profile image

Achour Mihoubi

Architecte

Architecte
Rapidement

Rapidement Sadi

Comme la plupart des Algeriens je l'ai découvert à la télévision après 88. Lui et sa bande dont certains avaient connu comme lui la prison après le printemps de 1981. Sadi était un peu Haddad quand il parlait en arabe et j'adorais ses approximations accentuées.
12/02/2018 07h:21 CET
Le jeune

Le jeune exilé

Une faible lueur transperce une fenêtre à l'étage. A peine si on distingue le gabarit du modeste logis bâti sur un rez de chaussée avec un étage. Dehors Il fait nuit depuis longtemps déjà. Des réverbères émane une lumière pale formant des anneaux nébuleux qui laissent deviner dans la nuit sombre le manteau brumeux qui couvre la petite bourgade. La soirée est plutôt fraiche pour un mois de septembre.
22/09/2017 07h:52 CET
Imrou Al-Qays, poète entré dans l'histoire par le verbe et la

Imrou Al-Qays, poète entré dans l'histoire par le verbe et la chevalerie

Imrou'l Qays ce grand poète arabe de la période pré-islamique appartenait à une grande tribu considérée parmi les plus nobles du désert d'Arabie. Il avait le rang de prince. A l'instar de la progéniture de la noblesse de l'époque il adorait la chasse, l'alcool et les ... femmes.
16/09/2017 13h:34 CET
Thala

Thala Yeftane

ans le tumulte des collines de la région Thibahar étaient ces enclos verts qui agrémentaient un paysage que se disputent des maquis de chênes et de genévriers et la roche.
07/08/2017 06h:13 CET
L'ARTICLE

L'ARTICLE 120

Faut-il rappeler qu'au grand dam des architectes, le FLN avait mis un de ces caciques à la tête d'un avatar d'organisation - l'UNIASA- comme savait bien le faire le parti pour aplanir les aspirations constructives qui pouvaient se manifester ça et là.
09/01/2017 09h:35 CET
Belkacem était son

Belkacem était son nom

Le papier écrit de la main de cette sœur religieuse est la seule trace de cet homme qui est mort seul, loin de sa famille, de sa femme, de ses deux filles et de son village natal qu'il quitta pour venir à Alger grossir les rangs de l'esclavage sous-prolétaire dans une usine qui produisait des matières toxiques.
24/12/2016 08h:24 CET
Séquence

Séquence mémorielle

Le 15 octobre 2015, j'avais posté le mot ci-après en l'illustrant de photos sur les transformations urbaines que subissent nos anciens et beaux quartiers. Nous sommes à Kouba sur les hauteurs du quartier de l'Oasis...
11/12/2016 05h:03 CET
Un jeune homme qui s'appelait

Un jeune homme qui s'appelait Abdallah

Huit soldats prirent le cercueil et se dirigèrent vers l'immeuble qui était en face. Ils montèrent au troisième étage dans l'appartement des parents du défunt. A l'extérieur il y avait beaucoup de monde. Les parents, les amis, les voisins étaient tous là. Silencieux. Dans l'appartement tout le monde était en pleurs. Ses parents inconsolables venaient de perdre leur aîné. Il avait vingt ans il s'appelait Abdellah.
06/12/2016 08h:46 CET
Achour, mon

Achour, mon oncle

Il avait vingt et un ans quand pour la dernière fois il rendit visite à sa mère, ses deux frères et sa sœur. Il commençait à faire nuit quand il fit irruption dans la maison familiale. Il portait un treillis militaire. C'était la première fois que sa famille le voyait avec cette tenue. Ils avaient compris. Il a eu ses galons et fait partie désormais de l'Armée de libération nationale. Définitivement.
24/11/2016 05h:11 CET
Chérifa ou le chant

Chérifa ou le chant essentiel

Chérifa c'est aussi une transmission générationnelle, une émotion d'un moment intense. Comme ce jour où j'ai eu la grand plaisir d'assister à la commémoration du cinquantenaire de la mort de Malika Gaïd dans son village natal où une section de jeunes scouts est venue chanter des chansons patriotiques en Kabyle, notamment une reprise d'une chanson de Cherifa "Ledzair swachou ithehia" admirablement reprise par les jeunes bourgeons qui ont mis en émoi l'assistance qui derrière ses lunettes de soleil n'avait pu empêcher couler ses larmes.
11/11/2016 10h:43 CET
Carnet d'octobre

Carnet d'octobre 1988

Le jeudi 6 octobre 1988, en compagnie de mes parents, je rentrais à Alger venant de Guenzet en petite Kabylie. En leur compagnie j'avais passé quelques jours de vacances profitant de la douceur automnale dans la quiétude d'un coin perdu.
05/10/2016 04h:43 CET
L'Aïd El Kebir: la joie des jours de

L'Aïd El Kebir: la joie des jours de profusion

Au delà de la fête, l'Aïd est aussi ce cri de fond qui rappelle aux prodigues leur port d'attache. Akli Yahiathen le rappelle. Sous le couvercle de la tradition prophétique qui institua le sacrifice du jour de L'Aïd El K'bir s'amasse une profusion de sous rites qui firent de cette fête ce qu'elle était : des jours de grande joie. A travers le mouton se projetait la joie de rompre avec la frugalité de la vie et goûter à la profusion de quelques jours gras."
11/09/2016 16h:36 CET
Naguib Mahfoud......

Naguib Mahfoud...... Malak

Ainsi donc, eut été Mahfoud au rendez-vous de mon séjour hellénique, avec son écriture limpide et son histoire comme seul le Caire, sa ville, sait en conter.
12/08/2016 09h:57 CET
JO 1972, Munich: la politique et les poings de Loucif

JO 1972, Munich: la politique et les poings de Loucif Hamani

Les arbitres décidèrent ainsi de la défaite de Loucif Hamani dans un climat de tension extrême. Deux jours auparavant un commando palestinien de l'OLP s'infiltra dans la cité olympique et prit en otage des athlètes israéliens : il y a eu des morts. La presse algérienne considéra la décision des arbitres motivée par des considérations politiques. Pour gagner ce match le jeune espoir algérien d'Igoufaf devait absolument mettre le britannique KO. Ce qu'il ne put faire malheureusement. Les poings de Hamani n'ont pas suffi car le sport était aussi de la politique. Les "petits" l'apprendront à leurs dépens. Souvent.
08/08/2016 05h:25 CET
Les biquettes de nos

Les biquettes de nos grand-mères

"Le troupeau s'immobilise en un endroit fixe le temps que les bêtes arrivant des maisons éloignées puissent rejoindre le rassemblement matinal. Puis, lentement, au signal du berger, les bêtes se mettent à marcher suivies du chien trottinant qui bat lui aussi la cadence quotidienne du défilé immuable. Le toutou ferme la marche du troupeau qui ne tarde pas à disparaître à travers les chemins qui montent."
16/06/2016 07h:01 CET
Le jardin d'essai d'Alger, un lieu

Le jardin d'essai d'Alger, un lieu magique

Le jardin d'essai reste pour moi le moment d'émotion le plus fort dans ce quartier où je suis né et grandi un peu. Enfant j'ai vite perçu l'aubaine que ce lieu était. Et je fonds curieusement dans cet enfant à chaque fois que, plus tard, je ne fais que longer les belles grilles d'un regard lunaire.
10/06/2016 02h:22 CET