LES BLOGS
17/11/2015 12h:15 CET | Actualisé 17/11/2016 06h:12 CET

Le cercle vicieux

TERRORISME - Au lendemain des attentats de Paris, l'heure est à la surenchère et aux analyses (géopolitiques) de tous bords. Entre théorie du complot, propagandes, solidarité sélective envers les victimes du terrorisme à travers le monde et manipulation médiatique, plus personne ne sait à quel saint se vouer.

(Photo: carte LeMonde.fr)

TERRORISME - Au lendemain des attentats de Paris, l'heure est à la surenchère et aux analyses (géopolitiques) de tous bords. Entre théorie du complot, propagandes, solidarité sélective envers les victimes du terrorisme à travers le monde et manipulation médiatique, plus personne ne sait à quel saint se vouer.

Une chose est sûre, nous sommes entraînés dans un véritable cercle vicieux. Toutefois, loin de toutes considérations politiques ou idéologiques, la condamnation de toute attaque terroriste et meurtrière doit être ferme et sans équivoque. Il s'agit avant tout de personnes innocentes.

Rien ne peut justifier un meurtre, un massacre ou une tuerie. Rien ne justifie la mort de centaines d'être humains innocents en raison de leurs appartenances religieuses, politiques ou ethniques. Toutes les vies humaines se valent.

Une guerre contre l'ignorance

Mais combien de fois encore faudra-t-il marteler que la source du problème est par-dessus tout d'ordre social et identitaire? La guerre qu'il faut mener aujourd'hui, à travers le monde et plus spécialement dans les pays touchés par l'instabilité, est une guerre contre l'ignorance, la pauvreté, la misère, la marginalisation et l'analphabétisme.

La plupart des pays arabes sont responsables de la situation actuelle. A défaut d'instaurer de véritables démocraties, ils se vautrent dans l'instabilité, le radicalisme et l'obscurantisme. Ouvrant ainsi la voie à la division et à l'ingérence, au nom de la "défense des droits humains", de puissances étrangères dans (toutes) leurs affaires internes.

Ces dernières ont aussi une (grande) part de responsabilité dans l'effondrement de plusieurs Etats, en l'occurrence arabes, ce qui a conduit, entre autres, à l'émergence de ces organisations terroristes. Les interventions militaires n'ont jamais été la meilleure des solutions.

"La haine entraîne la haine, la guerre nourrit la guerre", affirmait, lors d'une émission télévisée, l'ancien premier ministre français, Dominique De Villepin. Ces propos sages devraient inspirer plus d'un. Il est vraiment temps de penser mais surtout d'agir autrement... si nous voulons éviter le pire...

Galerie photo Les hommages sur les lieux des attentats à Paris Voyez les images