LES BLOGS
17/04/2016 12h:20 CET | Actualisé 18/04/2017 06h:12 CET

François Hollande et "le dialogue des citoyens"

Philippe Wojazer / Reuters

Cabotages? CDI? Méthode Coué?

Le Président de la République française n'a pas nié que le chef de train qu'il est a décroché les wagons de la stratégie promise lors de son élection, au vu de la problématique économique trouvée dans la boite de Pandore qu'il a ouverte.

Les députés frondeurs ont précédé les jeunes diablotins en jouant les empêcheurs de tourner en rond. La République démocratique a pris son rôle en mains et les lois en votations ne sont pas passées en commissions.

Les Députés "taiseux" se sont révélés "des Cantatrices". Les chalutiers politiques n'ayant ramenés que des détritus d'une mer aussi polluée que l'air que l'on respire sur terre. Aucune loi scélérate n'a pu être votée.

Le Président a acté un constat d'échec dans une "quadriennale" absurde. La jeunesse Française a jouée "les fous du Roi" avec "Nuit Debout", organisation d'un mouvement spontané et lunaire.

Ceux qui ont été choisis pour représenter la France et le Peuple ressemblaient à un tribunal révolutionnaire avec "un Saint Juste à la tribune", François Hollande faisant figure de Louis XVI avant son passage en "guillotine".

Nous nous sommes retrouvés en 1789. C'est dire aussi que le Président français n'a pas pu justifier sa passivité et ses compromis/compromissions, avec ses problématiques économiques et sociales,impossibles à circonscrire.

Le décor ayant été planté, le reste n'a été qu'une mauvaise pièce de théâtre. Le Président a joué "Polichinelle" bravant les mauvais esprits aidé par "les Gendarmettes" pour protéger "Mme La Duchesse".

Les évènements douloureux qui ont mis la France à la diète ont été gérés par des néophytes aussi naïfs que "des lapins de six semaines".

C'est la jeunesse Française qui a été contrainte de ramener le gouvernement aux réalités et de montrer qu'il n'y avait dans "le plat de lentilles qu'une arrête de poisson à manger", par l'endettement extraordinaire à l'exemple de la Grèce, en sorte que les créanciers ne peuvent plus retrouver leur capital ni les intérêts.

Le Président a très vite fait de remonter la pente pour expliquer au petit peuple, la puérilité des idées toutes faites. Oui, les impôts ont baissés pour dégager les moyens des dépenses "incompressibles".

Oui, l'État a déversé les centaines de milliards nécessaires au redémarrage de l'économie, en les prenant dans la poche des "mieux nantis".

Oui, les réfugiés trouveront asiles chez le voisin Allemand, vu que Mme.Merkel s'est servie la première!

Oui, l'état de la France est moins fiévreux parce que "les placebos" ont fait effets, par ce que le pessimisme n'étaient que "psychique".

Les Français se doivent de "mourir guéris" parce que les ponctions ont été salutaires.

Ils nous faut repartir de zéro, sans remèdes. C'est tout!

Mais ce qu'a oublié le président c'est de parler de l'avenir très présent avec l'obligation de coopérer avec toute l'Afrique du Nord sans laquelle la France n'a pas d'avenir économique. Développer les trois pays amis c'est développer la France: par la consommation des produits qu'elle fabrique et qu'elle fait fabriquer en donnant du travail à une nombreuse jeunesse des deux rives.

D'ailleurs les votes futurs tiennent à cette jeunesse qui à comme limite Dunkerque et Tamanrasset.

LIRE AUSSI: L'Europe en question et l'axe Nord-Sud

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.