LES BLOGS
28/11/2015 09h:16 CET | Actualisé 28/11/2016 06h:12 CET

Pour moi musulman laïc, la religion vient après l'État de droit

TERRORISME - Ces derniers jours ont été difficiles pour nous, musulmans européens. Les coups d'œil indiscrets de ceux qui te regardent avec suspicion et peur car tu as peut-être une longue barbe, les traits du visage typiquement nord-africains, ou tu portes un voile dans tes cheveux. Un état d'esprit embrouillé, une boule dans la gorge de celui qui te regarde suspicieusement et à qui tu dois te défendre des accusations infamantes de connivence, de complicité morale; de celui qui découvre soudain avoir peur de quelqu'un dont les enfants jouent au foot avec son fils; ou de celui qui est assis à côté de toi dans le tram, le train, le bus du retour.

Agf

TERRORISME - Ces derniers jours ont été difficiles pour nous, musulmans européens. Les coups d'œil indiscrets de ceux qui te regardent avec suspicion et peur car tu as peut-être une longue barbe, les traits du visage typiquement nord-africains, ou tu portes un voile dans tes cheveux. Un état d'esprit embrouillé, une boule dans la gorge de celui qui te regarde suspicieusement et devant qui tu dois te défendre des accusations infamantes de connivence, de complicité morale; de celui qui découvre soudain avoir peur de quelqu'un dont les enfants jouent au foot avec son fils; ou de celui qui est assis à côté de toi dans le tram, le train, le bus du retour.

Alors toi qui n'a pourtant rien en commun avec les bêtes qui tuent en utilisant le nom de ton Dieu, tu n'as pas d'autre moyen de te défendre qu'en utilisant une pancarte avec écrit: #notinmyname, en espérant que personne ne te mette dans le même sac ou ne fasse de généralisation. Parce que nous pourrons descendre dans les rues avec des pancartes #notinmyname, condamner et dissocier, crier haut et fort que ce ne n'est pas ça, l'islam que nous a enseigné nos parents, mais ne vous faites pas d'illusion: celui qui, à 2.000 kilomètres de nous, brandit des drapeaux noirs et violente des fillettes de 8 ans avant de les revendre pourra être associé à nos actions ou à nos pensées.

Parce que quand les terroristes sont allés tuer les jeunes au Bataclan vendredi 13 novembre à Paris, ils n'ont pas fait pas de différence entre musulmans et non musulmans (10 des 130 victimes étaient des musulmans). Valeria comme Mohamed ont été abattus, car pour eux, toute personne qui vit libre des dogmes et préceptes religieux, doit être tuée, comme toute personne qui veut aller écouter un groupe de rock le vendredi soir.

Parce que les premières victimes du terrorisme sont justement des musulmans, à tel point que chaque vendredi (jour saint pour les musulmans), on entend qu'une mosquée a été visée quelque part dans le monde par ceux qui se disent appartenir à l'"Etat islamique".

Parce que ce qui est attaqué, c'est la liberté de chacun d'entre nous. La liberté d'aller à un concert le vendredi soir, de voyager sans contrôles aux frontières, d'aller avec nos amis au restaurant. Et en limitant notre liberté, nous leur donnerons raison.

On entend souvent, dans les journaux télévisés, un discours qui dissocie le "nous" et le "eux", "nous" représentant le monde occidental et "eux" les musulmans. Pourtant, vous auriez très bien pu être assis avec un de vos amis français en train de boire un coca dans un bar ce soir-là, et être attaqué et fusillé par quelqu'un qui ne faisait pas de différence. Parce que pour Daech, nous tous les musulmans qui vivons en Europe sommes considérés comme coupables autant que les "croisés", comme ils l'affirment dans leur magazine officiel "Dabiq" du soi soi-disant "Etat islamique". Tous, nous tous qui croyons au progrès humain, à la sacralité de la vie, à un État de droit et surtout à la liberté.

Et je n'ai aucune hésitation sur la voie que je veux suivre. Comme je n'ai aucun problème à dire qu'en tant que musulman laïc, mais fier de mes racines et origines, la règle de droit et la Constitution de mon pays passent avant toute chose. Avant même ma religion, que je pratique et en laquelle je crois et que je refuse d'associer au mot "terrorisme". Ma religion vient après la règle de droit et la Constitution italienne.

La séparation entre la société et la foi est essentielle et est une étape nécessaire pour nous tous musulmans qui voulons nous sentir européens. Ou qui le sommes déjà. Notre seul "jihad" doit être contre le terrorisme qui fait honte à notre religion.

Ce blog a été d'abord publié sur le HuffPost Italie et traduit de l'italien

Galerie photo Rabat rend hommage aux victimes des attentats de Paris Voyez les images