MAROC
13/03/2018 11h:53 CET

Plus de montres dans les prisons marocaines

Mie Ahmt

PRISON - Mesures sécuritaires. Après avoir généralisé l’interdiction du panier repas, le 30 octobre 2017, la Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) poursuit le renforcement des mesures sécuritaires par l’interdiction des montres. Elle aurait ainsi adressé une note à l’ensemble des établissements pénitentiaires du Maroc en vue de les aviser de cette nouvelle mesure qu’il faudra mettre en œuvre et veiller sur son respect.

Selon The Middle East Monitor (MEMO), qui relaie l’information, cette mesure s’explique par le fait que certaines montres contiennent des caméras digitales. Celles-ci pourraient éventuellement servir à filmer l’intérieur des prisons et ces enregistrements risqueraient, à leur tour, de se retrouver sur les réseaux sociaux.

La DGAPR précise, dans la note précitée, que seul le personnel et les employés des prisons peuvent être exclus de cette mesure qui devra donc être appliquée à toute personne qui entre dans un complexe pénitentiaire quelle que soit la nature de sa présence.

Une source à la DGAPR a souligné au HuffPost Maroc que celle-ci entreprend "toute mesure visant à renforcer la sécurité et la sûreté au sein des prisons. Tout ce qui risque ainsi de représenter un danger sur les détenus et les établissements pénitentiaires est donc concerné".

L’interdiction des montres est à mettre sur le compte de ces mesures préventives de sécurité qui semble de plus en plus préoccuper la DGAPR. Elle aurait adressé cette nouvelle note suite à l'arrestation d'un fournisseur de pain à la prison de Toulal, à Meknès. Selon MEMO, il aurait introduit dans cette prison des quantités de drogues.

Durcissement sécuritaire oblige, tout fournisseur de nourriture et autres articles sera désormais soumis à l'inspection. Chargés d’éducation, conférenciers et autres n’en seront pas exclus.

LIRE AUSSI: