h:28 CET
Le come-back iranien et ses

Le come-back iranien et ses conséquences

D'ores et déjà 52 projets majeurs de modernisation ou de remise en service d'installations pétrolières et pétrochimiques ont été identifiés tandis que 18 lots d'exploration vont être mis aux enchères. Au final, Téhéran veut atteindre une production de 6 millions de barils par jour (4,8 mb/j sans les condensats) d'ici 2021. De quoi talonner les pompages saoudiens ou dépasser ceux des autres monarchies du Golfe
21/01/2016 12h:36 CET
La chronique du blédard: Aider la

La chronique du blédard: Aider la Tunisie

C'était il y a cinq ans. Le 14 janvier 2011, après un mois de soulèvements, d'émeutes et de manifestations populaires avec leurs cortèges de morts et de blessés, le président Zine el-Abidine Ben Ali quittait la Tunisie en compagnie de ses proches pour se réfugier en Arabie Saoudite. On connaît la suite mais elle mérite d'être rappelée.
19/01/2016 23h:38 CET
La chronique du blédard : Haro sur les

La chronique du blédard : Haro sur les binationaux

Il est impossible, ces derniers temps, d'échapper au "débat" concernant les intentions du gouvernement français en matière de déchéance de nationalité pour les auteurs d'actes terroristes (débat polémique bien utile pour faire oublier le reste ... ). Dans un premier temps, le président François Hollande, marqué de près par son Premier ministre Manuel Valls, envisageait de restreindre cette mesure aux seuls binationaux au prétexte (fallacieux) que la France ne saurait créer des apatrides et cela eu égard à ses engagements internationaux.
10/01/2016 13h:15 CET
France : Tic-tac, le compte à rebours pour 2017 a

France : Tic-tac, le compte à rebours pour 2017 a commencé...

Le problème dans l'affaire, c'est que le plus important de tout ça ce n'est ni le premier ni le second tour de l'élection présidentielle de 2017. Le danger et ce qui demeure incertain, c'est le score que réaliseront les candidats frontistes aux législatives qui suivront quelques semaines plus tard. Voilà la vraie rupture. Combien seront-ils à entrer au Palais Bourbon ? Deux, comme en 2012 ? Ou bien alors une soixantaine comme l'avancent déjà certains commentateurs ou bien encore plus d'une centaine selon des projections qui circulent dans les salles de rédaction parisiennes ?
19/12/2015 07h:52 CET
La chronique du blédard : La France, l'Arabie Saoudite et le

La chronique du blédard : La France, l'Arabie Saoudite et le business

Depuis les attentats sanglants du 13 novembre dernier à Paris, une grande partie de l'opinion publique française s'interroge quant à la responsabilité, directe ou indirecte, de la monarchie wahhabite dans la propagation du terrorisme islamiste aux quatre coins de la planète.
12/12/2015 14h:48 CET
Après

Après l'attentat

Après l'attentat, il y a le déferlement de la bêtise, méchante et, peut-être, incurable. Les racistes et les haineux qui s'en donnent à cœur joie, qui trouvent matière idéale à amalgame. Mais aussi les tarés qui justifient l'injustifiable, qui excusent ou qui, parfois, hélas, jubilent ou s'amusent du malheur ambiant. Des irrécupérables qui relativisent l'horreur en évoquant le contexte ou qui relayent les rumeurs et la bouillie complotiste.
30/11/2015 09h:22 CET
La guerre

La guerre d'Hollande

En France, c'est donc une guerre sans front mais avec une menace permanente, une peur diffuse et une incapacité des pouvoirs publics à garantir que les tueries du vendredi 13 novembre ne se répèteront pas. En Irak et en Syrie, c'est une guerre plus classique avec une aviation qui bombarde sans relâche des positions ennemies. Cette guerre, c'est la France qui l'a commencée. C'est le président François Hollande et son gouvernement qui l'ont décidée en intervenant militairement en Irak contre le groupe "Etat islamique" (EI) après le chute de la ville de Mossoul à la fin de l'été 2014.
16/11/2015 08h:19 CET
France, jours difficiles à venir pour les

France, jours difficiles à venir pour les musulmans

Il ne fait nul doute que les jours qui viennent vont être difficiles pour les musulmans de France, qu'ils soient ou non pratiquant. D'ailleurs, on leur demande déjà de se désolidariser de ces actes de sauvagerie comme si cela ne tombait pas sous le sens. Comme si on pouvait être solidaire de ces psychopathes. Ce point est connu. En temps normal, il est demandé au musulman de ne pas verser dans le communautarisme et, quand survient, un attentat, ils sont sommés de se désolidariser d'une racaille avec laquelle ils n'ont ni affinité ni liens.
15/11/2015 14h:38 CET
Il y a dix ans, Zyed et Bouna, à

Il y a dix ans, Zyed et Bouna, à Clichy

Il y a dix ans, Zyed et Bouna, deux enfants mourraient électrocutés dans un transformateur EDF à proximité de la ville de Clichy-sous-Bois en région parisienne. Les circonstances de ce drame qui a provoqué plusieurs semaines d'émeutes dans toute la France sont connues dans leurs grandes lignes.
02/11/2015 06h:01 CET