LES BLOGS
15/03/2016 11h:42 CET | Actualisé 16/03/2017 06h:12 CET

Le SG de l'ONU demande au Maroc de braver le droit inaliénable de manifester par respect pour sa personne

DIPLOMATIE - Alors qu'une grande manifestation a eu lieu à Rabat dimanche dernier contre les propos tenus par le Secrétaire Général de l'ONU, ce dernier s'est exprimé à ce sujet à travers un communiqué publié sur le site de l'ONU.

DIPLOMATIE - Alors qu'une grande manifestation a eu lieu à Rabat dimanche dernier contre les propos tenus par le secrétaire général de l'ONU, ce dernier s'est exprimé à ce sujet à travers un communiqué publié sur le site de l'ONU.

Ban Ki-moon commence par perdre les lecteurs en faisant le lien entre l'incompréhension quant à son utilisation du terme occupation, si toutefois une incompréhension est possible, et les conditions humanitaires dans les camps de réfugiés qu'il juge déplorables.

Le SG se contente de prendre note de cette incompréhension sans apporter plus de précisions et n'explique pas non plus comment il a pu faire un tel lien. Faut-il rappeler que porter un jugement sur les conditions humanitaires des camps des réfugiés est une entrave aux travaux de la commission constituée à cet effet?

Le secrétaire général de l'ONU n'a que ses propos et sa colère pour armes. Que de ce fait, la portée de ceux-ci revêt une forte symbolique. Par ailleurs, il ajoute: "Le secrétaire général a également fait part de son étonnement à la récente déclaration du gouvernement du Maroc et a exprimé sa profonde déception et la colère au sujet de la manifestation qui a été mobilisée dimanche et qui l'a ciblée en personne. Il a souligné que de telles attaques sont irrespectueuses à lui et à l'Organisation des Nations Unies."

Emettre une colère onusienne, arme ultime de son SG, contre un peuple qui s'exprime est démesuré. Le droit de manifester est un droit inaliénable et veiller au respect des droits de l'Homme se fait dans toutes les circonstances. Ils ne peuvent pas être utilisés pour intensifier des conflits, et oubliés quand cela touche à M. le secrétaire général de l'ONU. Ce sont les propos qui ont été la cible de la manifestation du fait du titre de celui qui les a prononcés et non de sa personne.

M. Ban Ki-moon surenchérit en parlant de sponsors des manifestants, l'Etat a le droit voire l'obligation de faciliter les manifestations surtout quand cela touche à la première cause nationale. De plus, il avance que les manifestants ont délibérément choisi d'ignorer son engagement personnel pour la résolution de ce conflit.

Faire un procès d'intention pour discréditer les manifestants n'est pas digne du secrétaire général des Nations unies. Le rôle du secrétaire général de l'ONU est "l'incarnation des idéaux des Nations Unies et le porte-parole des peuples du monde". Il lui incombe également le fait d'"attirer l'attention du Conseil de sécurité sur toute affaire qui, à son avis, pourrait mettre en danger le maintien de la paix et de la sécurité internationales".

Je ne pense pas que les idéaux des Nations Unies et le maintien de la paix s'incarnent en attisant le feu sur une "incompréhension". S'attaquer à un peuple qui s'exprime n'a jamais contribué à la résolution d'un conflit. Le secrétaire général de l'ONU doit savoir passer outre une colère personnelle et de son égo afin de dissiper les malentendus de ses propos et non pas surenchérir.

A quelques mois de la fin de son mandat, Le secrétaire général de l'ONU devrait se concentrer sur l'accélération des résolutions des conflits internationaux, en faisant fi de sa personne, pour laisser un bilan honorable à son successeur. L'Histoire ne pardonne pas M. Ban Ki-moon.

LIRE AUSSI:

Galerie photo Manifestation à Rabat pour protester contre les propos de Ban Ki-Moon Voyez les images