LES BLOGS
07/03/2018 11h:17 CET | Actualisé 13/03/2018 09h:22 CET

Maha Hmeid, chef d'entreprise: "Il n'y a pas de repos pour les braves"

DR

"La valeur d'un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir", disait Albert Einstein. À l'occasion de la célébration annuelle de la femme, le think tank Top Leaders Club (TLC) a voulu mettre la femme marocaine à l'honneur. Trois jeunes leaders trentenaires, de la sphère économique, politique et sociétale, ont dévoilé les ressorts de leur leadership. Maha Hmeid, chef d'entreprise, Imane Benrabia, parlementaire, et Amal Oumazane, présidente au sein d'une organisation associative. Rencontre avec Maha Hmeid.

TLC: Bonjour Maha Hmeid, qui êtes-vous? Quel est votre parcours?

Maha Hmeid: Je suis directrice générale de Weber Maroc. Ingénieur des bâtiments et des travaux publics, j'ai travaillé principalement en France, pour le compte de Vinci Construction France, PricewaterhouseCoopers France, Saint-Gobain France, puis Weber Saint-Gobain Maroc.

Quels leaders vous ont inspirée?

Il y a deux personnes qui m'ont beaucoup inspirée et qui continuent de le faire. Ma mère et mon père. Après tout, je suis le projet commun de leur vie. Par ailleurs, j'ai beaucoup d'admiration pour les dirigeants qui se battent pour préserver les valeurs de leurs pays et/ou entreprises pendant les périodes de turbulences. C'est bien durant ces périodes que beaucoup de leaders naissent.

Comment qualifierez-vous votre style de leadership?

Je crois au "leading by doing". Le BTP est un métier de cœur et de main. Il est très important d'être présent sur le terrain avec ses équipes pour apprendre avec elles, ainsi que pour leur montrer l'exemple.

Quelles valeurs défendez-vous?

La ténacité et la bienveillance. Peu de grandes réalisations se font dans la facilité. Chaque manager doit développer l'esprit d'endurance pour prétendre acquérir des "leadership skills". Quant à la bienveillance, il est clair qu'elle est essentielle pour ancrer un esprit de confiance dans son entourage.

Comment obtenez-vous l'adhésion des autres, pour réaliser vos actions?

Je m'astreins à bien communiquer les tenants et les aboutissants des actions communes. Obtenir l'adhésion autour d'un projet commun pour l'entreprise constitue 70% du facteur de sa réussite. L'alignement stratégique au sein d'une équipe ajuste les objectifs et en facilite l'atteinte. Quand je travaille sur un chantier de construction, j'évite de parler de transversalité car elle dilue l'efficacité. Chaque collaborateur doit savoir ce qu'il doit faire et quand est-ce qu'il doit le faire. Enfin, je valorise l'apport de chaque membre de l'équipe, qu'il me rapporte directement ou indirectement.

Comment motivez-vous ceux qui vous entourent?

Je leur confie d'autres responsabilités, ainsi ils accèdent à des degrés supérieurs dans la hiérarchie de décision. Je leur explique que prendre des décisions n'est pas la chose la plus sympathique ni la plus simple et qu'il faut s'entrainer. Je les incite à s'occuper de leurs équipes, ainsi ils seront aussi portés vers d'autres types de réussites humaines. Je leur explique qu'aider une personne de son équipe à régler un sujet personnel qui affecte son rendement au travail est une réussite parfois bien plus importante que les autres. Avant tout, nous travaillons dans des entreprises, qui au-delà de leurs dimensions économiques, restent humaines.

Comment valorisez-vous ceux qui vous aident?

Personnellement, je n'oublie jamais une personne qui m'a un jour tendu sa main, cela fait partie de mon éducation. Professionnellement, je travaille durement pour faire en sorte que les personnes qui m'aident soient fières d'avoir décidé de placer leur confiance en moi.

Comment mesurez-vous vos réussites?

Je ne mesure pas mes réussites, j'analyse consciencieusement les résultats de mes actions, avec mon équipe et mon entourage. Rien n'est parfait, et même en ayant "réussi" un projet et/ou une action en groupe, il y a toujours une voie d'amélioration. Je ne suis pas partisane de l'autosatisfaction. Certes, j'encourage les équipes à célébrer une réussite commune, mais 5 minutes après la fête, je sonne le glas du travail. Il n'y a pas de repos pour les braves.

Comment appréhendez-vous vos échecs?

D'autres avant moi ont déjà utilisé cette citation: "dans la vie, il n'y a pas d'échecs, soit nous réussissons, soit nous apprenons".

Parlez-nous d'une réalisation qui vous tient à cœur...

L'une des réalisations qui me tient le plus à cœur est le lancement d'une activité du groupe Saint-Gobain dans mon pays d'origine, le Maroc. Cette aventure fût très compliquée du fait de la rudesse de ce secteur au Maroc. Je ne m'attendais pas à autant d'investissement, tant sur le plan professionnel, qu'émotionnel. Il a fallu constituer une vraie équipe solidaire, la former à nos métiers, stabiliser les outils de production et développer l'activité commerciale en très peu de temps.

Certes, il s'agit d'une entreprise dans un grand groupe international, mais peu de managers ont la chance de construire un business dans des conditions rudes et challengeantes. Ma vraie réalisation est la qualité humaine et professionnelle de mon équipe, dont je suis très fière. Je sais que je peux compter sur elle.

LIRE AUSSI:BTP: Quels challenges quand on lance son entreprise au Maroc? (ENTRETIEN #2)