LES BLOGS
29/12/2017 14h:13 CET | Actualisé 29/12/2017 14h:14 CET

Cette langue appelée arabe, est-elle arabe?

Les différences entre la langue du Coran et la langue connue aujourd'hui sous le nom de l'arabe standard moderne ne sont pas inconnues. La forme et le sens des mots, la syntaxe et le style, la nature et la sémantique lexicale... tous ces composants linguistiques ne sont pas identiques pour ces deux langues. Pourtant, cette langue appelée arabe standard moderne est considérée aujourd'hui comme étant la langue du Coran. Au Maroc, elle présente un grand obstacle contre la réforme du programme scolaire qui se doit d'être aligné aux tendances mondiales en matière du savoir et de la science. Les partisans de l'arabisation évoquent souvent comme argument une supposée identité religieuse qui, selon leur croyance, serait secouée si on abandonne l'enseignement en langue arabe.

asafta via Getty Images

Les différences entre la langue du Coran et la langue connue aujourd'hui sous le nom de l'arabe standard moderne ne sont pas inconnues. La forme et le sens des mots, la syntaxe et le style, la nature et la sémantique lexicale... tous ces composants linguistiques ne sont pas identiques pour ces deux langues. Pourtant, cette langue appelée arabe standard moderne est considérée aujourd'hui comme étant la langue du Coran. Au Maroc, elle présente un grand obstacle contre la réforme du programme scolaire qui se doit d'être aligné aux tendances mondiales en matière du savoir et de la science. Les partisans de l'arabisation évoquent souvent comme argument une supposée identité religieuse qui, selon leur croyance, serait secouée si on abandonne l'enseignement en langue arabe.

L'histoire de l'apparition de la langue arabe est aujourd'hui inconnue. Plusieurs hypothèses existent sans preuve archéologique ou scientifique à l'appui. L'argument populaire des poèmes préislamiques serait plutôt une croyance. Taha Husein, dans son livre "De la poésie préislamique", a dénoncé un plagiat et une usurpation par cette langue inventée au deuxième siècle de l'hégire. Cette langue se serait inspirée des caractéristiques linguistiques de la langue révélée par le Coran en s'auto-appropriant le nom arabe.

Le mot "arabe" dans le Coran est évoqué comme étant un adjectif qualificatif attribué exclusivement au Coran et à sa langue. Ce qualificatif est suivi par des descriptions comme étant d'une précision sans faille apportant des éclaircissements. Cette langue du Coran comporte en effet plus de détails et de caractéristiques linguistiques qui sont absents dans l'arabe moderne. Par exemple, les études morphologiques de certains mots dans le Coran ont révélé l'importance des détails pouvant être révélés à partir des différentes formes d'écriture du même mot. Cette variété des formes est considérée comme une incohérence orthographique dans l'arabe moderne. Cette dernière prend malheureusement le dessus, faisant perdre ainsi l'opportunité de plus de visibilité et de clarté du contenu offerte par le script coranique.

En théologie, ce manquement pourrait impacter l'interprétation des textes religieux. Des détails auraient pu être dévoilés si l'arabe du Coran avait été considéré dans les exégèses au lieu de l'arabe moderne. En se mettant dans le contexte de la révélation, le Coran a été précédé par d'autres livres rapportés par les messagers de Dieu. Le message du Coran est venu confirmer ces livres grâce à sa langue décrite comme étant arabe. En effet, en comparaison avec l'ancien hébreu par exemple, la langue du Coran se caractérise par plus de détails linguistiques et de précisions grammaticales.

Pour décortiquer le texte hébreu biblique, l'université Antonine de Liban a dû réaliser une traduction en arabe de l'Ancien Testament en 2007 . Dans l'introduction de cet ouvrage, les auteurs soulignent l'importance de retourner aux langues originales des textes religieux, et en même temps, ils appellent au rapprochement entre les deux langues soeurs, l'hébreu et l'arabe.

Dans le sens inverse, le rapprochement entre les langues sémitiques anciennes serait plus pertinent que de se fier entièrement à l'étymologie de l'arabe moderne. Ibn Taymiya dans son ouvrage "Fatawa", référence principale du salafisme, avait souligné l'importance du rapprochement entre l'arabe et l'hébreu pour confirmer le sens étymologique des mots. Cette recommandation est surprenante de la part du maître du salafisme, ce courant de pensée qui incarne une conception radicale de la religion qui se veut aujourd'hui conservatrice d'une certaine identité religieuse arabe.

Pour conclure, les partisans de l'enseignement en langue arabe moderne font preuve d'un fanatisme aveugle envers cette langue. Prenant comme prétexte qu'il s'agit de la langue du Coran n'aurait aucun fondement philologique. Non seulement elle fait l'impasse des composants linguistiques existants dans la langue du Coran, mais sa lexicologie prétend même classer certains mots du Coran comme des mots non-arabes.

Finalement, cette langue appelée arabe moderne ne serait arabe que par son nom.

LIRE AUSSI: