LES BLOGS
03/04/2016 07h:31 CET | Actualisé 04/04/2017 06h:12 CET

Frustration citoyenne

El Watan Weekend, dans sa livraison de [vendredi 1 avril, NDLR] publie un reportage sur le chantier de la Grande mosquée d'Alger.

je m'arrête au passage suivant:

"Concrètement, ce qu'on appelle le gros œuvre, c'est-à-dire le bâti de la salle de prière, du minaret, de l'esplanade, du parking, et des bâtiments sud (centre culturel, bibliothèque, Dar El Coran) devrait être terminé à la fin du premier trimestre 2017.

Les équipes du minaret sont passées à une cadence de travail de 24 heures/24. Mais le bâti ne représente encore que 30% de la totalité du chantier. Il restera ensuite à installer les équipements techniques, les revêtements des murs et des sols, s'occuper de la décoration, etc".

Dans mon post Facebook du 04 octobre 2015, je me suis étonné des déclarations du ministre de l'Habitat de considérer en août 2015 un taux d'avancement des travaux de 65%. J'appréciais le taux maximal à 25%. Les responsables approchés par le journal nous disent aujourd'hui soit sept mois après que les 30% d'avancement ne seront pas atteints avant une année.

C'est quand même fou que des politiques puissent avancer n'importe quoi sans que cela n'ait à les engager en quoi que ce soit:

Après le psychodrame du contrat de maîtrise d'œuvre avec le BET allemand, Sellal confia à notre superman bâtisseur, qui n'est autre que le ministre de l'habitat, les clés du chantier de Djamaa el Djazaîr pour en assurer la maîtrise d'ouvrage.

Le promoteur des logements les plus médiocres au monde se voit donc affublé d'un habit qui taille nettement plus grand. Il commence par ce qu'il prise le plus : la communication mensongère. Dans ce cas d'espèce ça porte sur l'état d'avancement des travaux. C'est une spécialité gouvernementale chez nous, Amar Ghoul est passé maître en la matière.

Dans le cas d'un projet de cette catégorie, l'engagement financier des travaux ne dépasse pas les 25% du coût global du projet à la fin des gros œuvres. L'avancement physique correspond, à quelques pourcents près, à ce taux. Il y a plus de deux mois notre ministre de l'habitat déclarait un état d'avancement des travaux de 65% ! Le minaret atteint péniblement les 30 mètres sachant qu'il culminera à......270 mètres.

LIRE AUSSI: Grande mosquée d'Alger: le taux d'achèvement du chantier est de 65%, selon le ministre

Par ailleurs, revenons à des préoccupations plus professionnelles, je remarque que les couronnements des poteaux champignons sont réalisés en charpente métallique, cela suppose qu'il y aurait un habillage de finition ! Drôle de manière de concevoir un bâtiment de prestige d'une telle portée symbolique.

A la carence architecturale manifeste du projet viendrait se greffer une ingénierie de bas vol. Le ratage serait à la mesure d'avoir eu à réaliser le monument des martyrs de Ryadh el feth en charpente métallique qu'on aurait habillé ensuite.

Malheureusement en Algérie l'argent du peuple est dépensé dans la pénombre des officines de tout genre qui frustre la citoyenneté de l'égard qu'on lui doit.

FRUSTRATION CITOYENNE Après le psychodrame du contrat de maîtrise d’œuvre avec le BET allemand, Sellal confia à notre...

Posté par Achour Mihoubi sur dimanche 4 octobre 2015

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.